Comme chaque semaine, Numerama vous propose de découvrir une sélection d'articles sur le livre numérique proposés par nos confrères Actualitté. Cette semaine, de la conversion de Daniel Pennac à la distribution numérique à la promotion assurée par des pirates, en passant par un nouveau coup pendable d'Apple, il y a du lourd...

Lundi 

Fervent réticent à l'exploitation de ses oeuvres au format numérique, l'auteur Daniel Pennac (La Fée Carabine ou Le Journal d'un corps) semble finalement avoir fait volte-face. La décision a été prise de concert avec l'éditeur Gallimard, qui attendait l'autorisation de l'auteur. C'est désormais chose faite, pour une petite dizaine de titres. On n'attend plus que Milan Kundera…

 

The Pirate Bay

Maurits Burgers, CC BY-NC-SA 2.0

 

Mardi

Heureuse coïncidence dans l'actualité : alors que Forbes dévoile un classement des éditeurs qui vendent le plus en format numérique – avec les géants Random House et Penguin, au bord de la fusion, en tête – The Pirate Bay propose aux artistes qui le souhaitent de figurer en une de sa page d'accueil, pour promouvoir leurs oeuvres. Inutile de préciser que The Promo Bay affiche des résultats insolents…

Mercredi

Le 26 octobre dernier, Apple modifiait les tarifications des applications proposées sur son Store, en informant les éditeurs la veille, via une simple note dans un mail. Si l'ajustement a posteriori du prix par les éditeurs est bien évidemment toujours possible, nous sommes revenus avec quelques victimes sur les conséquences de cet acte, par exemple en matière de marketing.

Jeudi

Le 2e baromètre des usages du livre numérique a été publié par le Syndicat national de l'Édition, la Sofia et la SGDL. Où l'on découvre que les lecteurs sur écrans ont doublé en 6 mois, que le piratage reste à la marge, ou encore que la tablette rattrape le lecteur ebook en matière de support… Ça tombe à pic pour Archos et Chapitre.com, les deux français lancent une nouvelle tablette, le Gbook.

Vendredi

L'entrée en vigueur de la loi canadienne répondant au doux nom de C-11 restreint considérablement le fair use en cas de DRM apposés sur les produits culturels : qu'une bibliothèque tente de cracker un ouvrage numérique, et son compte est bon… Tant pis, on se rattrapera sur les réseaux parallèles, à l'image de la Pirate Box, qui fait son entrée dans les établissements de prêt français !

À la semaine prochaine !

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés