Expliquant que l'attentat que projetait un individu déjà surveillé par les services de renseignement légitimait d'autant plus le renfort des moyens donnés à ces derniers, Manuel Valls s'est énervé jeudi matin sur France Inter contre le débat sur l'atteinte portée aux libertés par le projet de loi Renseignement.

Après Nicolas Sarkozy qui demandait hier aux Français de "faire un effort" pour mettre certains de leurs droits et libertés de côté dans la guerre contre le terrorisme, le Premier ministre Manuel Valls est apparu très agacé jeudi matin sur France Inter, à l'évocation du débat sur les pertes de libertés induites par le projet de loi renseignement, qui prévoit notamment de confier à des algorithmes le soin de détecter de simples "comportements suspects".

"Mais enfin écoutez face à la menace que nous connaissons, dans le monde particulièrement trouble dans lequel nous vivons (menaces terroristes, drames migratoires en Méditerranée, défis climatiques, défis économiques…), un pays comme le nôtre qui en plus s'est construit à travers un État fort mais qui garantie les libertés, doit se donner les moyens de lutter notamment contre le terrorisme. C'est quoi ce débat sur les libertés ?", s'est-il emporté en toute fin d'interview.

Le chef du gouvernement assure qu'il n'a "pas peur de ce débat", mais ne veut pas débattre, car il n'y a rien à débattre. Le projet de loi offre selon Manuel Valls "un cadre qui nous permet de donner plus de moyens à nos services de renseignement, tout en garantissant nos libertés".


Manuel Valls sur France Inter (extraits) par Numerama

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos