Après avoir été opérée pour se faire implanter des électrodes au niveau du cortex moteur du cerveau, une femme paralysée a réussi à prendre le contrôle d'un bras et d'une main robotisés uniquement par la pensée.

L'homme bionique n'est plus une fiction. Le Guardian rapporte les résultats d'une expérience impressionnante menée par des chercheurs du Centre Médical de l'Université de Pittsburgh (UPMC) qui sont parvenus à donner à une femme de 52 ans, paralysée par une maladie dégénérative atteignant la colonne vertébrale, la possibilité de contrôler un bras robotisé avec un grand niveau de précision, sans avoir utiliser son corps. La vidéo diffusée par le site britannique montre que la patiente est capable de réaliser des tâches complexes, telles que l'empilement de cônes, uniquement par la pensée.

On le voit également, dans cette vidéo publiée par l'UPMC :

Pour y parvenir, les chercheurs ont opéré Jan pendant quatre heures, pour implémenter deux petites grilles de 96 électrodes chacune, mesurant seulement 4 mm, placées juste sous la surface du cerveau, au niveau des neurones qui contrôlent les mouvements de la main et du bras. Les parties du crâne ouvertes au dessus des électrodes ont alors été remplacées par des connecteurs reliés à un ordinateur.

Puis, ils ont demandé à Jan de regarder le bras robotique effectuer certaines actions, et de s'imaginer elle-même en train de réaliser ces actions. Cet apprentissage leur a permis de réaliser une sorte de base de données de l'activité cérébrale, avec un mouvement correspondant aux différentes impulsions renvoyées par les électrodes. 

Enfin, plutôt que de chercher à contrôler le bras en pensant à des ordres cinétiques comme "aller à gauche", "monter", "descendre", etc., le système utilise une méthode beaucoup plus intuitive. La personne paralysée doit se concentrer sur l'objectif ("saisir cet objet"), et c'est le logiciel qui interprète les ordres inconscients émis alors par le cerveau pour parvenir à cet objectif.

Les chercheurs s'attendaient à un bon résultat, mais ils se disent aujourd'hui "stupéfaits" par le niveau de précision développé par Jan, qui n'a mis que deux jours à réussir à donner des ordres simples au bras robotisé, et quelques semaines pour réaliser les tâches complexes montrées dans la vidéo.

Jan n'est pas la seule "cobaye" de cette expérience. L'an dernier, l'Université de Pittsburgh avait déjà publié une vidéo dans laquelle on voyait un jeune homme, Tim Hemmes, parvenir à contrôler de la même façon un bras robotisé. Mais Jan semble être parvenue à un niveau de contrôle très supérieur.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos