L'Allemagne prend des mesures plus strictes vis-à-vis de la littérature érotique et pornographique. Désormais, il n'est plus possible d'en vendre sous forme de livre électronique avant 22 heures. Mais à l'heure du net, qui regorge de sites consacrés à ce type de littérature, la mesure est-elle vraiment pertinente ?

La mesure a de quoi surprendre de ce côté-ci du Rhin, tant elle paraît insuffisante et inadaptée au regard des objectifs poursuivis. En vue d'empêcher les mineurs d'accéder à des livres électroniques pornographiques ou érotiques, le législateur allemand a décidé de restreindre le créneau dans lequel la vente d'ouvrages laissant une large place au sexe est autorisée.

Selon la BBC, les marchands en ligne n'ont désormais plus le droit de commercialiser ce type de littérature en journée. Ils doivent attendre 22 heures pour accepter les commandes d'ouvrages coquins (quand ils ne ont pas carrément obscènes). Les ventes sont alors autorisées jusqu'à 6 heures du matin. En cas d'infraction, l'amende peut atteindre jusqu'à 500 000 euros, note Le Monde.

Cette actualité rappelle un épisode assez particulier concernant la Wii U. Il avait été constaté que les jeux  PEGI 18 ne pouvaient s'acheter que la nuit. En effet, Nintendo Europe ayant basé ses locaux en Allemagne, il doit prendre en compte la loi allemande, qui impose que les contenus réservés aux plus de 18 ans ne soient disponibles que quelques heures la nuit.

L'utilisation de l'horaire pour filtrer des individus n'est pas quelque-chose de nouveau.

En France, comme le pointe le rapport Brisset, les chaînes de télévision évitent par exemple de proposer des programmes "susceptibles de nuire aux mineurs entre 6 heures et 22 heures 30". Des mesures existent aussi pour gérer des jours où les enfants peuvent se coucher plus tard (comme le mardi, le vendredi et le samedi) et les vacances scolaires.

Mais avec la TV, le téléspectateur n'a pas la maîtrise de ce qui est proposé à l'écran. C'est très différent avec Internet, où l'internaute peut choisir d'aller sur un site plutôt qu'un autre. Or, quid des sites de littérature érotique qui pullulent sur le net et dont l'accès est souvent gratuit et très simple ? Bien sûr, personne n'imagine sérieusement leur demander de baisser le rideau entre 6 heures et 22 heures.

( photo : CC BY stf-o )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés