Un tribunal américain a confirmé la responsabilité d'Amazon pour les achats qui sont effectués par des enfants sans l'accord de leurs parents.

Amazon va devoir vérifier plus attentivement à l’avenir si les ordres d’achat qui sont passés depuis sa plateforme sont effectivement autorisés par un adulte. Autrement dit, le spécialiste du e-commerce va devoir faire attention à ce qu’un enfant ne puisse plus réaliser un achat sans avoir obtenu le consentement préalable de ses parents.

La FTC veut la restitution complète des fonds

C’est en tout cas la leçon que devrait logiquement tirer l’entreprise suite au verdict rendu mercredi par un magistrat fédéral. Celui-ci considère qu’Amazon doit dédommager les clients américains qui ont été facturés pour des achats effectués par leurs enfants, à leur insu, via les applications figurant sur ses tablettes. La nouvelle a été accueillie avec satisfaction par la Federal Trade Commission (FTC), une agence américaine responsable de la bonne application du droit de la consommation outre-Atlantique. Sa présidente, Edith Ramirez, a confié dans un communiqué que la FTC va réclamer des remboursement intégraux pour les clients.

L’action engagée initialement par la FTC remonte au mois de juillet 2014. Amazon n’a pas été la seule entreprise à être épinglée par l’agence américaine. Apple et Google ont aussi été pointées du doigt. Elles ont toutefois trouvé un terrain d’entente avec les services de la Federal Trade Commission et accepté de rembourser 50 millions de dollars.

Les achats réalisés par des enfants sans l’accord des parents constituent un problème qui a traversé l’Atlantique. En Europe aussi, des modifications ont dû être effectuées afin que les achats in-app soient mieux identifiés, par exemple en évitant de dire que les jeux en free-to play intégrants des options payantes sont gratuits.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés