Facebook a annoncé le déploiement d'un nouvel algorithme de tri de son fil d'actualités, qui aura pour objectif officiel d'afficher en priorité les liens vers les "contenus de grande qualité", particulièrement ceux issus de la presse.

A ses débuts, Facebook avait une idée simple : permettre aux internautes de voir tout ce que partageaient leurs amis, pour le partager à leur tour ou réagir. Mais pour éviter de noyer les utilisateurs sous un flot ingérable de mises à jour, Facebook a progressivement modifié sa façon de faire, et commencé à appliquer des filtres discriminants pour cacher certaines mises à jour jugées peu pertinentes, ou pour en faire remonter d'autres.

Ainsi désormais, comme l'explique Facebook dans sa FAQ, le fil d'actualités qui figure dans la colonne centrale de la page d'accueil n'affiche plus toutes les mises à jour (statut, photos, vidéos, liens, activités d'application, "j'aime") de ses amis, mais une sélection automatisée. "Pour déterminer les actualités à mettre en avant, l’algorithme du fil d’actualité utilise différents critères, tels que le nombre de commentaires, la ou les personnes ayant publié l’actualité et le type de publication", précise le réseau social. 

Ce faisant, Facebook s'octroie un pouvoir d'influence très important sur la viralité (ou non viralité) des contenus et des informations, et peut aussi monnayer ses algorithmes pour que les publications d'un client apparaissent en priorité — ce qui est déjà le cas avec les publications promues.

Mais très bientôt, Facebook jugera même de la qualité intrinsèque des contenus partagés. La plateforme de Mark Zuckerberg a ainsi annoncé lundi le déploiement à venir d'une mise à jour du fil d'actualités, surtout destinée aux mobiles, qui aura pour effet de rendre prioritaire l'affichage de "contenus de grande qualité" dans les fils d'actualités des membres. Concrètement, "vous pourriez commencer à remarquer un peu plus fréquemment des liens vers des articles (de presse)", alors que les "photos de meme" (les images conçues pour faire rire, souvent en caricaturant une actualité) seront reléguées aux bas-fonds.

"Bientôt, nous ferons un meilleur travail pour distinguer entre les articles de haute qualité sur un site web et une photo de meme hébergée quelque part ailleurs que sur Facebook, lorsque les gens cliquent sur ces articles sur leur mobile", explique Facebook. Il assure que selon ses sondages, qu'il ne communique pas, "les gens en moyenne préfèrent les liens vers des contenus de grande qualité".

Par ailleurs, Facebook proposera désormais jusqu'à trois "articles similaires" aux articles partagés par les membres. Là aussi, ce pourrait être un moyen de faire payer à la presse une exposition de leurs articles sur les réseaux sociaux, pour leur permettre de gagner des lecteurs et donc des "visiteurs uniques" supplémentaires.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés