Présenté comme un moteur de recherche "made in France", réalisé en secret depuis 2 ans avec plusieurs millions d'euros d'investissement, Qwant n'est en fait qu'un méta-moteur de recherche réalisé grâce aux API fournies par Bing et quelques autres partenaires commerciaux. Une opération marketing réussie, mais décevante.

Qwant est-il un véritable moteur de recherche capable de créer une concurrence à Google, ou un simple mirage marketing très bien mis en oeuvre ? La semaine dernière, Numerama faisait état du lancement de Qwant, dont les fondateurs affirmaient qu'il avait été réalisé avec "un investissement de quelques millions d'euros", sans plus de précision. On nous assurait que le moteur de recherche avait été développé, en toute discrétion, depuis 2 ans. Par ailleurs, nos tests montraient une qualité de résultats tout à fait honorable, et surtout une méthode de tri des résultats intéressante.

Mais un détail avait attiré notre attention. Pourquoi une société créée avec "quelques millions d'euros" d'investissement n'affiche qu'un capital social de 11 450 euros ? Le cabinet chargé de la communication de Qwant, à qui nous avions dit vouloir des précisions technologiques (notamment le nombre de serveurs, les principes de hiérarchisation des résultats, etc.), ne nous en a apporté aucune. Par ailleurs, nous avons interrogé Qwant vendredi matin par e-mail, pour savoir quelle était leur politique de respect de la vie privée des utilisateurs, et savoir en particulier "si Qwant conserve en mémoire les recherches effectuées par les utilisateurs, non inscrits, ou inscrits sur le service". Malgré une relance lundi, nous n'avons toujours pas de réponse à cette simple question.

Or, le bloggueur Lucien Théodore a décortiqué le fonctionnement de Qwant, et remarqué qu'il n'avait pas créé son propre moteur de recherche. Si investissement financier il y a, il semble être dans la location d'API externes. Ainsi "Qwant ne fait qu’utiliser et resservir les résultats de Bing", constate Lucien Théodore, qui a remarqué que "toutes les requêtes renvoient exactement les mêmes résultats que Bing". Un fait qu'il dit confirmé par Stéphane Madelano, chef de projet Qwant. Le moteur est utilisé à la fois pour les recherches "Web" et pour les résultats "Live" tirés des sites de presse.

Pour utiliser Bing, Microsoft fait payer jusqu'à 5 000 dollars par mois les 2,5 millions de requêtes.

Pour la recherche "sociale", qui affiche des résultats issus de Facebook, Twitter ou encore Foursquare, Qwant utilise Kurrently, dont la licence est vendue 999 dollars. 

Enfin, les résultats "shopping" ne sont issus que de l'API d'affiliation d'Amazon, et le "Knowledge Graph", comme nous l'indiquions la semaine dernière, n'est qu'une mise en forme des pages Wikipedia.

"En fin de compte, Qwant est une vraie déception, ce n’est pas un nouveau moteur de recherche et encore moins un moteur de recherche « made in France ». C’est juste une interface, pas forcément réussie, qui utilise les technologies d’autres moteurs de recherche et qui les présente à sa sauce", conclut Lucien Théodore. "Beaucoup de buzz pour peu de chose et un pauvre travail d’investigation de la part de la presse spécialisée". Numerama y compris.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés