Publié par Guillaume Champeau, le Jeudi 26 Juin 2014

La loi anti-Amazon pour des livres plus chers sur Internet est adoptée

Les sénateurs ont adopté définitivement jeudi la loi sur la vente à distance des livres, qui interdit de pratiquer une gratuité des frais de port, et obligera les commerces en ligne à afficher un prix 5 % plus cher qu'en librairie traditionnelle.

Sans aucun suspense, le Sénat a adopté jeudi à l'unanimité la proposition de loi UMP soutenue par le Gouvernement et sa ministre de la culture Aurélie Filippetti, qui vise à rendre les livres plus chers sur Internet qu'en librairie physique, en interdisant les frais de port gratuits et la déduction (quasi systématique en librairie) de 5 % du prix affiché.

La loi, adoptée définitivement grâce à une seconde lecture conforme à celle de l'Assemblée Nationale, prévoit que les boutiques en ligne devront obligatoirement afficher un prix de vente correspondant à 100 % du prix fixé par l'éditeur, alors que les librairies dans les boutiques traditionnelles ou les grandes surfaces peuvent afficher un prix de 95 %. C'est uniquement lorsque seront calculés les frais de port que les e-commerçants comme Amazon pourront déduire de ces frais de port (et uniquement de ces frais de port) le différentiel des 5 %. 

Ainsi en pratique, les livres vendus par Amazon, la FNAC ou n'importe quel libraire en ligne seront 5 % plus chers qu'ailleurs, pénalisant les lecteurs qui n'ont pas de librairie de proximité, qui devront attendre parfois plusieurs semaines pour que leur librairie reçoive un livre.

Dit autrement, un même livre devra être vendu au prix de 10 € sur Amazon et consorts, alors qu'il pourra être vendu au prix de 9,5 € chez Auchan, Leclerc, Decitre, ...

La loi entrera en vigueur dès sa publication au Journal Officiel, qui interviendra au lendemain de sa promulgation par le président François Hollande. A moins que la Commission Européenne ne fasse obstacle à son application. "Je souhaite poursuivre le dialogue avec les commissaires européens qui sont attentifs à ce texte", a simplement prévenu Aurélie Filippetti ce matin.

Publié par Guillaume Champeau, le 26 Juin 2014 à 13h32
 
77
Commentaires à propos de «La loi anti-Amazon pour des livres plus chers sur Internet est adoptée»
Inscrit le 26/11/2008
319 messages publiés
Petite question : quelles sont les "boutiques en ligne" concernées ?
Uniquement celle domiciliée en France par exemple ?
Fonction du lieu d'expédition ?
Inscrit le 01/10/2004
1525 messages publiés
Je pense que les traités internationaux (et pas seulement les traités européens, hein, aussi les textes de l'OMC et autres organisations internationales) interdisent de faire ce type de discrimination. Donc nos chers (très chers) députés visent Amazon, ils touchent aussi la Fnac et toutes les librairies en ligne (y compris les quelques petites librairies de quartier qui ont été assez maligne pour tenter le développement en ligne).
Mais on ne fait pas d'omelettes sans casser des œufs, n'est-ce pas ? Cette loi est une loi d'affichage qui permet de dire qu'on a agi et fait quelque chose, et tant pis si elle touche par ricochet tout un secteur.
Inscrit le 12/06/2014
6 messages publiés
C'est pas très clair. On affiche le prix éditeur, soit. Mais le client paye quoi ? Plusieurs interprétations sont possibles.

Accessoirement, si dans un sens la réduction est de 5%, dans l'autre c'est pas 5% plus cher.
Inscrit le 13/08/2002
24981 messages publiés
J'ai modifié un peu l'article, j'espère que c'est plus clair désormais.
Inscrit le 18/03/2011
40 messages publiés
Autrement dit, on paiera le prix complet du livre (sans les 5%) + frais de livraison (avec max. 5% de réduction de ces frais) ?


Si c'est le cas, ça fait un peu double peine... Et puis bon, pas sûr qu'inciter les gens à prendre leur voiture pour aller acheter leur livre aille dans le sens d'une évolution...
Inscrit le 19/02/2009
10 messages publiés
Si j'puis me permettre :
L'article fait encore mention d'un prix 5% plus cher, ce qui est faux. L'infographie (qui est juste) le montre : c'est le cumul de la réduction de 5% éditeur ET des frais de ports gratuit qui est interdite. Autrement dit le livre sera au même prix que dans une librairie SAUF qu'on paiera les frais de port.
[message édité par Tromatojuice le 29/06/2014 à 11:50 ]
Inscrit le 20/01/2012
383 messages publiés
Pourquoi les libraires ne doivent pas facturer alors le prix du conseil ou de la surface commerciale?

Encore un protectionnisme navrant pour sauver des modèles économiques à bout de souffle.
Inscrit le 04/02/2014
105 messages publiés
"modèles économiques à bout de souffle...."

si c'est rétrograde d'avoir des commerçants locaux, ben, le futur va être bien terne
Inscrit le 03/04/2003
510 messages publiés
Ce qui est rétrograde c'est de ne plus avoir le choix permis par le progrès technique. Les offres de VPC et de ventes sur places sont complémentaires.
Inscrit le 27/06/2014
2 messages publiés
Elles ne sont malheureusement pas complémentaires... Si cette loi est créée , c'est aussi pour protéger l'activité des libraires. Et le progrès technique ne doit pas être une excuse pour tout consommer virtuellement....
Inscrit le 07/12/2005
1095 messages publiés
N'importe quoi.
Tout le problème vient d'Amazon qui fait de la concurrence déloyale en se permettant de vendre très bas grâce aux impôts que cette entreprise ne paye pas.
Curieusement, là ou Amazon a tout écrasé, les frais de port ont largement augmenté...

Mais les neuneux s'en tapent, réfléchir à plus d'un mois de distance ils s'en moquent du moment qu'ils gagnent leur 1€ de plus sur un livre, euro qu'ils payeront plus tard et bien plus cher en impôts/cotisations/je ne sais quoi pour compenser la destruction opérée par Amazon.
Inscrit le 03/09/2012
1316 messages publiés
Les neuneus, comme tu aimes si bien le dire, préféreraient qu'on fasse les choses correctement.
S'il y a un problème d'évasion fiscale (se dont je ne doute pas), ce problème doit être traité comme il se doit et non pas mettre un pansement sur une jambe de bois.
A force de dire des conneries, ont fini par les croire !
Inscrit le 07/03/2013
19 messages publiés
Des commerçants locaux qui vendent des produits mondialisés ?

La bonne blague, contrairement aux produits du terroir ou à la production locale où la qualité peut varier, un livre acheté sur Amazon ou chez le libraire du coin est toujours le même.
Inscrit le 20/01/2012
383 messages publiés
Qui parle de rétrograde. Personnellement j'achète plus dans les petites boutiques, même si le prix est plus cher que sur le net. Ce n'est pas avec des lois stupides que les petits commerçants doivent sauver leurs business, mais avec une offre / un service alléchant. Si malgré tout ça coince, c'est qu'il y a un problème de fond (qui d'ailleurs est probablement plus important que 5% de rabais).

Est-ce qu'on a pondu des lois pour sauver mon boucher de quartier avant qu'il ne ferme? Ma fleuriste? Mon magasin de photo? etc.

De plus, le salut pour un commerçant peut parfois passer par des prix plus chers, mais un excellent service.
Inscrit le 17/04/2009
949 messages publiés
Il n'est pas rétrograde d'avoir les commerçants locaux, consommer des produits locaux est louable. Mais un livre, est-ce un produit local? Il peut y avoir une différence entre une courgette achetée au marché ou chez carrefour, c'est clair, mais c'est beaucoup moins évident pour un livre ou un journal. Encore moins pour un film. Déjà, pour tout ce qui peut être dématérialisé. La courgette, on ne peut pas. Mais un livre, il faut fabriquer le papier, l'imprimer, relier, ça fait du boulot et des sous pour la sécu, certes, mais surtout pour les banques.

Du moment qu'on a la possibilité de lire sur un écran, un livre physique devient un produit de luxe  et un gaspillage de ressources. Logiquement, dans dix ans, lire sur l'écran deviendra commun et lire un livre physique une exception et un signe extérieur de richesse.  Et les librairies des boutiques de luxe superflu.
Inscrit le 10/08/2010
1686 messages publiés
C'est pas le fait d'avoir des commerces locaux qui est à bout de souffle, mais le "modèles" des libraires, leur façon de travailler et la "qualité" du service.

Ils ont justement le coté proximité pour eux, mais bizarrement, un entrepot arrive à avoir une meilleur qualité de service et des délais plus rapides....

Accessoirement, ,ils vendent pas des produits locaux, ce sont uniquement des intermédiaires, exactement comme Amazon (le délais de plusieurs semaines / mois en plus....)
Inscrit le 13/08/2013
130 messages publiés
Il y a des domaines pour lesquels les commerçants locaux sont très bien adapté (La nourriture par exemple, ou des achats qui nécessitent un conseil),  pour ce qui est des livres, ama c'est rétrograde.
J'ai le choix entre:
Trouver le livre sur le net puis cliquer sur un bouton et attendre pépère qu'il arrive chez moi,
Ou prendre ma voiture, aller chez le libraire, chercher le livre et, dans le cas où il ne l'a pas en stock, en venir à ce que lui le commande.

Dans le premier cas j'économise de l'essence et du temps.
Inscrit le 03/12/2011
90 messages publiés
Les perdants sont les lecteurs...
Bravo... 
Inscrit le 20/11/2004
2172 messages publiés
Hem, l'article annonce que la loi est votée, mais apparemment, il y a encore une différence entre le texte de l'AN et le texte du Sénat, n'est-ce pas ? Dans ce cas, il y aura une commission finale, qui aboutira à l'adoption de la loi de l'AN, non ?
Bref, la loi n'est pas encore votée, dans ce cas ?
Inscrit le 11/05/2006
18 messages publiés
C'est normal qu'un État protège les petits commerçants et les indépendants.
Quand il n'y aura plus qu'un seul énorme vendeur en situation de monopole, vous ferez moins les malins.
Inscrit le 27/03/2014
12 messages publiés
Si l'Etat cherchait vraiment à protéger les commerçants et les indépendants, il (s')interdirait :
- de les taxer comme des porcs (RSI par exemple, IS, cumuls de charges diverses et variées qui ne servent absolument au bien public, mais seulement à engraisser des institutions complètement à la ramasse, etc...)
- de les soumettre à des normes de plus confuses et nombreuses (dont certaines sont en contradiction)
- à l'éditeur de fixer le prix de vente (depuis quand nu commerçant n'est plus libre de fixer le prix qu'il souhaite pour un article ?)

Rien qu'en agissant sur ces 3 points, on laisserait un peu de marge sur les prix, ce qui pourrait relancer la machine.

Si tu es commençant, tu ne peux franchement pas ignorer que l'Etat travaille uniquement POUR lui, CONTRE toi !
Inscrit le 03/09/2012
1316 messages publiés
+1
J'ajouterais aussi :
- Combattre fermement l'évasion fiscale, que ce soit une société (étrangère ou non) ou une personne (cahuzac ou pas). Il est là le vrai cancer de notre société.
Inscrit le 26/06/2014
1 messages publiés
C'est sympa de la part du sénat d'augmenter les marges d'Amazon !
Inscrit le 08/02/2008
24 messages publiés
Est ce que Amazon pourra avoir un prix spécial d'expédition des livres dont le montant sera libre ?
Comment ça se passe si je commande plusieurs articles livre + non livre ? Je ne paye que les fdp du livre mais qui sera envoyé avec ou séparément des autres articles ?

Ils auraient pas pu autoriser les boutiques physiques à faire 10% de remise, ça aurait surement été plus simple et rapide à mettre en place...
Inscrit le 07/02/2014
26 messages publiés
Et si on passe commande sur Amazon d'un livre et d'un autre article sans rapport avec un livre.
On a la livraison gratuite et les 5% ?
Inscrit le 02/11/2011
6 messages publiés
Le pire dans tout ça, c'est que je vais continuer à acheter mes livres sur Amazon.
Inscrit le 03/09/2012
1316 messages publiés
+1
Il ne pourrait en être autrement.
Inscrit le 27/06/2011
7 messages publiés
Non mais quel belle connerie... Parce que les libraires vendent moins de livre on augmente le prix des boutiques en ligne.
Donc, le prix des réveils va augmenter car les "Knocker" les réveilleurs public n'ont plus de travail?
Le prix des frigo parce que les découpeursde glace sont au chômage? etc....
ça s'appel l'adaptation.
C'est une énorme mascarade. Le marché évolue, il faut s'adapter, évoluer (comme dirait Darwin!).
Si tu n'évolues pas ta race/ton métier... est voué à disparaître.
Inscrit le 26/06/2014
1 messages publiés
Je pense que l'on doit condamner tous les livres imprimés. On doit créer de centaines de nouveau poste de scribes. On va avoir de milliers de postes de travail chez nous parce que l'on doit protéger notre économie locale. Bien sûr on doit se protéger contre le pédophile aussi. (Est-ce que vous êtes à faveur des pédophiles?)

N'oublions jamais notre objet, on doit vendre des livres, et la culture, c'est anarchiste.

C'est la contre-révolution de Gutenberg.

On peut tous revenir à LA moyen age.
Inscrit le 21/11/2011
624 messages publiés
Qu'en est-il des libraires physiques qui vendent également en ligne ??? Est-ce que ce n'est pas se tirer une balle dans le pied ?
Inscrit le 04/09/2002
2868 messages publiés
(..)Dit autrement, un même livre devra être vendu au prix de 10 € sur Amazon et consorts, alors qu'il pourra être vendu au prix de 9,5 € chez Auchan, Leclerc, Decitre, ...(..)

bah! si je dois prendre ma caisse pour aller l'acheter moins cher de 50 centimes dans l'auchan du coin, ça me reviendra toujours moins cher d'aller l'acheter sur amazon.

bref, une loi qui ne changera pas grand chose...
Inscrit le 26/06/2014
1 messages publiés
Qu'en est-il de ceux qui ont souscrit à l'offre premium d'Amazon ?

Je le rappelle, pour 49 euros une fois par an, vous pouvez à loisir commander sur le site autant que vous voulez (dans la limite des choses vendues directement par amazon, pas dans les offres annexes qui sont proposées en dessous de la disponibilité des articles) et recevoir ses colis en express gratuitement. Si l'on commande régulièrement, ces 49 € sont vite rentabilisés, et de ce fait une bonne partie des commandes sur toute l'année de ceux ayant souscrit sont effectivement gratuites de frais de port, doit-on donc s'attendre à une modification de cette offre par rapport à cette loi ?
Inscrit le 26/06/2014
1 messages publiés
Cela ne fera qu'inciter la vente de livres électroniques... pas de transport!
Inscrit le 17/04/2009
949 messages publiés
ce qui est, du point de vue écologique, très positif!
Inscrit le 26/06/2014
1 messages publiés
Je pense que l'État n'a pas pris en compte plein de problème ...
On a pas tous le temps de ce déplacer pour aller acheter un livre , le fait que Amazon livre gratuitement et en un temps records fait gagner du temps et de l'argent a tout le monde . 
Si les libraires vendent des livres en V.O , alors je dit ok , mais malheureusement on en rouge pas toujours son bonheur dans les librairies contrairement à internet où l'on peu tout trouver .
Rajoutons à ça que la lectures n'est pas très en vogue chez les adolescents , alors si en plus il ne peuvent pas trouver des prix correspondant avec leurs argents de poche , ça va inciter les jeunes à moins . 
Tout ceci est un cercle vicieux qui est sans fin et la seule solution aurais été de ne jamais commencer la vente en ligne et tout le monde sait que c'est une chose inimaginable .
Maintenant que l'État fasse quelque chose pour "aider " les libraires , c'est bien . Mais qu'on soit  réaliste , les temps évolues .....
Et pour l'environnement , à ton réfléchit à ça ? Inciter les gens à prendre la voiture pour aller à la librairie , cette lois crée juste des trous dans la couche d'ozone ...
Inscrit le 17/04/2009
949 messages publiés
Mettre les bâtons dans les roues de la diffusion de la culture, c'est un pas de plus vers l'abrutissement général. Il faut croire que c'est leur souhait: il est en effet plus facile à gouverner les idiots que des gens capables de réfléchir.
Inscrit le 27/06/2014
1 messages publiés
déja que les gens ne lisent pas beaucoup, les inciter à se rendre chez un vrai libraire c'est une anerie.
Amazon vend moins cher, et il y a en plus un vrai service derriere, avec par exemple les commentaires utilisateurs qui en général donnent une idée de la qualité ou du contenu d'un ouvrage.
Le libraire ne lit pas tous les livres qu'il vend, c'est évident !! et je suppose qu'n bon commerçant, il met en avant les livres sur lesquels ils fait le plus de marge ou commande ceux dont le succès commercial est assuré. 
Inscrit le 27/06/2014
1 messages publiés
Ce qui est à bout de souffle aujourd'hui c'est plutôt le droit des travailleurs chez Amazon.

Que ceux qui défendent Amazon y postulent, y restent quelques années et je les écouterai avec plus attention.
Inscrit le 04/09/2002
2868 messages publiés
sachant qu'il ne s'agit pas d'esclaves, rien ne les oblige à travailler chez amazon.

donc cette remarque me fera toujours bien marrer...

ce n'est pas comme le service militaire où là, oui, je n'avais pas le choix de refuser. c'était le service ou la taule.
Inscrit le 10/01/2014
34 messages publiés
Donc comme ils sont libre ou non d'accepter, cela doit changer quelque chose aux droits qu'on leur donne ? J'ai envie de dire, on sera largement plus libre de notre travail quand on aura un support pour tenir le temps de trouver le nouveau boulot, ce que seul le RBI permet correctement.

Il existe d'autres contrainte que celles faites par l'état, y'a aussi des contraintes matérielles et sociales, la grande erreur de certains est d'oublier cela, et de croire qu'ils leur suffira de se débarasser de la source de pouvoir et de contriante qu'est l'état pour être libre... C'est d'ailleurs la grande différence entre libertarianisme et anarchisme.
[message édité par Kazhnuz le 02/07/2014 à 21:49 ]
Inscrit le 04/09/2002
2868 messages publiés
en attendant, si dans le pire des cas, il ne me restait plus qu'à choisir entre l'esclavage et la rue, désolé, mais je préfère encore la rue.

le fait est que s'il y a des abus, c'est que beaucoup acceptent ces abus. si plus personne ne les acceptait, il n'y en aurait pas.
et comme en france, il n'y a pas besoin de travailler pour survivre (merci aux multiples aides de l'état), il faut vraiment paradoxalement être stupide pour accepter n'importe quel boulot de merde.

dans le pire des cas, tu peux même t'engager dans l'armée: nourri, logé, blanchi au frais de la princesse. et le nombre de morts (du fait des quelques opérations militaires) reste extrêmement faible.
Inscrit le 22/10/2009
691 messages publiés
Moi j'imagine bien Amazon, La Fnac et les autres facturer 0,01€ de frais de port. En tout cas c'est ce que je ferrais, et là il se passe quoi? L'état voleur va imposer des frais de ports de 5, 6, 7 10 euros?
Inscrit le 27/06/2014
12 messages publiés
Je suis libraire, donc un peu concerné par tout ça. Vous semblez considérer que la loi évoquée ici est un procédé portant atteinte aux lecteurs au final. Marrant ça, quand on sait qu'Amazon porte atteinte au droit du travail, au droit de grève, aux syndicats, aux différents droits fiscaux des pays dans lesquels il est implanté, bref, à pas mal de chose. Mais il faudrait le plaindre...

Plus sérieusement, les 5% que vous estimez "plus chers" en librairie traditionnelle sont faits le plus souvent sur un carte de fidélité. En fait, cette loi fait en sorte qu'Amazon ne puisse plus proposer EN PLUS des 5% de remise les frais de prot gratuits, puisque c'est là que se situe la concurrence déloyale. Quand vous voulez un service, il faut le payer, non? En allant au resto, le service est compris dans le prix, et personne ne s'en étonne. Alors pourquoi l'envoi facturé par les librairies indépendantes gêne-t-il à ce point? Oui, les frais de port sont chers. Mais ce sont les tarifs de la Poste, et nous n'y pouvons rien.

Commander sur Amazon, c'est accepter la rapidité, la rechercher même. Rien de critiquable en soi. Mais dans ce cas, vous acceptez aussi tout ce qui va avec : aucun conseil personnalisé, aucun contact humain, et les conséquences salariales inhérentes à ce type de site marchand (lire à ce propos l'excellent témoignage de Jean-Baptiste Malet, En Amazonie (éditions Fayard), qui ouvre les yeux sur les conditions de travail chez Amazon).
Commander en librairie indépendante, c'est accepter le temps de livraison. Cela peut paraître long, mais 5 jours ouvrés, c'est une moyenne assez large pour recevoir nos commandes. Les livres sont souvent là plus tôt, parfois un peu plus tard. Amazon possède des entrepôts gigantesques, et commande les ouvrages par camions entiers. Tant mieux pour lui, mais nous ne pouvons pas prétendre en faire autant.

Vous parlez des personnes qui n'ont pas la chance d'avoir une librairie de proximité. Il existe de nombreux sites internets regroupant plusieurs librairies en ligne (leslibraires.fr, lalibrairie.com, librest.com, parislibrairies.com -ces deux derniers pour Paris- et j'en passe...), qui proposent de passer commande pour soit opter pour une livraison chez soi, soit retirer le livre en magasin. Les frais de port peuvent être payants ou non, la remise de 5% immédiate ou non, cela dépend du libraire. Mais au moins, vous faites travailler des libraires indépendants.



Parmi les commentaires, on trouve quelques perles... :


"Kust le 26/06/2014 à 14:01
Pourquoi les libraires ne doivent pas facturer alors le prix du conseil ou de la surface commerciale?

Encore un protectionnisme navrant pour sauver des modèles économiques à bout de souffle. "

Waaaaah, comme c'est éclairé comme avis... Le prix du conseil, cela s'appelle "salaire", c'est ce que reverse le dirigeant à ses libraires. Et croyez-moi, ce n'est pas mirobolant comme paye (1350€ en moyenne...)
La surface commerciale, le loyer donc, est inclus, comme le salaire, dans la marge de la librairie, elle-même comprise dans le prix fixé par l'éditeur. Ce dernier négocie donc la marge avec le libraire, en fonction de ses commandes. Donc, plus le libraire commande, plus il a de marge, plus il peut verser de salaire à ses employés et agrandir sa surface. En théorie en tout cas. Étonnement, Amazon commande énormément, s'agrandit, mais ne paie pas plus ses salariés.



"jmjm le 26/06/2014 à 14:25
Les perdants sont les lecteurs...
Bravo... "

Ah bon? Pourquoi? Parce que selon vous, faire payer les frais de port est une ruine pour les lecteurs? Ils ont toujours la possibilité de se déplacer en librairie, maison de la presse, non? S'ils n'ont pas de tels magasins proches de chez eux, ils peuvent toujours commander en ligne, je ne doute pas un seul instant que les site de VPC sauront trouver rapidement un e parade pour éviter cette loi (la FNAC l'a déjà fait avec l'option payante de livraison gratuite en 1 jour. Option payante pour une livraison gratuite... Personne ne pointe pourtant cela du doigt...)


"raymondcal le 26/06/2014 à 14:40
C'est normal qu'un État protège les petits commerçants et les indépendants.
Quand il n'y aura plus qu'un seul énorme vendeur en situation de monopole, vous ferez moins les malins. "

Merci! C'est précisément ce qui s'est passé pour les disquaires. En connaissez-vous beaucoup? Voilà pourquoi la loi Lang fut créée.


"popopop le 26/06/2014 à 15:01
C'est sympa de la part du sénat d'augmenter les marges d'Amazon !"

C'est malheureusement parfaitement vrai, Les 5% iront au final dans la poche de Jeff Bezos.


"nonobarge le 26/06/2014 à 17:04
Non mais quel belle connerie... Parce que les libraires vendent moins de livre on augmente le prix des boutiques en ligne.
Donc, le prix des réveils va augmenter car les "Knocker" les réveilleurs public n'ont plus de travail?
Le prix des frigo parce que les découpeurs de glace sont au chômage? etc....
ça s'appel l'adaptation.
C'est une énorme mascarade. Le marché évolue, il faut s'adapter, évoluer (comme dirait Darwin!).
Si tu n'évolues pas ta race/ton métier... est voué à disparaître. "

Oulaaaaaaah... Et le client, il ne doit pas évoluer lui aussi? Accepter, la bouche en cœur, de se laisser gaver de tout-gratuit sans aucune considération pour les personnes travaillant comme des forçats chez Amazon, quelle belle preuve d'évolution, chapeau mère Nature, le libre-arbitre est une véritable aubaine. Cette loi n'augmente pas le prix des livres en ligne, car ce dernier est fixé par les éditeurs. Le marché évolue, c'est un fait. Les libraires s'y adaptent, en proposant des sites de vente sur internet, avec des coups de cœur, un agenda de rencontres, des newsletters, la possibilité d'être averti(e) lors d'un évènement (nouvelle parution de son auteur favori, rencontre sur un thème particulier...). Mais effectivement, vous avez raison, nous sommes restés des dinosaures. Voire des amibes.



"Johnny Bravo le 26/06/2014 à 17:06
Je pense que l'on doit condamner tous les livres imprimés. On doit créer de centaines de nouveau poste de scribes. On va avoir de milliers de postes de travail chez nous parce que l'on doit protéger notre économie locale. Bien sûr on doit se protéger contre le pédophile aussi. (Est-ce que vous êtes à faveur des pédophiles?)

N'oublions jamais notre objet, on doit vendre des livres, et la culture, c'est anarchiste.

C'est la contre-révolution de Gutenberg.

On peut tous revenir à LA moyen age. "


Là, je ne vois pas. J'ai cherché hein, mais je ne comprends pas bien le fonds de votre pensée.




"DoubleJ le 26/06/2014 à 19:01
Qu'en est-il des libraires physiques qui vendent également en ligne ??? Est-ce que ce n'est pas se tirer une balle dans le pied ? "

Bonne question! C'est en fait un complément pour nous, puisque cela nous permet d'être en contact avec des clients qui ne peuvent pas forcément se déplacer jusque chez nous. De plus, assez souvent, il s'agit de personnes qui commandent depuis leur lieu de travail, pour venir le soir récupérer leur commande prépayée sur le site. C'est dont bien un service complémentaire, dont nous serions assez idiots de nous passer.


"deneb58 le 27/06/2014 à 07:12
Mettre les bâtons dans les roues de la diffusion de la culture, c'est un pas de plus vers l'abrutissement général. Il faut croire que c'est leur souhait: il est en effet plus facile à gouverner les idiots que des gens capables de réfléchir."

Encore une fois, commander chez Amazon serait selon vous un épreuve d'intelligence... Vous semblez estimer être capable de réfléchir, cette loi devrait donc être une évidence pour vous, puisqu'elle remet à plat les frais de port en instaurant une règle de bon sens : si le client veut un service supplémentaire, il doit en retour payer un peu. Si vous achetez un poulet cru, il est moins cher qu'un poulet rôti, c'est normal, puisque vous le vouliez déjà cuit. Un service que vous avez donc payé.
Amazon ne diffuse pas de la culture, ils vendent juste des produits. Regardez leur catalogue, on y trouve de tout. Les livres sont entreposés chez eux entre les consoles de jeux et les machines à laver.

"Endrohmmed le 26/06/2014 à 21:07
Qu'en est-il de ceux qui ont souscrit à l'offre premium d'Amazon ?

Je le rappelle, pour 49 euros une fois par an, vous pouvez à loisir commander sur le site autant que vous voulez (dans la limite des choses vendues directement par Amazon, pas dans les offres annexes qui sont proposées en dessous de la disponibilité des articles) et recevoir ses colis en express gratuitement. Si l'on commande régulièrement, ces 49 € sont vite rentabilisés, et de ce fait une bonne partie des commandes sur toute l'année de ceux ayant souscrit sont effectivement gratuites de frais de port, doit-on donc s'attendre à une modification de cette offre par rapport à cette loi ? "

Comme je le disais, je ne doute pas qu'Amazon saura faire en sorte que cela passe pour une facturation de frais de ports, donc vous n'aurez sans doute pas à vous inquiéter (si vous avez souscrit cette option).
[message édité par TomB le 27/06/2014 à 10:21 ]
Inscrit le 10/08/2010
1686 messages publiés

En fait, cette loi fait en sorte qu'Amazon ne puisse plus proposer EN PLUS des 5% de remise les frais de prot gratuits, puisque c'est là que se situe la concurrence déloyale.


Pour rappel, un syndicat de libraire avait attaqué en justice Amazon pour ce motif, et la justice avait tranché:
Non, ce n'est pas une concurrence déloyale, ni une remise, les frais de port étant totalement indépendant du produit.

En tant que professionnel, tu dois savoir qu''un vendeur a plusieurs obligations vis à vis de son client, et l'une d'elle est la mise à disposition du produit, peu importe les modalités (que ça soit livraison à domicile, retrait en boutique, ....)

A moins que tu fasses payer un supplément aux personnes qui achètent en boutique, y'a aucune raison de faire payer un supplément pour tout autre moyen de mise à disposition du produit. Et si c'est gratuit, ce n'est nullement une ristourne sur le prix du produit, mais une charge, comme ton local, qui n'a rien à voir avec le tarif régulé des livres.


Quand au "conseil personnalisé, contact humain," des librairies locales, c'est presque une délivrance de s'en passer......


Ce qui tue les librairies, c'est leur propre attitude, qui fait que n'importe quelle entreprise proposant un service "normal" passe pour un service magnifique, tellement c'est catastrophique ailleurs. Et u lieu de se bouger le cul, ça essaye de bloquer la concurrence "saine"
Inscrit le 27/06/2014
12 messages publiés
"A moins que tu fasses payer un supplément aux personnes qui achètent en boutique, y'a aucune raison de faire payer un supplément pour tout autre moyen de mise à disposition du produit. Et si c'est gratuit, ce n'est nullement une ristourne sur le prix du produit, mais une charge, comme ton local, qui n'a rien à voir avec le tarif régulé des livres."

Si, le tarif régulé des livres a bien quelque chose à voir avec les charges, puisque c'est avec la marge concédée par les éditeurs (marge qui dépend comme je le disais de la quantité commandée, donc de la place dont on dispose pour stocker et proposer les livres à la vente) que les libraires paient leurs charges (salaires, loyers...). En outre, les libraires bénéficient de financements du CNL, du SLF, de la DRAC... au titre du développement de la culture en France. Financements dont bénéficie aussi Amazon...
[message édité par TomB le 27/06/2014 à 10:55 ]
Inscrit le 10/08/2010
1686 messages publiés
Encore une fois, comme l'a déclaré la justice, le tarif régulé du livre ne concerne que le livre, pas les services annexes, ni les obligations du vendeur, tel que la mise à disposition (ou encore de conseil)

C'est pour cela que légalement, Amazon avait gagné contre les libraires, avec un juge en face, et que les libraires font dans le lobbying avec le gouvernement pour passer par dessus la loi, et la modifier à leur avantage.
Inscrit le 27/06/2014
12 messages publiés
Lobbying? Quand Amazon, qui ne paye pas ses impôts en France (ou pas beaucoup), touche des aides à la culture (et plein d'autres subventions), ce n'eest pas du lobbying par contre?
Nous ne cherchons pas à modifier la loi à notre avantage, elle est parfaitement valable telle qu'elle est (loi Lang de 1981), et en aucun cas nous ne prétendons passer au-dessus, loin de là!
Attention, le groupe armé des libraires de France va bientôt menacer Matignon...
Inscrit le 10/08/2010
1686 messages publiés
Non, ce n'est pas du lobbying, c'est de "l'optimisation" fiscale (car légale). Je ne cautionne pas du tout (j'estime que toute activité devrait être fiscalement rattaché à son lieu de réalisation), mais ça ne justifie rien du lobbying pour des pratiques toutes aussi scandaleuses.

LA loi telle qu'elle est vous convient pas, puisqu'elle avait donné raison à Amazon:

Les frais de ports sont des charges, exactement comme les loyers, les salaires,... et n'ont rien à voir avec le tarif régulé du livre final.
Inscrit le 27/06/2014
12 messages publiés
"Quand au "conseil personnalisé, contact humain," des librairies locales, c'est presque une délivrance de s'en passer......"

Dommage, dans ma librairie Parisienne tout se passe bien avec les clients, on ne force personne à l'achat, et nous échangeons agréablement avec  eux, il n'est d'ailleurs pas rare que quelqu'un revienne nous parler d'un livre conseillé et apprécié pour nous conseiller à son tour un truc similaire. C'est quand même agréable comme échange, certes, la librairie reste un commerce, mais avec du dialogue enrichissant. Désolé que tu n'aies pas trouvé cela, mais si ce n'est pas ce que tu recherches, je comprends parfaitement que les site de VPC te conviennent, rien de mal à ça.
Inscrit le 20/01/2012
383 messages publiés
Et bien en effet, c'est justement là-dessus que les libraires doivent se différencier. Personnelement je suis fan de BD et j'ai un magasin de BD à 10 minutes à pied de chez moi. J'y achète toutes mes BDs. Je discute, on échange nos avis, quand il reçoit une nouveauté qui pourrait m'intéresser il m'en fait part, etc. Je ne me suis même jamais intéressé à savoir si c'était moins cher par internet. Le prix ne compte pas tellement ici, ce service je ne l'aurai jamais par le net.

C'est là-dessus que les libraires doivent capitaliser, pas sur la lutte des prix avec les grosses entreprises et la vente de masse, grâce à des lois stupides.

Par exemple si je n'avais pas ce commerce si proche de chez moi, ou que le commerçant m'était antipathique je commanderais sur le net.

""Kust le 26/06/2014 à 14:01
Pourquoi les libraires ne doivent pas facturer alors le prix du conseil ou de la surface commerciale?

Encore un protectionnisme navrant pour sauver des modèles économiques à bout de souffle. "

Waaaaah, comme c'est éclairé comme avis... Le prix du conseil, cela s'appelle "salaire", c'est ce que reverse le dirigeant à ses libraires. Et croyez-moi, ce n'est pas mirobolant comme paye (1350€ en moyenne...)
La surface commerciale, le loyer donc, est inclus, comme le salaire, dans la marge de la librairie, elle-même comprise dans le prix fixé par l'éditeur. Ce dernier négocie donc la marge avec le libraire, en fonction de ses commandes. Donc, plus le libraire commande, plus il a de marge, plus il peut verser de salaire à ses employés et agrandir sa surface. En théorie en tout cas. Étonnement, Amazon commande énormément, s'agrandit, mais ne paie pas plus ses salariés."


Un système de VPC comme Amazon a des frais d'entreposage et de manutention bien moindre qu'un libraire ayant pignon sur rue. Par contre ils ont les frais de ports. Il y a pleins de coûts tant pour les libraires que la vente par correspondance. ça n'a pourtant pas de sens de décréter que ce coût fait partie de la marge, mais pas celui-là. C'est juste une loi qui n'a pas de fondement moral autre que "favoriser ces entreprises plutôt que celles-ci parce que ce sont nos copains". Et lorsque l'état favorise une entreprise plutôt qu'une autre, je trouve ça grave.

Quant à la question du salaire, c'est un autre problème, mais vous pensez réellement que cette loi va faire monter les salaires chez Amazon?
Inscrit le 27/06/2014
12 messages publiés
Pour les frais de port, les contrats pros de la Poste permettent de réguler les frais, avec des tarifs selon le volume concerné.
Il ne s'agit pas de favoriser une entreprise plutôt qu'une autre, mais juste de remettre à plat un système qui ne permettait pas aux libraires de lutter.

Concernant le salaire, justement non, je suis loin de penser que la loi les augmentera chez Amazon. Mais les 5% de plus tomberont bien dans une poche plus haut placée...
Inscrit le 10/08/2010
1686 messages publiés

Il ne s'agit pas de favoriser une entreprise plutôt qu'une autre, mais juste de remettre à plat un système qui ne permettait pas aux libraires de lutter.


Chaque structure a ses avantages et inconvénients.

Les libraires pouvaient lutter... en jouant sur leur proximité.

Après, si elles veulent jouer sur les volumes, faut être sacrément con, et n'avoir aucun talent de chef d'entreprise, autant fermer boutique....
Inscrit le 20/01/2012
383 messages publiés
«Il ne s'agit pas de favoriser une entreprise plutôt qu'une autre, mais juste de remettre à plat un système qui ne permettait pas aux libraires de lutter»

Justement c'est là que vous vous plantez. Une petite structure ne peut pas, et ne dois pas lutter sur le prix avec des grosses compagnies.
Et c'est la même chose pour tous les secteurs. À quand une loi Leclerc-Auchan pour faire en sortes qu'ils soient plus cher que les épiciers-boulangers-bouchers-poissoniers? À quand une loi Danone pour qu'ils soient plus chers que la laiterie? Une loi L'Oréal pour qu'ils soient plus chers que les «soins bio naturels du Vercors», une loi Peugoet pour qu'ils soient plus cher que Bugatti? Une loi TF1 pour qu'ils soient plus chers que Canal+?

Tiens, pour prendre une exemple ou vous avez moins de parti pris: si on surtaxait l'informatique pour sauver les cybercafés, quelle en serait la légitimité? Pourquoi les cybercafés seraient plus important que les magasins d'informatique? C'est totalement subjectif, et à mon avis, l'état n'a pas à s'en mêler.

Pourquoi les libraires seraient les seuls commerces ou petites entreprises que l'on favoriserait par rapport aux gros sur les prix?

Si malgré un prix légèrement supérieur, les librairies ne trouvent pas de clientèle, peut-être est-il temps qu'ils disparaissent. Pourquoi l'état interviendrait pour sauver un type de commerce dont la population ne veut plus? C'est absurde.
Inscrit le 27/06/2014
12 messages publiés
"Ce qui tue les librairies, c'est leur propre attitude, qui fait que n'importe quelle entreprise proposant un service "normal" passe pour un service magnifique, tellement c'est catastrophique ailleurs. Et u lieu de se bouger le cul, ça essaye de bloquer la concurrence "saine""

Tout dépend de ta notion de "service normal". Beaucoup de nos clients considèrent que venir en librairie est normal, pour voir des vrais gens.
Notre propre attitude? Mais on se bouge, on propose des alternatives à Amazon, Fnac et autres, avec nos propres sites regroupant plein de librairies!
Inscrit le 10/08/2010
1686 messages publiés
Y'a (heureusement) quelques cas de libraires qui font un boulot "professionnel" et correct, mais la grosse majorité, c'est:

- des semaines quand c'est pas des mois d'attentes pour être livrer (quand ils refusent pas de
commander car "bah non, moi je commande pas un seul exemplaire et ça, j'en aurais pas d'autres)

- absolument aucun conseil / discussion, on a plus l'impression de les faire chier qu'autre chose d'oser leur parler (je n'ai pas dit que je n'en voulais pas, mais que c'était un plaisir d'éviter celui de la plupart des boutiques, qui n'ont absolument rien de "commerçants", qui voient le client comme un tiroir caisse qui n'a qu'à entrer et sortir au plus vite en payant)

- un choix ridicule (faut aimer le best seller du moment, une boutique peut pas tout avoir, mais avoir un minimum de classique dans chaque domaines,....)


Le cas des libraire est le même que celui des taxis: une corporation qui s'est reposé sur ces lauriers, en verrouillant le marché, habitué à monétiser un service de merde niveau qualité, et qui tombent le cul par terre quand un semblant de concurrence pointe le bout de son nez. Et au lieu de bosser correctement, bah ils font appel à l'état pour bloquer toute concurrence et conserver leur petit monopole / privilèges
Inscrit le 27/06/2014
12 messages publiés
Dommage que tu sois tombé sur des idiots qui te font avoir une telle image du métier, je suis sans doute idéaliste mais je crois encore que le client n'est pas qu'un portefeuille. Ce sont des personnes comme celles que tu décris qui font passer, quelle que soit la profession, les bonnes volontés pour des andouilles.
Inscrit le 17/04/2009
949 messages publiés
Je comprend que vous défendez votre bifteck, mais autant de mauvaise foi fait un effet contraire. Si Amazon ne diffuse pas de la culture, vous non plus, alors. Et niveau conseil, j'aurais cent fois plus tendance à prendre en compte  les commentaires des utilisateurs que les conseils d'un commerçant qui cherchera à me fourguer ce qu'il n'arrive pas à vendre. Je ne dis pas que tous sont comme ça, mais ceux que je connais, ont cette tendance.
En tout cas, le livre matériel n'a aucun avenir. Trop cher au niveau ressources, pas de possibilité d'innovation (hypertexte, par exemple), aucun intérêt pour celui qui ne connait pas la langue, alors qu'un livre électronique en chinois peut être soumis à un traducteur automatique, ce qui parfois suffit pour se faire une idée, du moins de façon éliminatoire. Changez donc d'optique, cédez le bail de votre commerce et cherchez à gagner votre vie honnêtement, pas en fourguant sournoisement tout ce qui s'accumule dans votre stock, la plupart des commerçants sont hélas comme ça, et en plus ils votent tous FN.
Inscrit le 27/06/2014
12 messages publiés
Ce que nous n'arrivons pas à vendre n'est pas "refourgué" mais renvoyé à l'éditeur, à nos frais, donc pas de vente forcée. Si tu te sens agressé quand tu rentres dans un magasin, désolé pour toi, pour ma part je ne saute pas sur les clients quand ils rentrent, un simple bonjour pour leur signaler ma présence et ma disponibilité s'ils ont besoin d'aide. Mais comme tu le dis, certains fonctionnent plutôt sur un mode agressif, et c'est dommage.

Les commentaires d'utilisateurs, nous les utilisons aussi, puisque les lecteurs peuvent poster sur nos sites leurs avis sur un livre aimé ou non.

Tu estimes que nous ne diffusons pas de culture, pourquoi?

Si je lis la fin de ton commentaire, je suis, étant libraire, sournois, arriéré et militant FN. Ben merde alors, tu parlais de mauvaise foi en début de commentaire, mais relis-toi un peu...

Concernant le livre électronique, c'est une évolution normale à mon sens, qui saura satisfaire un certain lectorat, mais ne remplacera à mon avis (sans être réactionnaire) pas totalement le livre papier. Tu es bien catégorique dans tes propos, si pour toi être libraire n'est pas un boulot honnête, notre pays est bien dans la mouise...
Inscrit le 17/04/2009
949 messages publiés
Comme j'ai dis, tous ne sont pas comme ça, mais ceux que je connais, ils ont ce genre de tendance, y compris pour voter FN, ce qu'ils affichent d'ailleurs. Et c'est plutôt à toi de bien me lire, parce que je l'ai déjà écrit. Et c'est toi qui dit qu'Amazon ne diffuse pas la culture, mais des produits. Pourquoi serait-ce différent en ce qui te concerne?
Inscrit le 27/06/2014
12 messages publiés
Autant pour moi, effectivement je t'ai lu un peu vite. Contrairement à Amazon, mes bouquins ne sont  pas rangés entre un lave-vaisselle et un pèse personne (cf En Amazonie), et les bouquins sont achetés chez eux par "lots" entiers, chez nous on les travaille avec des représentants, venus présenter un catalogue d'éditeur, qui nous parlent (plus ou moins bien) des titres à paraître, de l'histoire des auteurs, du contexte dans lequel un titre a été écrit... On ne vend pas, pour beaucoup de libraires que je connais en tout cas, uniquement des arbres découpés, réduits en papier, imprimés et posés sur une étagère. Mais, comme tu le dis, certains le font.
Inscrit le 20/01/2012
383 messages publiés
N'empêche que même si ils sont entreposés avec des pèses-personnes et des étuis à cigarettes, au final, ils vendent les mêmes livres que vous, et même d'autres par ailleurs.

Vous aimez à critiquer l'emballage, mais le contenu est le même.

Vous n'êtes ni les gardiens de la culture ni les créateurs. Vous êtes des vendeurs de bouquins. Ce n'est pas un mal, ni un mauvais métier, mais il faut redescendre sur terre. Vous pouvez offrir des conseils ou une sélection avisée, certes, mais on peut s'en passer aussi.

Au passage on dit «au temps pour moi».
Inscrit le 24/06/2013
3 messages publiés
"Commander sur Amazon, c'est accepter la rapidité, la rechercher même. Rien de critiquable en soi. Mais dans ce cas, vous acceptez aussi tout ce qui va avec : aucun conseil personnalisé, aucun contact humain,"
De une, je me fous du contact humain avec mon libraire, puisqu'il ne me connait pas, ne connait pas et ne partage pas mes goûts. De deux, les recommandations d'Amazon et les commentaires des autres acheteurs sont tellement bien fais que je peux quasiment commander les yeux fermés.

"Commander en librairie indépendante, c'est accepter le temps de livraison. Cela peut paraître long, mais 5 jours ouvrés, c'est une moyenne assez large pour recevoir nos commandes. Les livres sont souvent là plus tôt, parfois un peu plus tard."
Je veux accéder rapidement au livre que je recherche. Je n'ai pas envie d'attendre 5 jours de plus "ouvrés" et de me déplacer 2 fois pour avoir mon livre. Au moins, par Internet je peux parfois l'avoir le jour même si j'ai de la chance sans me déplacer.

"Vous parlez des personnes qui n'ont pas la chance d'avoir une librairie de proximité. Il existe de nombreux sites internets regroupant plusieurs librairies en ligne (leslibraires.fr, lalibrairie.com, librest.com, parislibrairies.com -ces deux derniers pour Paris- et j'en passe...), qui proposent de passer commande pour soit opter pour une livraison chez soi, soit retirer le livre en magasin. Les frais de port peuvent être payants ou non,"
A ceci prêt que ces librairies en lignes n'ont pas de moteur de recommandation efficace la plupart du temps et sont souvent plus chères. Ah et non, les frais de port ne seront plus gratuits maintenant
Inscrit le 27/06/2014
12 messages publiés
Donc, relis ce que je disais plus haut, cette loi ne te concerne pas car tu te fous (c'est ton choix, tant mieux pour toi, je ne critique rien là-dessus) des conseils d'un libraire. Tu fais confiance à un simple algorithme de calcul reprenant les articles consultés par les personnes ayant regardé la même chose que toi. Tant mieux si tu y trouves ton bonheur, de même que pour les avis d'utilisateurs! De notre côté, les libraires ET les lecteurs postent aussi des commentaires sur nos sites, donc effectivement, pas de conseils en fonction des articles regardés, mais une recherche à faire soi-même, il faut ici avoir le temps et l'envie de découvrir quelque chose. Ce n'est pas ton cas, tu le revendiques, mais c'est pour que les personnes recherchant cela puissent continuer à y accéder que cette loi est importante.

Les frais de port ne seront plus gratuits, sauf erreur de ma part, si les libraires appliquent immédiatement la remise de 5%. C'est le cumul des deux qui est interdit.
[message édité par TomB le 27/06/2014 à 18:22 ]
Inscrit le 04/09/2002
2868 messages publiés
le fait est que les 5% de non rabais n'auront de toute façon aucune incidence sur les ventes amazon.

amazon, c'est devenu un réflex: on va sur amazon pour acheter un truc comme on va par défaut sur google pour rechercher un truc.

et comme en plus le SAV est irréprochable, ça ne donne vraiment pas envie d'aller voir ailleurs, d'autant qu'il faut se réenregistrer, respécifier sa carte bancaire, etc...

donc, ok, ça sera un chouia plus cher sur amazon, mais dans les faits, je parie ce que tu veux que ça ne changera rien. peu importe qu'on soit ou non d'accord avec la mesure.

et puis, ne pas oublier également les libraires indépendants qui vendent par le biais d'amazon moyennant une commission, mais en profitant d'une super visibilité et du sérieux d'amazon ressenti par les consommateurs.
bref, c'est un géant du net avec ses inconvéients.. et gros avantages.
[message édité par mynameisfedo le 02/07/2014 à 20:50 ]
Inscrit le 27/06/2014
2 messages publiés
Si plutôt qu'une évolution on pouvait assister à une prise de conscience sur ce mode de consommation, ce serait déjà bien. 
Inscrit le 13/12/2004
797 messages publiés
ca c'est de l'evolution ....
depuis des années amazon permet d'avoir des livres chez soit au meme prix que s'il y avait une boutique a coté dans sa Boite a lettre...

sauf que les boutiques se disent : les gens preferent amazon...

or c'est comme dire que pirater = voler

c'est absurde !

celui qui a pas besoin de conseil, qui n'a pas prevu d'aller chez un libraire ou qui tout simplement n'a pas le temps pour ca commandera en ligne

celui qui a besoin d'un avis, qui paasse devant une librairie (si yen a une) a prix egal va certainement pas expres rentrer chez lui pour commander en ligne chez amazon et attendre le lendemain ...


seuls ceux qui ont pas de librairies, qui n'ont pas le temps d'y aller, ou alors tout simplement car ya pas de stock chez le libraire commanderont sur amazon (ou ailleurs)


Si un livre est vendu au client le meme prix
et que ce meme livre est vendu a amazon et aux libraires au meme prix

je vois pas ou est le probleme ... ya equité .

sauf que amazon paie des frais de port qu'il offre au client...
et que le libraire paie son commerce pour offrir un serice au client

c'est pas les memes personnes qui sont visé, mais les deux offres un plus...
Inscrit le 27/06/2014
12 messages publiés
Parfaitement d'accord avec toi, pour celui qui n'a pas besoin d'un conseil, sait ce qu'il cherche et n'a pas envie de se déplacer (ou pas le temps), il est parfaitement logique de passer pas les VPC. Je ne remets pas cela en cause, loin de là. Il ne s'agit pas du même service, on est d'accord.

Par contre, au-delà de tout ce qui a été dit, les montages financiers d'Amazon sont plutôt douteux, les impôts non payés en France font bondir la profession, quand nous sommes de notre côté soumis à une bien belle pression en termes de charges, que nous payons en France, naturellement. Sauf que comme je le disais, en plus de ne payer que très peu de charges sur les bénéfices, ils disposent d'aides à la culture, les mêmes que les nôtres. Ça,c'est plutôt dur à accepter.  Cette loi est une vague tentative de faire payer Amazon où on le peut, puisque pour le reste ils sont difficilement attaquables. 
Inscrit le 04/09/2002
2868 messages publiés
les montages financiers d'amazon - que toutes les grosses boites font également -, c'est grâce à l'europe et notamment à la non harmonisation des règles fiscales entre les pays européens.
bref, c'est la faute de tous nos politicards qui ont mis le chariot avant les boeufs.

et après, ce sont ces mêmes pignoufs qui osent se plaindre...
Inscrit le 27/06/2014
1 messages publiés
Tout dans cette démarche me paraît absurde :
- économiquement parlant, c'est une tentative de sauvetage à contre-courant ;
- du point de vue du montant, comment est-ce que 5% d'écart pourraient faire la différence ?!
Si aujourd'hui j'achète mes livres sur Amazon c'est pour 3 raisons :
- beaucoup plus rapide et confortable
- plus facile/efficace (je trouve tout de suite le livre que je recherche)
- je n'ai tout simplement JAMAIS eu la "culture du petit libraire".
Bref, ce n'est pas parce que je vais payer 50 centimes de plus que cela va changer mes habitudes. 
Cette loi est parfaitement inutile, c'est un gaspillage de temps et d'énergie.
[message édité par rivlelaurin le 27/06/2014 à 12:36 ]
Inscrit le 27/06/2014
12 messages publiés
Cette démarche permet indirectement d'éviter que les VPC deviennent les seuls sur le marché. Mais si tu préfères ce système, et que tu y trouves ton bonheur, tant mieux, je n'y vois rien de critiquable. Mais à l'inverse, pourquoi empêcher les personnes qui préfèrent un échange avec un libraire de profiter des magasins?
Les 5% font une différence pour pas mal de monde apparemment, puisqu'il m'est arrivé plusieurs fois (entre autres, à Noël dernier), de voir un client me demander le prix d'un livre, pour l'entendre me répondre qu'il le trouverait moins cher sur internet, sauf si je voulais bien lui faire un prix. Fort heureusement, tous ne sont pas comme ça, mais ça sonne souvent comme un genre de menace : "Attention, ou je vais voir Amazon, il va te couler!"

Cette loi est inutile pour toi, qui ne fréquente pas le réseau des "petits libraires" comme tu le dis (encore une fois, je n'ai aucun souci avec cela), mais elle est utile pour nous justement!
Inscrit le 30/06/2014
3 messages publiés
et quand on a aucun libraire a cote de chez nous on fait quoi? on subit le 5% juste parce que on habite loin? c'est injuste!
Inscrit le 27/06/2014
1 messages publiés
Lorsque l'on décide de pondre un article comme ça il faudrait peut-être s'informer mieux, sur le monde du livre et de la librairie. Écrire un article aussi abhérent c'est n'importe quoi. Je suis libraire et franchement entre cet article et certains commentaires, je suis sidérée...
Inscrit le 20/01/2012
383 messages publiés
Lorsqu'on décide de critiquer un article ou ses commentaires, il est de bon ton d'expliquer pourquoi. Je ne suis pas libraire, mais je suis pourtant surpris de la vacuité de votre commentaire!

TomB, par exemple, est lui aussi libraire, et apporte un point de vue constructif et intéressant.

À bon entendeur.
Inscrit le 10/08/2010
1686 messages publiés
C'est ça d'etre complétement décalé de ces "clients", et après, au lieu de se poser des questions et de remettre en cause son activité et la manière dont on la gère, bah on préfère pleurer auprès de l'Etat que d'écouter ces connards de lecteurs / consommateurs qui vont / veulent pas la même chose que toi.

Vendre un service, c'est savoir écouter et entendre la demande, pas imposer sa vision de choses par la force du lobbying et des modifications de la loi
Inscrit le 30/06/2014
3 messages publiés
j'adore ça..surtout quand il n'y a aucune librairie a cote de chez moi ou a moins de 30 km... et la plupart de librairies que je trouve a cette distance n'ont pas le genre de livres que j'achète d'habitude... je n'ai rien contre les vraies librairies quand je peux aller j'achète mais souvent pour aller il faut que je dépense minimum 20 euros d'essence + parking ou alors que je prenne le train pendant 2 heures et c'est minimum 15 euros... amazon et les autres sites sont bien, j'ai pas besoin d'aller a paris chercher un livre qui m'interesse trop loin, il arrive directement chez moi, je ne gaspille pas de l'essence pour aller le chercher et maintenant on me pénalise a cause de ça... 
Inscrit le 03/07/2014
1 messages publiés
Est-ce que c'était obligé de dire que cela pénalise "les lecteurs qui n'ont pas de librairie de proximité, qui devront attendre parfois plusieurs semaines pour que leur librairie reçoive un livre" ? Cela oriente vraiment l'article et influence la pensée du lecteur.

Déjà, c'est faux. Commander un livre dans une librairie physique prend généralement 2 jours ouvrés si il s'agit d'un gros éditeur. Cela peut apprendre à certain la frustration et le "pas tout avoir tout de suite".

Le client français n'est pas une victime de cette loi !!!

Cette loi tend à rééquilibrer les choses et il y a encore du boulot. Amazon ne paie toujours pas ses impôts en France.  Amazon est non seulement en concurrence déloyale avec les libraires "physiques" mais aussi avec les commerces en lignes qui travaillent dans les règles et participent à l'effort national pour payer vos routes, écoles, services publiques, etc. par le biais de leurs impôts.

La livraison gratuite d'Amazon est aussi de la concurrence déloyale.  Je travaille moi-même dans la vente en ligne. La livraison a un prix, et loin d'être négligeable. Pour un livre, selon son poids, il fut compter entre 3 et 8 euros en moyenne. Lorsque la livraison est gratuite, Amazon impacte la perte sur sa marge. Si un concurrent veut offrir aussi la livraison (et il n'a pas vraiment le choix), il se met en difficulté.

Imaginer un livre à 15 euros.
Il est vendu 30 euros.
Il faut compteur environ 1 euro d'emballage (carton, protection, impressions).
Environ 1 euro de frais bancaires
On rajoute à ça la livraison gratuite qui coûte 5 euros (je suis gentil).

Cela fait qu'on empoche :
30-15-1-1-5=8 euros.

Là dessus on retire les fameux impôts :
30*15%=4,5 euros.

Il reste donc 3,5 euros dans la poche du commerçant sur la commande à 30 euros. Comment embaucher, comment investir, comment être compétitif, comment imaginer d'autres perspectives lorsque ton principal concurrent se fait deux fois plus de marge que toi pour la même vente ?

On pourra victimiser les clients quand le seul moyen d'acheter un livre sera Amazon ou les supermarchés.

Pour ceux qui veulent favoriser l'esclavage "made in Amazon" et l'évasion fiscale sous prétexte qu'ils veulent pas bouger leurs fesses jusqu'à une librairie, ils peuvent se permettre de payer 50 centimes de plus sur le prix d'un bouquin.
Inscrit le 10/08/2010
1686 messages publiés

Commander un livre dans une librairie physique prend généralement 2 jours ouvrés si il s'agit d'un gros éditeur.


Commander dans une librairie physique, c'est:
- attendre d'avoir le temps d'y aller (1h de route aller retour, youpi, ouvert pendant les heures où on bosse, docn faut attendre le samedi)
- attendre que le librairei daigne commander (si il faut 2 jours ouvré pour se livrer, encore faut il qu'il passe la commande, beaucoup attendant d'avoir plus de volume à passer en même temps, et au final, c'est 1 ou 2 semaiines d'attente)
 - attendre d'avoir le temps d'y aller (bis)


Bref, c'est souvent autour d'un mois alors que ça prendre 5 minutes de chez soi, livré à domicile dans sa boite au lettre en 2 j.



La livraison gratuite d'Amazon est aussi de la concurrence déloyale


Non, la justice a déja statuée la dessus:

La livraison fait partie des obligations du vendeur de mise à disposition du produit. Les modalités, comme le prix, sont au choix, le fait que ça soit gratuit n'est pas de la concurrence déloyale (tout comme le fait de ne pas faire payer le retrait en boutique).

Et la livraison est un service totalement indépendant du produit, donc non concerné par le tarif régulé du livre.



Si un concurrent veut offrir aussi la livraison (et il n'a pas vraiment le choix),


Un concurrent a parfaitement le choix. Après, tant que les libraires voudront lutter sur les volumes, ils couleront.

Toute entreprises de proximité a comme avantage la proximité, au détriment des volumes et des prix de gros.

Le magasin de proximité (quelque soit le secteur) qui veut lutter sur les prix / volume, il peut fermer boutique, non pas car le gars en face c'est un gros méchant qu'il faut sanctionner, mais car lui, le dirigeant du magasin local, c'est un demeuré sans aucun savoir faire en gestion d 'entreprise et commerce.

Par contre, le gars un minimum intelligent, il met en avant tous les services de proximités qu'un Amazon n'a pas et ne pourra pas avoir (sans venir pleurer qu'il faut l'interdire ou faire payer plus cher les libraires): discussion, conseils, organisation d'ateliers lecture / découverte, organisation de foires aux livres, etc....
[message édité par Chitzitoune le 03/07/2014 à 18:48 ]
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Juin 2014
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6