La Chine a décidé d'empêcher l'utilisation de DuckDuckGo, le moteur de recherche américain qui permet aux internautes d'effectuer des recherches sans être tracé.

Il faut probablement le prendre comme un signe de reconnaissance. Tech In Asia rapporte que la Chine a décidé d'ajouter le moteur de recherche DuckDuckGo à la liste des sites web rendus inaccessibles par le "Grand Firewall de Chine". L'administration veut ainsi éviter que le service de recherche, qui a pour originalité de parfaitement respecter la vie privée des internautes, ne fasse de l'ombre au géant chinois Baidu, lequel a le grand avantage de respecter les règles de censure imposées par le pays.

Comme lui, Google est également régulièrement bloqué en Chine depuis 2009. En 2010, la firme américaine a expliqué son refus de censurer des résultats de recherche selon des critères imposés par l'Etat chinois, et décidé de déménager ses services à Honk Kong, d'où il opère en tentant de contrer la censure chinoise. En revanche, le moteur Bing de Microsoft reste libre d'opérer en Chine.

Le blocage de DuckDuckGo a été confirmé ce week-end par Gabriel Weinberg, le président-fondateur du moteur de recherche :

Selon le site GreatFire.org qui teste à intervalles réguliers de nombreuses URL pour voir si elles sont accessibles depuis la Chine, le nom de domaine de DuckDuckGo aurait été bloqué depuis le début du mois de septembre, sans que l'on connaisse les raisons qui ont poussé le régime chinois à agir. Peut-être est-ce lié à la décision d'Apple d'intégrer DuckDuckGo dans iOS 8, pour faciliter les recherches anonymes.

En très forte progression depuis les révélations d'Edward Snowden, DuckDuckGo compte actuellement plus de 5 millions de requêtes par jour. Ce qui reste toutefois très, très faible par rapport au géant Google, qui traite plus de 6… milliards de recherches par jour. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés