Valve ne développera aucun jeu exclusif pour SteamOS, malgré la promotion appuyée faite par le studio américain pour son système d'exploitation sous Linux. L'entreprise, célèbre pour ses licences Half-Life, Left 4 Dead ou Portal, préfère apporter ses jeux sur un maximum de plateformes. Une décision appréciable, mais fondée d'abord sur des considérations commerciales.

L'expérience SteamOS a ses limites. Annoncé fin septembre, le système d'exploitation développé par Valve ne s'appuiera sur aucun jeu exclusif pour soutenir son lancement. Le studio américain, qui ambitionne de se faire une place dans le marché des consoles de jeu, souhaite plutôt que son nouvel écosystème bénéficie à terme de la même offre vidéoludique que la plateforme PC.

"Vous ne verrez aucune application exclusive sur SteamOS venant de notre part. Nous ne faisons pas ce genre de choses", a expliqué l'un des représentants de Valve à IGN, qui espère que les autres studios qui seront amenés à développer pour cette plateforme suivront cette politique.

"Chaque fois que nous parlons à des partenaires tiers, nous les encourageons à développer leurs jeux pour autant de plateformes que possible […]. Parce que nous pensons que les clients sont partout et que [les éditeurs] veulent amener leurs jeux là où se trouvent les clients", a détaillé une autre représentante de l'entreprise américaine. Autrement dit, pas question de les orienter artificiellement.

Ces nouvelles indications, bienvenues, ne doivent toutefois pas faire perdre de vue que SteamOS doit de toute façon se faire un nom sur le marché du jeu vidéo. À la différence des consoles déjà bien établies qui peuvent se permettre de jouer la carte de l'exclusivité, SteamOS doit d'abord s'imposer et obtenir une part de marché avant d'envisager la conception d'un titre exclusif – si ce scénario se produit un jour.

Valve n'allait certainement pas risquer l'une de ses principales licences pour aider son O.S. à mettre le pied à l'étrier. Idem pour les autres studios, a fortiori si ce sont des indépendants. Du fait de leur fragilité économique et de leurs moyens plus limités, on voit mal pourquoi ces petites structures développeraient, aujourd'hui, exclusivement pour SteamOS alors que celui doit encore faire ses preuves.

Sauf à imaginer une erreur d'appréciation, le marché PC restera prioritaire pour eux, au moins le temps que SteamOS prenne de l'ampleur et représente une vraie alternative commerciale.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés