Skype devra-t-il changer de nom ? La question se pose après la décision du Tribunal de l'Union européenne qui confirme que l'opérateur britannique Sky peut légitimement s'opposer à ce que Skype dépose et exploite sa marque en Europe.

Mardi, le tribunal de l'Union européenne (TUE) a jugé en première instance que la société britannique Sky était fondée à s'opposer à ce que soit déposée au niveau communautaire la marque Skype, qui crée avec l'opérateur télécoms un risque de confusion dans l'esprit du public. Si la décision est confirmée en appel par la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), Microsoft pourrait alors devoir changer le nom de Skype, comme il l'avait déjà fait l'an dernier avec SkyDrive devenu OneDrive.

Lorsqu'il s'appelait encore Sky Broadcasting Group, l'opérateur britannique avait déposé la marque "SKY" en 2003, pour obtenir l'exclusivité du terme associé à des services de télécommunications, avant que Skype ne vienne à son tour demander à bénéficier d'une protection de sa marque dans l'Union européenne en 2004. Sky avait alors formé opposition à l'octroi de la marque "SKYPE" auprès de l'Office de l'harmonisation pour le marché intérieur (OHMI), qui lui avait donné raison en 2012.

C'est cette décision de l'OHMI que Skype avait attaquée devant le TUE, sans succès. Le Tribunal a confirmé qu'il y avait bien un risque de confusion entre la marque "SKY" et "SKYPE". Tout d'abord parce que la prononciation verbale est proche, même si en anglais Skype se prononce "skaï-pi", ensuite parce que le sentiment de confusion avec le ciel ("sky") est renforcée par le logo de Skype, dont le nom est entouré d'un nuage. De même, "Skype" n'évoque rien d'autre que le ciel, en anglais.

CHANGEMENT DE NOM OU ARRANGEMENT AMIABLE

Enfin, Skype avait tenté de démontrer que les deux marques coexistaient pacifiquement en Grande-Bretagne. Mais le TUE estime que la confusion est seulement écartée pour un service très spécifique de Skype (la VOIP en P2P), mais pas pour l'ensemble des catégories pour lesquelles Skype revendique une marque. En outre, les deux marques n'auraient pas coexisté assez longtemps pour écarter tout risque de confusion dans l'esprit du public.

Si la décision est confirmée par la CJUE, Sky pourrait donc non seulement s'opposer à ce que Skype ait sa propre marque en Europe, mais attaquer Skype pour contrefaçon de marque ou parasitisme. Microsoft n'aura alors pas d'autre choix que de changer le nom du service qu'il a racheté pour 8,5 milliards de dollars. Les délais judiciaires lui laissent toutefois tout le temps de préparer sa communication pour un tel changement… ou pour faire un chèque d'arrangement amiable à Sky.

Etant donnée l'énorme notoriété de Skype dans le monde entier, cette dernière option paraît la plus probable. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés