Nous avons promis d’observer le Nouvel Observateur depuis que le journal est dirigé par l’ancien patron de la Fnac et l’architecte de la riposte graduée Denis Olivennes. L’homme de gauche « qui vous emmerde » s’est vu rappeler hier par le Parlement européen que la solution de riposte graduée qu’il a porté avec joie auprès des lobbys de l’industrie culturelle et du gouvernement était tout simplement (oh, une broutille…) contraire aux Droits de l’Homme. Forcémment, ça met un peu de plomb dans l’aile de l’homme de gauche.

Comment, donc, a réagi le Nouvel Observateur suite au vote par le Parlement Européen d’une résolution qui invite les Etats membres dont la France « à éviter de prendre des mesures qui entrent en contradiction avec les libertés civiques et les droits de l’homme et avec les principes de proportionnalité, d’efficacité et de dissuasion, telles que l’interruption de l’accès à l’Internet » ?

Alors que l’AFP a publié très tôt une dépêche, c’est silence radio sur le site du Nouvel Obs à l’heure où nous publions ces lignes, vingt heures après la dépêche d’agence. Au contraire, le journal a publié un article qui défend son nouveau patron Denis Olivennes face aux critiques et aux inquiétudes des abonnés et des lecteurs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés