Publié par Guillaume Champeau, le Mercredi 26 Juin 2013

Bercy ouvre une aide aux Fab Labs pour encourager le DIY

Estimant que les Fab Labs sont au coeur d'un "changement de paradigme de notre système économique", avec une mise en valeur du partage des ressources et des savoirs, le Gouvernement a lancé mercredi un appel à projets visant à financer la création de nouveaux Fab Labs, ou l'amélioration d'ateliers existants.

"Oui, nous voulons des Fab Labs partout en France", avait assuré la ministre déléguée aux PME, à l'innovation et à l'économie numérique, Fleur Pellerin, dans un tweet en fin d'année dernière. Six mois plus tard, le Gouvernement vient de lancer un appel à projets dans le cadre d'une aide au développement des ateliers de fabrication numérique, qui améliorent le concept du "Do It Yourself" (DIY) vers un "faire ensemble", avec des outils perfectionnés mis à disposition de tous dans des ateliers ouverts.

 Inventé au Center For Bits and Atoms du MIT dans les années 1990, le concept des Fab Labs s'est répandu partout dans le monde, et fait désormais l'objet d'une charte qui en définit les principes fondateurs. En particulier, les fab labs doivent permettre de fabriquer tout et n'importe quoi, en apprenant soi-même mais aussi avec l'appui des autres membres de l'atelier, dans un esprit d'échanges permanents de connaissances et de perfectionnement. Ils sont ouverts à tous, gratuitement ou presque.

Concrètement, on trouve dans les Fab Labs toute une série d'équipements souvent trop onéreux pour les individus, ou trop encombrants, qui permettent de fabriquer soi-même : imprimantes 3D, fraiseuses, découpeuses laser, insoleuse (pour les circuits imprimés), fers à souder, machines à coudre, scies circulaires, perceuses à colonne, etc. 

Ils réunissent aussi bien les ingénieurs que les artistes, les électroniciens amateurs ou les simples quidam qui veulent inventer l'objet qu'ils ne trouvent pas dans le commerce mais qui répond à leur besoin. Le partage des ressources et des savoirs est au centre du concept.

"Un changement de paradigme de notre système économique"

"Cette tendance correspond à un changement de paradigme de notre système économique", estime Bercy dans l'introduction du cahier des charges (.pdf). "La fabrication numérique personnelle ouvre la porte, par exemple, à la vente à la demande, la personnalisation extrême des objets, à la réhabilitation de petites séries viables économiquement, ou encore à l’hyper-localisation de la production. Si ce nouveau paradigme n’a pas vocation à s’imposer dans l’ensemble de l’économie actuelle, son potentiel de croissance est fort et il pourrait constituer, à l’avenir, une part conséquente de notre activité économique".

L'appel à projets lancé par Fleur Pellerin vise à aider financièrement les Fab Labs qui souhaitent améliorer leur équipement, ou même qui veulent s'ouvrir. "Les porteurs de projets devront s’engager à mener des actions de promotion de leurs services, par exemple via des événements de découverte pour le grand public ou pour les entreprises, via des sessions de formations, ou encore via des partenariats avec des acteurs locaux impliqués dans le tissu économique (Ecoles et universités, pôles de compétitivité, chambres de commerce et d’industrie...)", prévient Bercy.

Mais le ministère souhaite aussi et surtout que le DIY et les Fabs Labs dynamisent une nouvelle économie, qui ne soit pas parallèle à l'économie traditionnelle mais associée. Les projets devront donc proposer aussi des services aux entreprises, et prévoir un modèle économique qui assure leur pérennité, en lien avec les entreprises utilisatrices de l'atelier.

L'Etat ne communique pas le montant global de l'enveloppe allouée, mais prévient que la subvention de chaque projet sera comprise entre 50 000 et 200 000 euros. Les dossiers doivent être remis avant le 13 septembre 2013, pour un démarrage dès la fin de l'année.

Publié par Guillaume Champeau, le 26 Juin 2013 à 12h28
 
14
Commentaires à propos de «Bercy ouvre une aide aux Fab Labs pour encourager le DIY»
Inscrit le 13/08/2010
8131 messages publiés
Bercy s'intéresse aux Fabs Labs ?
La commission européenne s'intéresse au Libre...

Que se passe-t-il ?
On a changé le scénariste du film ?
Inscrit le 13/08/2010
8131 messages publiés
Oui, ça ne concerne peut-être que le dialoguiste.
C'est marrant, tu me rappelles quelqu'un... je vais chercher au fond de ma vieille mémoire
[message édité par mosquito33 le 26/06/2013 à 13:43 ]
Inscrit le 26/06/2013
3 messages publiés
Très bonne idée mais comme d'hab super technocratique... 2 mois c'est court pour monter un dossier. J'ai l'impression que ça va surtout favoriser les structures existantes, pas forcément la création.
Inscrit le 24/12/2011
2307 messages publiés
Bercy s'intéresse aux Fabs Labs ?
La commission européenne s'intéresse au Libre...
Que se passe-t-il ?
On a changé le scénariste du film ?


Ils ont surtout changé le dialoguiste.

Priceless.
Inscrit le 25/02/2012
1371 messages publiés
J'ai p-e les idées mal placées, mais j'ai du mal à imaginer des néolibéraux accepter et aider à se développer quelques choses qui soit basé sur l'échange, le partage et la mutualisé des moyens, d'autant plus si c'est à but non marchands.... une quenelle possible à base de "concurrence déloyale" ou autres ?
Inscrit le 27/06/2013
2 messages publiés
Dernière en date au fab lab du CCSTI La Casemate : des applications médicales de l'impression 3D ... On ne peut pas en dire plus, on ne sait pas si ça aboutira...
Inscrit le 05/11/2010
7 messages publiés
Faut être une association pour proposer un dossier ?
Inscrit le 13/04/2012
838 messages publiés
'Les projets devront donc proposer aussi des services aux entreprises, et prévoir un modèle économique qui assure leur pérennité'

qu'est-ce qu'on se marre avec Fleur Pellerin ! On en regrette presque NKM...

Elle connait la différence entre prototypage et production en série ?

N'importe quel prototype sorti d'un FabLab coûtera 100 fois moins cher à produire dans des bonnes grosses usines en Chine (ou en France d'ailleurs). L'utilité d'un FabLab pour une entreprise ne peut donc être QUE pour le prototypage, c'est à dire pour faire de la R&D.

Les entreprises françaises n'investissent pas suffisamment en R&D malgré toutes les incitations fiscales.... Alors croire qu'elles vont sous-traiter de la R&D à des fablabs tient du crétinisme... Il faut dire, les entreprises françaises sont majoritairement dirigées par des avocats, des énarques, des commerciaux... Pendant ce temps là, les chefs d'entreprises allemands sont surtout des ingénieurs (qui investissent donc massivement en R&D).

Sérieusement, quand va-t-on enfin se débarrasser de tous ces avocats qui ne comprennent rien aux modes de production et qui squattent les postes à responsabilités au niveau de l'Etat et des entreprises ? Les avocats, les idéologues, les bureaucrates : DEHORS ! Place à une gouvernance d'ingénieurs capables de mettre sur pied des projets concrets.
Inscrit le 26/06/2013
1 messages publiés
Quelle subtilité, ça force le respect.

Attendre des gens à qui on donne de l'argent qu'il garantissent qu'ils survivront à la fin des subventions (c'est ça, un modèle économique pour une structure de type associative comme un fab lab), ça me semble tout simplement du bon sens. Mais si tu préfères que tes impôts soient jetés par la fenêtre...

Et critiquer en bloc les non-ingénieurs, c'est à peu près aussi débile que de dire que le monde irait mieux si toutes les boîtes étaient dirigées par des ingénieurs.

J'en suis un (ingénieur), j'en ai vu plein monter des super boîtes techno qui n'ont jamais rien vendu après des années de R&D stérile.

Et dans les grosses boîtes, ce n'est pas mieux. Au hasard : Alcatel, *la* boîte d'ingénieurs, sortie du CAC 40 par la petite porte. France Télécom, c'est un banquier (Bon) qui l'a plantée, mais c'est bien la gestion d'un ingénieur (Lombard) qui a provoqué une vague de suicides dans le personnel.
Inscrit le 30/06/2013
1 messages publiés
Avocats qui ne servent qu'à planquer le fric gagné, pour ne pas payer d'impôts ..
Inscrit le 16/06/2009
356 messages publiés
Drôle : la photo provient du Fablab Imal.org, qui se trouve ... à Bruxelles ...
(donc ce Fablab ne pourra pas compter sur cette manne... :/ )
[message édité par Olm-N le 27/06/2013 à 10:59 ]
Inscrit le 27/06/2013
2 messages publiés
Voilà une image d'un Fablab français (Grenoble :
Image IPB
Inscrit le 27/06/2013
2 messages publiés
Et si on regardait ce qui existe déjà et comment ça marche ? Nous avons ouvert un Fablab tout public à Grenoble depuis mars 2012, à la Casemate, grâce à un premier financement d'état dans le cadre des investissements d'avenir (le projet Inmédiats ) Il y a plein de gens différents qui viennent régulièrement : des scolaires bien sûr, des étudiants, des associations, des jeunes artistes, des artisans, des architectes, des entrepreneurs et même des chercheurs !

La question du modèle économique n'est pas simple en effet. nous sommes une association loi 1901 non assujettie à la TVA... mais nous pratiquons des tarifs différentiés en fonction des demandes, l'idée étant de mixer une offre publique (artistique, éducative) avec une offre privée. La mise en réseau nous paraît incontournable et un facteur-clé de succès. Déjà dans le cadre de notre programme Inmédiats, nous bossons avec Toulouse, Bordeaux, Rennes, Caen et Paris ; nous sommes ouverts évidemment à d'autres sites.

Et si on proposait des réponses concertées à cet appel d'offre du gouvernement ? on aurait sûrement plus de chances de succès, et aussi cela permettrait de bosser collectivement un nouveau modèle éco...

>> en voir plus sur notre site web a
Inscrit le 27/06/2013
2 messages publiés
Des réponses concertées ? Comment ?
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Juin 2013
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
1 2 3 4 5 6 7