DPstream ne compte pas se laisser faire si facilement. Visé par une ordonnance judiciaire obligeant les principaux opérateurs à le rendre inaccessible, le site spécialisé dans les contenus en streaming résume les diverses manières à disposition des internautes pour contourner le blocage.

Jeudi, le tribunal de grande instance de Paris a ordonné le blocage de plusieurs noms de domaine liés à des sites spécialisés dans le streaming d'œuvres audiovisuelles piratées. La décision, saluée par les uns et dénoncée par les autres, est une première en France. Aura-t-elle un quelconque effet dissuasif sur le comportement des internautes adeptes du piratage ? Cela reste à voir.

En tout cas, le site DPstream s'organise pour que le blocage au niveau des fournisseurs d'accès à Internet soit inefficace. Les responsables de la plateforme ont acquis en effet deux nouveaux noms de domaine (DPstream.cc et DPstream.me).

Le premier fait figure d'accès alternatif au site, afin que les internautes des principaux opérateurs français concernés par le jugement (Orange, Bouygues Télécom, Numericable, Free, SFR, Darty Télécom) puissent toujours y accéder.

Le second est une page plus générale listant diverses méthodes pour accéder à un site web, même lorsqu'il est proscrit par un FAI. Le guide invite ainsi à utiliser un proxy ou un VPN, à inscrire d'autres résolveurs DNS que ceux du FAI (OpenDNS et Google DNS sont les plus connus) ou à passer par le réseau TOR. Des captures d'écran et des liens sont disponibles pour assister l'usager lors de la configuration.

La page recense également d'autres solutions pour télécharger via le protocole BitTorrent (T411, The Pirate Bay, TorrentZ, C Pas Bien), pour visionner des contenus en streaming (PapyStreaming, YouWatch, ExaShare, Cacaoweb) et d'autres solutions de téléchargement direct (Zone Téléchargement, Wawa Mania, Downparadise).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés