À moins de trois semaines du lancement de Mega, Kim Dotcom a dénoncé mercredi soir une fausse page Facebook promettant des comptes premium aux premiers fans. Aucune offre de ce type n'a été annoncée par l'ancien PDG de MegaUpload. L'arrivée prochaine de Mega devrait entraîner une recrudescence des tentatives d'arnaque et d'escroquerie.

Mise à jour – La page fan signalée par Kim Dotcom sur Twitter et promettant des comptes premium gratuits a été supprimée par Facebook.

Cependant, au moins une autre page ("Megaupload is back") a pris la suite et tente à nouveau de réunir un maximum d'internautes.

Sujet du 3 janvier – Dans moins de trois semaines, le successeur de MegaUpload sera ouvert au public. Le service est très attendu par les anciens usagers du service d'hébergement de fichiers. Kim Dotcom le sait et, en redoutable animateur, sait entretenir le buzz autour de Mega. Sur Twitter, il dévoile de temps en temps une photo montrant quelques serveurs, glisse une information ou bien prend une capture d'écran de l'interface.

Mais les adeptes du téléchargement illicite ne sont pas les seuls à s'intéresser à l'arrivée de Mega. Conscients de l'engouement suscité par le retour de Kim Dotcom aux affaires, quelques arnaqueurs tentent de tirer leur épingle du jeu. Ainsi, une page Facebook a été mise en place le 20 mars 2012 et fait mine d'être liée à la stratégie de communication de l'homme d'affaires allemand.

Or, il s'agit d'une initiative qui n'a absolument rien à voir avec Mega. Kim Dotcom l'a confirmé mercredi sur Twitter. La page exploite simplement les éléments publiés précédemment par l'ancien PDG de MegaUpload pour attirer les internautes et les inciter à devenir fan. Elle promet même d'offrir un compte premium aux 100 000 premiers fans de la page (ou 200 000, selon d'autres statuts).

Jusqu'à présent, plus de 77 000 personnes ont cru dans la promesse de "Mega is back". En dehors du fait que tout est fait pour inviter le maximum de personnes à aimer cette page, l'initiative ne semble pas particulièrement nocive pour les utilisateurs. Mais il suffirait qu'un lien vérolé soit publié sur la page, accompagné d'un texte aguicheur, pour que cela change.

De façon plus générale, des tentatives d'escroquerie ou d'arnaque pourraient bien voir le jour à mesure que la date du lancement de Mega approche. On se souvient que lorsque MegaUpload a fermé, de nombreuses fausses pages ont vu le jour, annonçant le retour de la plateforme sur une autre adresse ou accessible uniquement après une série de manipulations.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés