Les dessins animés japonais sont aussi pris en considération par l'offre légale PUR. La plateforme Funanim vient en effet de postuler pour son label auprès de la Hadopi. Le site propose de télécharger des épisodes de séries ou des films d'animation.

Mise à jour – Le portail consacré aux offres légales vient d'accueillir deux nouveaux services, à savoir Funanim (dessins animés japonais) et Sans Papier (livres numériques).

Avec ces deux nouveaux services, il y a désormais 58 offres référencées sur le portail PUR. En revanche, ni Funanim ni Sans Papier n'affichent le logo sur leur page d'accueil.

Sujet du 1er février – C'est assez rare pour être souligné. Une plateforme de téléchargement exclusivement dédiée aux dessins animés japonais a postulé pour un label PUR . Auparavant, rares étaient les services labellisés à en proposer. Les quelques sites à proposer ce type d'œuvres le font d'ordinaire via un catalogue plus général, à l'image de Vidéo à Volonté ou Virgin Mega.

Baptisé Funanim, le service propose donc de télécharger des épisodes de divers dessins animés japonais, comme Broken Blade, Blood+ ou encore Golgo 13. Les séries sont doublées ou proposées en version originale sous-titré en français ou doublée. Il y a également des films et des OAV à disposition. Les prix vont de 1,49 euro (achat d'un film à l'unité par exemple) à 5,99 euros (pack d'une saison d'environ 10 à 12 épisodes).

Le téléchargement proposé par Funanim est "définitif". Il ne s'agit pas d'une location et les oeuvres vendues sont proposées sans verrou technique de protection (DRM). Du côté de la qualité, trois niveaux de définition sont proposés : standard (840×480), haute définition (1280×720) et Full HD (1920×1080). Au total, une vingtaine d’œuvres différentes sont disponibles.

L'été dernier, nous nous étions interrogés sur la place des dessins animés japonais dans le cadre de l'offre légale français. Le succès des oeuvres audiovisuelles nipponnes dans l'Hexagone n'est en effet plus à démontrer, et des séries comme Dragon Ball, Pokemon, Naruto ou encore One Piece regroupent des centaines de milliers de passionnés.

L'offre légale existe d'ailleurs en dehors du label promu par la Hadopi, en témoigne notre enquête sur le sujet. Plusieurs sociétés comme Kaze Play, Wakanim et Kana Home Video proposent des solutions légales pour accéder aux dessins animés japonais.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés