C'est l'histoire d'un tweet qui en disait trop, que le ministère de la Justice a préféré supprimer.

Mercredi, le Canard Enchaîné publiait des informations selon lesquelles Christiane Taubira trouverait le projet de loi sur le Renseignement totalement contraire à ses convictions, malgré des positions publiques qui s'inscrivent dans la solidarité gouvernementale. Lundi soir, lors de l'examen du texte, la ministre de la Justice a encore présenté un visage de neutralité, ne voulant pas s'opposer au chef du Gouvernement Manuel Valls qui était lui-même venu défendre le texte dans l'hémicycle, ce qui est rarissime.

Mais alors qu'elle s'exprimait lors de la discussion générale, le ministère de la Justice n'a cité qu'un seul extrait de son intervention : "il est évident que les techniques de recueil (des données) sont susceptibles de porter atteinte à la vie privée". Avant de le retirer aussitôt lorsque nous l'avons signalé en direct :

Après avoir supprimé le tweet et après que nous avons diffusé la copie d'écran, le ministère a attendu la fin du discours pour finalement, en urgence, publier quelques autres messages. Mais trop tard :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés