Avec 33 organisations professionnelles, associatives et institutionnelles, la CNIL exerce une forte pression sur le Gouvernement pour qu'il fasse de la question de "l'éducation au numérique" la Grande Cause Nationale de l'année 2014, en successeur de l'illetrisme.

En juillet dernier, la CNIL a annoncé le lancement d'un collectif réunissant 28 organismes, dont l'objectif est d'obtenir du Gouvernement qu'il fasse de l'éducation au numérique la "grande cause nationale" de l'année 2014. Le 4 septembre dernier, à l'occasion de sa réunion de rentrée, la CNIL a reçu le soutien supplémentaire de cinq nouvelles structures ayant rejoint le collectif, dont le Conseil de l'Europe et ISOC France.

De quoi donner du poids à l'initiative, qui n'est pas que symbolique. Le fait d'être adoptée comme "grande cause nationale" permettra en effet à l'éducation au numérique de bénéficier d'une diffusion gratuite de spots publicitaires sur les antennes de France Télévisions et Radio France, comme l'impose la circulaire du 20 septembre 2010. Les dernières grandes causes nationales retenues par le Premier ministre étaient la lutte contre les violences faites au femmes (2010), la lutte contre la solitude (2011), l'autisme (2012) et l'illetrisme (2013).

"Les membres du collectif considèrent unanimement qu’il y a urgence à diffuser une culture du numérique et de former les différents publics, à tous les âges de la vie, pour permettre à chaque individu d’être un acteur du numérique informé et responsable, et d’exercer de manière effective ses droits et devoirs dans cet univers", explique la CNIL. C'est aussi l'occasion pour la Commission de démontrer que ses compétences doivent aller au delà des seules questions de collecte des données personnelles, pour embrasser des problématiques plus larges de "citoyenneté numérique".

"L’objectif du collectif est de donner, sans attendre, une visibilité nationale au sujet de l’éducation au numérique et massifier la formation en la matière", précise la Commission Nationale Informatique et Libertés, qui a délivré ses premiers labels CNIL à des formateurs en 2012. "Pour ce faire, il entend mutualiser les ressources de ses membres afin de proposer des réalisations concrètes conjointes dès le mois de septembre".

Les membres du collectif sont :

Associations et société civile :

  • Association CLCV (Consommation, Logement et Cadre de Vie)
  • UFC que choisir Association
  • E-enfance Action innocence
  • Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)
  • Internet Society France
  • Société informatique de France

Acteurs du monde de l’éducation :

  • PEEP (fédération des parents d’élèves de l’enseignement public)
  • FCPE (fédération des conseils de parents d’élèves)
  • CLEMI (Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias d’Information)
  • UNJF (Université Numérique Juridique Francophone)
  • EEMI (Ecole Européenne des Métiers de l’Internet)
  • CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers)
  • INRIA (Institut National de la Recherche en Informatique et en Automatique)
  • CGE (Conférence des Grandes Ecoles)
  • Institut Mines-Télécom
  • CNDP (Centre National de Documentation Pédagogique)
  • An@é/Educavox
  • Association Initia DROIT
  • Enjeux E médias

Fondations d’entreprises/ Organisations et fédérations professionnelles :

  • Fédération française des Télécoms
  • FIEEC (Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication)
  • FING (Fondation Internet Nouvelle Génération)
  • CCI France Syntec numérique
  • G2E (Grandes Ecoles Entrepreneurs) Renaissance numérique

Acteurs institutionnels :

  • Groupe France Télévisions
  • CESE (Conseil Economique, Social et Environnemental)
  • AMF (Association des Maires de France)
  • Caisse des Dépôts Organisations internationales : OIF (Organisation Internationale de la Francophonie)
  • Conseil de l’Europe

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés