Le Royaume-Uni prend des mesures contre l'évasion fiscale. Le pays annonce la mise en place d'une taxe pour les multinationales qui échapperaient à l'impôt. Sa mise en place est prévue pour avril 2015 et touchera en particulier les géants de l'économie numérique.

La France n'est pas le seul pays en Europe à s'agacer de l'optimisation fiscale excessive de certaines grandes entreprises. Ailleurs sur le Vieux Continent, d'autres États sont aussi confrontés aux efforts des groupes étrangers pour réduire au maximum leur exposition à l'impôt, à l'image de l'Italie, qui soupçonne par exemple Google d'avoir basculé dans l'évasion fiscale.

Outre-Manche, les mêmes problématiques agitent la classe politique. Pour y répondre, le gouvernement emmené par David Cameron a élaboré une taxe qui visera les profits des sociétés lorsqu'il aura été démontré que celles-ci échappent effectivement au cadre classique de l'impôt. Cette nouvelle mesure doit entrer en vigueur à partir du mois d'avril 2015.

Du fait du poids important que représente Google dans l'économie numérique, et au regard des nombreuses accusations dont fait l'objet la firme de Mountain View sur le plan fiscal, la presse britannique a naturellement baptisé cette taxe la "taxe Google".

"Si un entreprise a une activité importante au Royaume-Uni – au niveau des ventes, par exemple -, mais peut éviter de payer l'impôt sur les sociétés en déplaçant les profits générés au Royaume-Uni vers d'autres pays à travers la manipulation des règles fiscales internationales, le Royaume-Uni sera désormais en mesure de taxer les profits à un taux de 25 %", explique le gouvernement.

L'exécutif prévient que cette mesure s'appliquera aussi bien aux sociétés britanniques qu'aux firmes étrangères. Aucun groupe en particulier n'est pris en exemple, mais Londres mentionne la technique du "double sandwich irlandais", qui permet de faire circuler dans différents pays (Irlande, Pays-Bas, Irlande, Bermudes, USA) pour payer le moins possible, et qui est utilisée par certains géants de l'économie numérique.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés