Apple est poursuivi par THX, au motif qu'un brevet relatif aux haut-parleurs placés dans un espace réduit a été enfreint par certains produits de la firme de Cupertino. Cependant, Apple possède aussi un brevet très similaire, dont l'objet porte sur des enceintes installée sur des appareils compacts.

Une fois de plus, Apple va devoir se rendre devant les tribunaux. Cette fois, la société californienne fait l'objet d'une plainte pour violation de la propriété intellectuelle. Déposée par THX, l'action de l'entreprise spécialisée dans l'ingénierie de systèmes audio accuse la firme de Cupertino d'avoir enfreint l'un de ses brevets (7 433 483), déposé en 2004 et obtenu quatre ans plus tard.

Ce brevet décrit un dispositif d'enceintes étroites, ainsi que leurs systèmes et leurs configurations. Comme le relève Apple Insider, il est très probable que la gamme iMac soit visée. Le site spécialisé dans l'actualité des produits du groupe américain souligne en effet la présence de haut-parleurs juste au niveau de la tranche inférieure de l'écran. Ce dispositif ressemble fort à des enceintes étroites.

L'aspect des haut-parleurs intégrés à la gamme iMac est en tout cas très proche des dessins visibles dans le brevet possédé par THX. Mais l'affaire est plus compliquée qu'il n'y paraît. Apple possède également des brevets relatifs aux haut-parleurs. L'un d'eux (8 385 568) s'intéresse à la mise en place d'enceintes sur des appareils électroniques compacts.

Ce brevet a toutefois été déposé plus tardivement (2010) et obtenu il y a quelques semaines à peine (février 2013). Selon THX, l'infraction d'Apple a entraîné de sévères pertes commerciales et un préjudice irréparable. L'entreprise cherche désormais à obtenir des dommages et intérêts pour sanctionner ce parasitage et compenser les pertes supposées, rapporte Bloomberg.

Il reste désormais à déterminer, si aucun accord n'est conclu entre Apple et THX, si l'accusation est fondée. Au regard de la grande proximité des deux brevets, l'affaire pose en tout cas la question des capacités du bureau américain des brevets et des marques de commerce à traiter correctement toutes les demandes. Car depuis quelques années des brevets abusifs réussissent à se glisser entre les mailles du filet.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés