Publié par Julien L., le Jeudi 31 Octobre 2013

Open Data : la France rend une copie imparfaite

Ce n'est pas encore les félicitations, mais au moins les encouragements. L'Open Knowledge Foundation a passé au crible la politique de 70 pays en matière d'Open Data, dont la France. Concernant la France, la fondation constate indéniablement des progrès mais la copie rendue par l'Hexagone est encore imparfaite.

En arrivant au pouvoir en 2012, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a manifesté très tôt son intérêt pour les données ouvertes. L'ancien maire de Nantes, qui a eu une action significative sur la ville dans ce domaine, a ainsi poussé les ministres à signer une charte de déontologie insistant sur l'importance de l'Open Data.

Le document stipule ainsi que "le gouvernement a un devoir de transparence", doit s'engager à respecter "scrupuleusement les dispositions garantissant l'accès des citoyens aux documents administratifs" et mener "une action déterminée pour la mise à disposition gratuite et commode sur internet d'un grand nombre de données publiques".

Un an plus tard, l'engagement de l'État dans le domaine de l'Open Data a été réaffirmé lors du G8 en Irlande. En présence de ses homologues, François Hollande a signé une charte pour l'ouverture des données publiques affirmant "un principe d'ouverture par défaut des données publiques", défendant le "principe de gratuité de leur réutilisation" et "privilégiant les formats ouverts et non-propriétaires".

Mais entre les discours et les actes, le décalage est parfois criant. C'est ce qui transparaît de l'Open Data Index 2013, une enquête collaborative conduite par l'Open Knowledge Foundation dans 70 pays pour évaluer concrètement l'effort des gouvernements "pour fournir des informations réutilisables aux citoyens et aux entreprises". La France, sans être mal classée, fait moins bien que des pays comparables.

Cliquez sur l'image pour la voir en grand :

L'Hexagone se situe en seizième position sur les soixante-dix nations évaluées. Le pays se trouve derrière le Royaume-Uni (premier), le Danemark (quatrième),les Pays-Bas (cinquième) le Canada (neuvième) ou l'Italie (quinzième). En revanche, l'Allemagne, qui est souvent pris comme point de comparaison avec la France, est loin derrière : en trente-huitième position.

Concernant le cas particulier de la France, l'Open Knowledge Foundation relève deux domaines où le principe de l'Open Data doit encore progresser. Il s'agit des dépenses publiques et codes postaux.

Cliquez sur l'image pour la voir en grand :

Dans le premier cas, les données existent et sont au format numérique. Mais elles ne sont pas disponibles publiquement, elles ne sont pas gratuites, elles ne sont pas en ligne, elles ne sont pas lisibles par une machine, elles ne sont pas disponibles de façon "brute" (bulk), elles ne bénéficient d'aucune licence ouverte et elles ne sont pas à jour. Dans le second, aucune étape n'a été atteinte.

Mais l'Open Knowledge Foundation note aussi des domaines où la France est exemplaire : Il s'agit des résultats des élections, du budget de l'État, des émissions de pollution et des statistiques. Si les scores ne sont pas encore parfaits, ils s'approchent de la note maximale.

"En France, bien que le pays ait signé la charte Open Data du G8 et soit engagé dans l’ouverture des données avec data.gouv.fr, des données publiques fondamentales restent encore indisponibles. La réutilisation et le partage des données sur les entreprises et sur les textes de lois restent soumis à redevance", commente l'Open Knowledge Foundation.

"Les cartes de faible résolution fournies par l’IGN en open data limitent les possibilités de réutilisations. Dans le secteur du transport, la SNCF ne publie toujours pas les horaires détaillés de ses trains à grande vitesse. Enfin, le détail des dépenses publiques reste hors de portée des citoyens", ajoute la fondation, qui note que "beaucoup reste à faire." même "si des progrès indéniables ont été réalisés ces dernières années".

( photo : CC BY-SA Jonathan Gray )

Publié par Julien L., le 31 Octobre 2013 à 10h32
 
17
Commentaires à propos de «Open Data : la France rend une copie imparfaite»
Inscrit le 21/02/2012
130 messages publiés
Government spending... comme de par hasard
Inscrit le 12/09/2007
4118 messages publiés
Nous pourrions être mieux classés en suivant quelques propositions.
Pour ceux que ça intéresse un peu de lecture par là.
http://www.regardscitoyens.org/documents/notes/20130514-RegardsCitoyens-OpenData-Etalab-propositions.pdf
Inscrit le 25/02/2013
993 messages publiés
Inscrit le 27/04/2011
54 messages publiés
Mouais enfn, pour la SNCF, à ce que je sache, c'est maintenant une société privée donc ça n'a pas de rapport.
Ils comparent un peu les choux et les carottes là.

La SNCF a une politique complètement stupide en matière d'informations et d'ouvertures des données mais ça ne concerne plus le gouvernement, et accessoirement ce serait à mettre en relation avec les horaires de leurs concurrents qui officient maintenant en France.

A voir mais je suis pas convaincus qu'ils soient plus transparents que la sncf.
Inscrit le 27/04/2011
54 messages publiés
Bon ben en fait, il semblerait que la sncf soit toujours une entrerprise publique bien que je croyais le contraire donc là c'est valable.

Reste quand même l'intérêt et la légitimité des classements des pays vu que dans certains pays les transports par train sont bien privés, donc on compare 2 pays sur quelque chose qui n'est pas comparable, et ça ne doit pas être la seule disparité.
[message édité par Orilampya le 31/10/2013 à 12:06 ]
Inscrit le 23/10/2013
643 messages publiés
Inscrit le 27/04/2011
54 messages publiés
????????? à quoi?

Si c'est sûr ce que je dis au-dessus, je dis juste que le comparatif n'a pas de sens à faire le parallèle entre l'open data pour un gouvernement et les données prises en compte, tout simplement parce que certains de ses secteurs sont privés et ne dépendent donc pas du gouvernement.

Tu prends les codes postaux, en france, c'est la poste qui est prise en compte, société privé, et donc le gouvernement n'a rien à voir sur la gestion des données, donc classer le gouvernement français par rapport à un secteur sur lequel il n'a aucun pouvoir ni rapport déjà, ça ne mène nulle part.

En angletterre, les trains sont gérés par des boites privées, donc on note les boites, pas le gouvernement qui n'a rien à y voir, etc.......
Inscrit le 12/09/2007
4118 messages publiés
Tu te goures et tu t’enterres de plus en plus.
L’open data ne concerne pas que les données publiques mais les données privées aussi. L’open data est une source d’info pour le bien commun.
Le prix des carburants sont le fait de sociétés privés mais apparaissent bien dans l’open data.
Pas besoin d’avoir un pouvoir de décision sur une chose pour en faire une communication accessible à tous, suffit d’avoir la volonté de sa parution dans l'open data par une loi, ou une directive ce qui est plus doux comme démarche.
Inscrit le 27/04/2011
54 messages publiés
Je n'ai jamais dis que l'open data ne concernait que le gouvernement, je dis justement qu'on ne peut pas reprocher aux gouvernements ce qui ne les concernent pas, et donc le comparatif n'a pas de sens quand on le prend par rapport aux gouvernements.
Au cas où, je te conseille de relire l'article du début jusqu'au premier tableau.

"Il suffit de faire une loi", non, on n'est pas en pays communiste, et l'état ne peut pas faire une loi pour une entreprise en particulier en disant: "filez nous telles infos". Si elles le font, tant mieux, si elles ne veulent pas, rien ne les en empêchent.

Et justement faire un comparatif qui n'a pas de sens amène à des absurdités. L'open data pour les codes postaux n'existe pas en france, c'est la faute au gouvernement? Non, c'est la société La Poste qui ne veut pas. Et justement pour que l'open data avance, il faut faire des constats intelligents envers les personnes compétentes, parce que reprocher au gouvernement français le manques de données postales en open data, il aura juste à répondre: "c'est pas nous, c'est la poste"; et il aura raison.
Ou alors il faut dire que ces données doivent relever du service public et être accessible à tout le monde; mais comme c'est dit dans l'article, ça n'a pas de sens.
Inscrit le 12/09/2007
4118 messages publiés
et l'état ne peut pas faire une loi pour une entreprise en particulier en disant: "filez nous telles infos". Si elles le font, tant mieux, si elles ne veulent pas, rien ne les en empêchent.

Bah, ce n’est pas l’état qui fait les lois mais les législateurs, et si les législateurs votent pour que les bases de la poste ou d’un autre soient en open data elles le seront. Et c’est bien de la responsabilité du gouvernement de proposer les lois nécessaires à cet effet.
Si ,si, les données qui relèvent du service public ça un sens qui t’échappe mais ça on l’a compris à tes écrits
Inscrit le 27/04/2011
54 messages publiés
Désolé de ne pas fonctionner en binaire avec y a les bons et les méchants, les pour et les contre et de chercher justement un peu plus loin.

Je voudrais justement que ces données soient en open data, et c'est pour ça qu'un constat juste s'impose et pas un truc à côté de la plaque. Maintenant si tu vois pas de problème à parler de service public pour une entreprise privée (ça me rappelle un ministre avec google d'ailleurs), libre à toi de vouloir changer la politique avec des dialogues entre kroutchev et kennedy mais en 2013 ça a pas grand sens.

Sur ce, je te laisse préparer une manifestation pour reprocher à l'état de ne pas mettre en open data des données qui ne lui appartiennent pas, parce que si besoin est et au risque de me répéter, c'est de bien de ça que je parle et dont parle l'article

Personnellement, je soutiendrais plutôt ceux qui proposeront une solution qui a un sens pour que des données correspondantes soient disponibles avec le monde et les lois de 2013, pas des méthodes communistes à la staline, "on veut ça, on prend ça" qui n'ont pas de sens aujourd'hui.
Inscrit le 17/03/2008
2754 messages publiés
"Il suffit de faire une loi", non, on n'est pas en pays communiste, et l'état ne peut pas faire une loi pour une entreprise en particulier en disant: "filez nous telles infos". Si elles le font, tant mieux, si elles ne veulent pas, rien ne les en empêchent.

Ce que tu dis n'est acceptable que lorsque les sociétés en question sont sur un marché concurrentiel - les consomateurs ou usagers ont donc un certain pouvoir de décision direct en la matière.

Lorsque par contre l'état concède un monopole sur un certain marché (ou un monopole local lié à l'implantation géographique et/ou utilisation du domaine public + barrière d'investissement irrémédiable à l'entrée sur le marché, ce qui est le cas de toutes les sociétés d'infrastructures) , ou encore lorsque l'état est actionnaire majoritaire d'une société, alors il parait normal que cette société respecte les choix de l'état (donc de nous, indirectement).

(D'ailleurs il n'est pas obligatoire de faire une loi pour une société en particulier, on peux formuler les choses autrement, genre: "Les sociétés qui opèrent des lignes de train sur le territoire Français doivent fournir des données de trafic et d'horaires en opendata").
Inscrit le 23/10/2013
643 messages publiés
Les yeux qui piquent ça n'avait rien à voir avec ce que tu as dis Orilampya. C'était en rapport à l'article et ce qu'on peut y lire...
Inscrit le 30/09/2013
1264 messages publiés
Donc si on lit le tableau, les données sur légifrance sont payantes.
Et en plus elles ne sont pas "online" !!!

Quant à la base des codes postaux, le type d'Open Data Index ne sait même pas si les données existent. Donc d'après lui, La Poste française travaille avec une liste de codes postaux qui n'existe pas.
Et donc bien entendu, comme la liste n'existe pas, elle ne peut pas être sous forme informatique !

Le fait que ce soit disponible en interrogation ne lui pas donné la puce à l'oreille ?
http://www.laposte.f...e-Consommateurs

Je ne sais pas ce qu'ils ont fumé, mais c'est pas que du tabac.

PS : pour les codes postaux anglais, Open Data Index donne un lien vers une page où il y a beaucoup de choses ... sauf les codes postaux. Le seul truc qui y ressemble vaguement (Code-Pont Open) n'est absolument pas libre : il faut demander l'autorisation et ce n'est fourni qu'après vérification que le demandeur fait partie du service public.

Et pour rigoler, je vous donne ce qu'Open Data Index a identifié comme étant la liste des codes postaux américains !!!

GEOID POP10 HU10 ALAND AWATER ALAND_SQMI AWATER_SQMI INTPTLAT INTPTLONG
00601 18570 7744 166659789 799296 64.348 0.309 18.180555 -66.749961
00602 41520 18073 79288158 4446273 30.613 1.717 18.362268 -67.176130
00603 54689 25653 81880442 183425 31.614 0.071 18.455183 -67.119887
...
avec la liste des colonnes
GEOID Geographic Identifier
POP10 2010 Census population count.
HU10 2010 Census housing unit count.
ALAND Land Area (square meters)
AWATER Water Area (square meters)
ALAND_SQMI Land Area (square miles)
AWATER_SQMI Water Area (square miles)
INTPTLAT Latitude
INTPTLONG Longitude


copie imparfaite, vous avez dit copie imparfaite ?
[message édité par bailey le 31/10/2013 à 17:33 ]
Inscrit le 02/11/2013
2 messages publiés
au moins ils les fournissent ! Ca a l'air plutot complet et en plus cest documenté. Aucun format de données standardisé n'ayant été défini, la plupart de ceux qui libèrent de données le font sous forme brute, mais on ne peut pas forcément leur en vouloir. Il faut garder en tête que la plupart de ces données seront utilisées par des développeurs et autres informaticiens afin de les aggréger / d'en faire des applis etc, et ils n'auront aucun problème à traiter ce genre de fichiers

Des organismes liés à l'Open Data travaillent a la standardisation des données libres en essayant de définir des ontologies (vocabulaires) communs pour l'ensemble de nos données en se basant sur le format RDF. Évidemment personne n'est d'accord sur les ontologies qu'il faudrait utiliser, imaginez donc, il faut définir un vocabulaire standard pour que l'ensemble des objets de la planète soit définissable de manière standardisée, le chantier est titanesque
Inscrit le 02/11/2013
2 messages publiés
au moins ils les fournissent ! Ca a l'air plutot complet et en plus cest documenté. Aucun format de données standardisé n'ayant été défini, la plupart de ceux qui libèrent de données le font sous forme brute, mais on ne peut pas forcément leur en vouloir. Il faut garder en tête que la plupart de ces données seront utilisées par des développeurs et autres informaticiens afin de les aggréger / d'en faire des applis etc, et ils n'auront aucun problème à traiter ce genre de fichiers

Des organismes liés à l'Open Data travaillent a la standardisation des données libres en essayant de définir des ontologies (vocabulaires) communs pour l'ensemble de nos données en se basant sur le format RDF. Évidemment personne n'est d'accord sur les ontologies qu'il faudrait utiliser, imaginez donc, il faut définir un vocabulaire standard pour que l'ensemble des objets de la planète soit définissable de manière standardisée, le chantier est titanesque
Inscrit le 20/02/2011
7 messages publiés
Bonjour,

Commentaires intéressants. Il y a des limites dans la notation comme les indicateurs.

Par contre pas d'accord avec l'idée que l'Etat n'est pas responsable des données des entreprises privées (sur des données d'intéret général par ailleurs) d'autant plus pour les structures telles que la Poste et la SNCF quand l'actionnaire majoritaire de ces structures est... l'Etat français !

Respectivement 100% des parts dans le groupe SNCF
http://fr.wikipedia....iki/Groupe_SNCF
et +70% parts dans la Poste
http://fr.wikipedia....rise_franaise)
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Octobre 2013
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
30 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10