Microsoft a confirmé mardi le rachat de Skype pour 8,5 milliards de dollars. Payés cash. La société de vente aux enchères eBay, qui avait déjà cédé à un collectif d'investisseurs 70 % de la société qu'elle avait achetée en 2005, devrait réaliser environ un milliard de dollars de retour sur investissement.

Mise à jour – La transaction a été validée vendredi par la Commission fédérale du commerce (FTC).

Sujet du 10 mai – Microsoft a confirmé ce mardi l’acquisition de Skype pour 8,5 milliards de dollars. Une somme équivalente au PIB annuel de pays comme Madagascar, le Burkina Faso ou l’Arménie, que Microsoft verse intégralement en cash, sans échanges d’actions. En signant directement un chèque.

Jamais dans son histoire la firme de Redmond n’avait investi une telle somme pour sa croissance externe. C’est dire l’importance stratégique immense que revête aux yeux de Microsoft cette opération que le conseil d’administration a d’ores et déjà approuvé.

« L’acquisition augmentera l’accessibilité de la vidéo en temps réel et les communications vocales, apportant des avantages aux consommateurs et aux utilisateurs en entreprise« , a indiqué Microsoft dans un communiqué. « Avec 170 millions d’utilisateurs connectés et plus de 207 milliards de minutes de conversations vocales et vidéo en 2010, Skype a été un pionnier dans la création de richesse, des liens importants entre amis, familles et collègues de travail dans le monde. Microsoft se concentre depuis longtemps sur la communication en temps réel à travers ses différentes plates-formes, y compris Lync (qui a vu une croissance de 30 pour cent des revenus au T3), Outlook, Messenger, Hotmail et Xbox LIVE« , ajoute-t-il.

Autant de services qui devraient rapidement intégrer Skype comme solution intégrée de communication, concurrente aux FaceTime d’Apple et Google Voice. « Skype va supporter les périphériques Microsoft comme la Xbox et le Kinect, les Windows Phone et une large gamme d’appareils Windows, et Microsoft connectera Skype avec Lync, Outlook, Xbox Live et d’autres communautés« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés