Selon le directeur de l'usine taïwanaise Hon Hai (Foxconn), partenaire d'Apple dans la fabrication de l'iPod, la firme de Cupertino serait sur le point de sortir un nouvel iPod "non-touch". Mais l'annonce est ternie par un rapport sur les conditions de travail dans les usines de l'iPod.

C’est le grand jeu du jour : que veut dire « none-touch ». En annonçant que Apple est sur le point de révéler une nouvelle génération d’iPod, qui utilise un concept « none-touch », Terry Gou a suscité la curiosité de nombre d’observateurs. Littéralement, « sans contact », le concept pourrait désigner un iPod commandé par reconnaissance vocale. Comme si l’invasion d’iPod dans le métro ne suffisait pas, maintenant tout le monde va se mettre à leur parler…

L’annonce tombe à pic pour tenter d’atténuer un rapport publié par le Mail On Sunday, qui dénonce les conditions de travail dans les usines de Foxconn. Selon le journal qui a enquêté sur place, l’usine implantée à Longhua (la « iPod city ») emploie 200.000 travailleurs logés dans des dortoirs de 100 personnes, qui n’ont pas le droit à des visites extérieures. Pour fabriquer les iPod, les employés travaillent 15 heures par jour et gagnent environ 40 euros par mois. Ceux qui fabriquent l’iPod nano travaillent dans une usine de cinq étage, contrôlée par des policiers en uniforme.

Dans une autre usine, à Suzhou, ce sont des femmes qui fabriquent l’iPod Shuffle, rapporte le Mail. Elles sont réputées plus honnêtes que les hommes, raconte un garde. Elles touchent 80 euros par mois et habitent en dehors de l’usine, mais doivent se payer loyer et nourriture, ce qui leur coûte la moitié de leur salaire.

Directement visé par le journal, Apple s’est défendu en assurant qu’il « s’efforce de s’assurer que les conditions de travail dans nos usines sont sûres, que les travailleurs sont traités avec respect et dignité, et que les processus de fabrication sont respectueux de l’environnement« . La firme de Cupertino a tout de même ouvert une enquête et dit qu’elle ne tolèrera aucune entorse au Code de conduite (.pdf) qu’elle a publié sur Internet.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés