Des chercheurs de l'Ecole Polytechnique de Zurich ont mis au point un système qui permet à des drones de construire un pont en cordages, presque sans intervention humaine.

Lorsque la guerre éclatera entre les robots et les humains, les machines pourront compter sur les drones du génie civil pour les aider dans leur progression sur le terrain. Mais en attendant, c'est à titre expérimental que des chercheurs de l'Institut pour les Systèmes et Contrôles Dynamiques et le laboratoire de recherches en techniques de construction Gramazio Kohler, tous les deux de l'Ecole polytechnique de Zurich, ont mis au point des drones capables de construire un pont (presque) sans intervention humaine.

Pour l'exercice, les drones doivent construire un pont entre deux échafaudages dont l'écartement d'environ 7,4 mètres est mesuré précisément et indiqué par l'homme. Puis grâce à des algorithmes, les drones se coordonnent pour déployer les cordages en Dyneema (du polyéthylène de masse molaire très élevée), en utilisant un dérouleur motorisé qui leur permet également de contrôler la tension. Ce type de cordage a l'avantage d'être à la fois léger (7 grammes par mètre), ce qui est indispensable pour être transporté par de tels quadricoptères, et très résistant.

Au total, neuf segments de corde d'une longueur totale de 120 mètres sont assemblés de façon autonome par les drones, y compris pour réaliser les noeuds, les liens et les tresses qui solidifient l'édifice. Seule la réalisation des cordages de stabilisation nécessite à nouveau une mesure préalable par l'homme, faute de capteurs permettant aux drones de connaître précisément l'emplacement du cordage au départ et à l'arrivée du pont.

L'ensemble est toutefois réalisé pour le moment dans un environnement très contrôlé, la Flying Machine Arena, un espace de 10 mètres cube blindé de capteurs de haute-précision qui permettent de suivre précisément le déplacement de chaque drone à un rythme de 200 images par seconde, et de communiquer avec les drones pour leur communiquer les instructions de vol en temps réel. Ainsi les drones n'embarquent aucune intelligence particulière ; c'est un ordinateur central qui se charge des calculs algorithmiques pour réaliser les plans du pont et pour piloter les drones de construction en utilisant les outils développés spécifiquement.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos