Un laboratoire de journalistes a conçu une application pour Echo qui répond aux questions posées à haute voix par les usagers de l'enceinte intelligente d'Amazon. Le but ? Leur permettre de vérifier la véracité de ce qui est raconté pendant un débat en politique, par exemple.

Et si au lieu d’aller sur les sites de presse pour consulter les articles de fact checking afin de démêler le vrai du faux dans ce que raconte le personnel politique, vous vous contentiez d’activer Siri (Apple), Cortana (Microsoft, Now (Google) ou n’importe quel autre assistant personnel intelligent pour lui demander directement de vérifier si les affirmations d’untel ou d’unetelle sont exactes ?

De la science-fiction ? Pas tant que ça.

Aux États-Unis, le laboratoire des journalistes rattaché à l’université Duke a conçu une application pour l’enceinte « intelligente » d’Amazon, Echo, qui est en mesure de répondre à des questions formulées à haute voix, à condition évidemment que l’utilisateur facilite le travail du logiciel, en s’exprimant distinctement, en formulant des questions simples et en utilisant des termes aussi précis et pertinents que possible.

Presse journal
CC Kaboom

Quelques exemples sont donnés par les membres du laboratoire, comme « est-ce que Donald Trump s’est opposé à la guerre en Irak ? », « Hillary Clinton a-t-elle eu raison en disant que ce qu’elle a fait avec sa messagerie était permis ? » ou encore « est-ce vrai que 300 000 habitants de Floride ont perdu leur assurance de santé à cause de l’Obamacare ? ».

Bien qu’il soit encore largement perfectible, l’outil s’avère tout à fait prometteur pour celui qui ne veut pas se laisser enfumer pendant un débat politique parce qu’il n’a pas, à l’instant t, la possibilité de contrôler chaque allégation qui est prononcée sur un plateau (les journalistes professionnels non plus d’ailleurs, même si la pratique du fact checking et l’usage les réseaux sociaux permettent de très vite réagir).

2 000 sources sont consultées par Echo

Mais pour que l’outil soit réellement efficace, il faut que les articles de presse de ce type se développent encore plus. En effet, Echo ne devine pas seul la réponse à la question qui lui est posée : il va chercher sur Internet les sujets qui contiennent les mots-clés prononcés par l’utilisateur à partir d’une base de données constituée à l’avance, qui ne contient que des sources fiables.

L’outil «  utilise la reconnaissance de la parole naturelle pour analyser et répondre aux questions à partir d’une base de données d’environ 2 000 sources de fact checking professionnels », explique le laboratoire, qui ajoute que les réponses d’Echo sont plus précises lorsque l’utilisateur lui laisse un peu de temps pour répondre, le temps de passer en revue les informations à sa disposition.

Amazon Echo
Posez vos questions !

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés