Facebook a expliqué qu'il analysait l'activité de ses membres dans les 15 jours suivant leur mariage, pour savoir où les jeunes couples mariés passaient leur lune de miel. Même lorsqu'ils n'en disent strictement rien sur le réseau social.

Mise à jour : Facebook nous a contacté pour nous préciser que l'étude n'est pas basée sur la géolocalisation des connexions, comme nous l'avions compris à tort par une erreur de traduction de notre part, mais sur les "check-ins", c'est-à-dire les modifications de statut opérées pour signaler une position géographique. C'est donc en croisant deux événements proches déclarés par les membres, un mariage puis un "check-in", que Facebook devine où la lune de miel a été passée.  

Facebook a publié jeudi soir des statistiques compilées par son "équipe des données", qui établissent un classement des destinations favorites de lune de miel pour les jeunes couples mariés. Elles montrent que toute population mondiale confondue, c'est aux Etats-Unis (et surtout à Las Vegas) que les amoureux se rendent le plus souvent, suivis par le Mexique, la République Dominicaine, la Jamaïque, la Turquie, Sainte Lucie et le Brésil.

Par ailleurs, Facebook a établi un graphique de la distance moyenne entre le pays d'origine des membres nouvellement mariés, et la destination de leur lune de miel. Il montre qu'en France, les couples ont tendance à rester près de chez eux, en s'éloignant en moyenne de 650 km.  Ce sont les Sud-Coréens (environ 6500 km), les Italiens (5600 km) et les Qataris (5400 km) qui font les plus longs trajets pour aller fêter leur engagement mutuel à s'aimer et se supporter jusqu'à ce que mort les sépare :

Mais l'étude a beaucoup moins d'intérêt pour ses résultats que pour ce que révèle la démarche. Car pour obtenir ces données, Facebook n'a pas exploité uniquement les informations que les utilisateurs ont consenti à lui fournir, mais aussi des données qu'il a déduites de l'activité des membres.

En effet, pour savoir où les internautes se rendent en lune de miel, ce qui peut être une indication parmi d'autres de leur pouvoir d'achat et de leur statut social, Facebook regarde si les couples récemment mariés se sont connectés avec leur profil (sans même publier quoi que ce soit, donc) à partir d'une zone géographique plus éloignée qu'à l'ordinaire.

Grâce aux changements de statuts des jeunes mariés, Facebook sait très exactement quand les membres ont célébré leur union, puis il observe ensuite leur activité dans les deux semaines qui suivent. S'ils se connectent depuis les Baléares alors qu'ils habitent Trouville, c'est a priori qu'ils sont bien partis dans les îles passer leur lune de miel.

Cette publication pose donc la question de la confidentialité des données que les internautes ne fournissent pas, et que peut-être même ils ne veulent pas fournir, mais que les services en ligne déduisent tout de même par croisement d'informations. Ce que Facebook peut faire avec des lunes de miel, il peut le faire avec bien d'autres choses. Dès 2009, des chercheurs avaient prévenu qu'il était possible de "détecter l'homosexualité" d'un internaute qui ne se déclare pas comme tel. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés