Forme de démocratie directe, ou simple troll ? En Australie, des internautes mécontents du discours prononcé par le premier ministre Tony Abbott ont provoqué une suspension temporaire de son compte YouTube, pour "contenu commercialement trompeur".

Les internautes australiens ont de l'humour, et de la réactivité. Arrivé à la tête du gouvernement en septembre 2013, le premier ministre Tony Abbott utilise régulièrement YouTube pour s'adresser directement à ses concitoyens. Il l'a encore fait dimanche, mais la vidéo qu'il a publiée lui a valu cette fois de voir son compte suspendu jusqu'à ce lundi matin.

De nombreux internautes l'avaient en effet signalée à YouTube, ce qui a eu pour effet de mettre en branle les outils de modération automatique de la plateforme vidéo de Google. Selon The Guardian, le compte YouTube de Tony Abbott a été suspendu, et les internautes qui voulaient voir la vidéo se voyaient informer que "la vidéo a été supprimée car elle violait la politique de YouTube contre le spam, les escroqueries et le contenu commercialement trompeur".

Ce lundi matin, seuls 92 internautes ont approuvé le contenu de la vidéo, contre 763 qui l'ont noté négativement. Les commentaires ont été désactivés :

Dans cette vidéo intitulée "Tenir nos promesses", le premier ministre issu du Parti libéral (centre-droit) se félicitait du "retour à la confiance" chez les Australiens, et promettait de continuer les efforts du nouveau gouvernement en matière de redressement économique. Tony Abbott insistait par ailleurs beaucoup sur l'action de l'Etat en matière de lutte contre l'immigration, en assurant qu'aucun bateau d'immigrants illégaux n'avait accosté sur les côtes australiennes depuis six semaines, alors que les arrivages étaient parfois quotidiens sous l'ancienne majorité de gauche.

"Les progrès réalisés pour arrêter les bateaux est l'une des raisons pour lesquelles je suis confiant sur l'année à venir", disait le premier ministre. "C'est simplement l'un des nombreux domaines où les politiques du nouveau gouvernement vont faire une différence".

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos