Ce n'est pas illégal de dire ce que vous pensez, mais on va tout de même vous censurer pour le bien de la démocratie. C'est en substance le programme de David Cameron pour sa nouvelle loi contre le terrorisme, qui renforcera la lutte contre les contenus "nocifs" sur internet.

La reine Elizabeth présentera mercredi prochain dans un discours traditionnel à chaque élection le projet législatif du Premier ministre David Cameron, et devrait annoncer à cette occasion que la censure sur Internet s'étendra bientôt à la publication d'opinions extrémistes mais légales, parce qu'elles pourraient mener à "renverser la démocratie" — alors-même que c'est la possibilité d'exprimer toutes les vues, même les plus extrêmes, qui témoigne de la vitalité de la démocratie.

Dans un discours révélé la semaine passée par le Guardian, David Cameron a lui-même présenté son plan contre la radicalisation islamique au conseil de sécurité du Royaume-Uni. Il renie des siècles de tradition de protection de la liberté d'expression en Grande-Bretagne, même lorsqu'elle couvre des propos choquants. Le texte de la loi anti-terroriste préparé par David Cameron permettra en effet à la police de demander en justice des mesures restrictives contre les "activités nocives" d'un individu, même si elles ne sont pas en elles-mêmes illégales.

"Pendant trop longtemps, nous avons été une société tolérante et passive, qui disait à ses citoyens : tant que vous obéirez à la loi, nous vous laisserons tranquille. Souvent ça a impliqué que nous sommes restés neutres face à des valeurs différentes. Et ça a permis à des discours faits d'extrémisme et de plaintes de se développer", a-t-il condamné.

"Ce gouvernement tournera définitivement la page de cette approche qui a échouée. En tant que partie d'une même nation, nous gouvernerons en tant que même nation, et rassemblerons notre pays. Cela veut dire que nous promouvrons activement certaines valeurs".

Déjà en septembre 2014, la ministre de l'intérieur Theresa May avait annoncé sa volonté de créer des "Extremism Disruption Orders", qui permettraient aux juges d'interdire à des individus jugés extrémistes de diffuser des messages sur les réseaux sociaux sans autorisation préalable. Une sorte de mise sous tutelle de l'expression publique, pour des individus accusés de n'avoir pas une opinion solidaire des intérêts de l'Etat.

Depuis 2010, la Grande-Bretagne dispose aussi d'une Counter Terrorism Internet Referral Unit (CTIRU), mise en place par la police britannique, qui établie une liste de sites réputés faire l'apologie du terrorisme. Il n'existe aucune obligation légale de la prendre en compte mais les plus grands FAI du pays ont accepté en fin d'année dernière d'intégrer cette liste dans leurs systèmes de filtrage. Le système "volontaire" revient donc peu ou prou au même qu'en France, où les FAI ont désormais l'obligation de bloquer les sites d'apologie du terrorisme qui leur sont signalés par le ministère de l'intérieur, sans vérification judiciaire, ce qui laisse place à l'arbitraire.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés