Pour faire obstacle au projet de loi anti-terroriste qui propose de confier à l'administration le soin d'établir des listes de sites web à bloquer sans aucun contrôle judiciaire, La Quadrature du Net relance son PiPhone. Un outil très simple qui permet à chaque internaute de contacter rapidement un député concerné par téléphone, pour le convaincre de s'opposer au texte.

Puisque les arguments très critiques livrés par le Conseil National du Numérique (CNNum) contre le blocage administratif des sites internet prévu par le projet de loi anti-terroriste ont été balayés aussitôt par le ministère de l'intérieur, La Quadrature du Net a décidé de ressortir son arme la plus efficace contre les textes à portée liberticide : le téléphone.

"C'est la quasi-totalité de ce projet de loi qui tend au contournement du judiciaire dans le cadre des actions policières anti-terroristes, particulièrement dans le domaine numérique", prévient La Quadrature du Net dans un communiqué.

"L'ensemble du projet de loi s'attache à traiter dans le cadre anti-terroriste des actes ou des propos qui sont considérés comme « faisant partie du parcours des terroristes », avant que les actes de terrorisme ne soient eux-même commis ou même directement préparés. C'est une société de la surveillance et de la suspicion qui est ici proposée, dans laquelle la police ou le gouvernement décideraient de censurer Internet, et c'est en ces termes que le débat devra être mené."

Un appel à appeler

L'association appelle donc les internautes à se mobiliser d'urgence pour contester le texte dont le Gouvernement prétend qu'il vise à les protéger. Le gouvernement a choisi de déposer le projet de loi sous procédure accélérée, c'est-à-dire avec une seule lecture par l'Assemblée Nationale et le Sénat. L'examen en commission doit avoir lieu par les députés le 22 juillet prochain.

En pratique, La Quadrature du Net a donc relancé son PiPhone, un outil en ligne très bien pensé qui affiche au hasard le nom de l'un des députés de la commission des lois, ses coordonnées téléphoniques, et qui propose d'appeler le député d'un simple clic. Le procédé permet de prendre contact directement avec le parlementaire ou son assistant, de façon bien plus efficace qu'avec un e-mail, pour discuter avec lui (ou elle) des enjeux de la loi et lui demander de ne pas voter le texte.

Exemple (rafraîchir) :

C'est notamment grâce à cet outil que La Quadrature avait réussi à obtenir une première victoire inespérée au Parlement européen pour la neutralité du net.

"La Quadrature du Net appelle tous les citoyens soucieux de défendre les valeurs fondamentales de la démocratie à contacter les membres de la commission des lois de l'Assemblée nationale sans attendre, pour les exhorter à rejeter le texte dans son ensemble", exhorte l'association.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés