Pour la première fois depuis la sortie du premier iPhone, les possesseurs d'un smartphone Apple sont moins nombreux qu'avant à déclarer qu'ils achèteront toujours un iPhone lors de l'achat d'un nouveau téléphone. Un sondage qui pourrait être révélateur d'une crise que traverse la firme de Cupertino.

Le chiffre reste élevé, mais il est significatif qu'il baisse pour la première fois depuis 5 ans, c'est-à-dire pour la première fois depuis la sortie du premier iPhone en 2007. Le cabinet Strategy Analytics a en effet dévoilé le résultat de son dernier rapport sur les appareils mobiles, qui montre que les consommateurs aux Etats-Unis et en Europe qui possèdent déjà un smartphone d'Apple sont moins certains qu'avant d'acheter Apple lors du renouvellement de leur iPhone. Ce n'était encore jamais arrivé. Pire encore : la chute est brutale en Europe.

"Seulement 75 % des possesseurs d'un iPhone en Europe de l'Ouest disent qu'ils vont probablement acheter leur prochain téléphone chez Apple, contre 88 % en 2011", note le cabinet. La baisse est moins rude aux Etats-Unis, où le taux d'attachement des consommateurs à la marque iPhone est passé de 93 % l'an dernier à 88 % cette année.

Pour Paul Brown, de Strategy Analytics, la baisse dans la loyauté des consommateurs serait due à "une presse négative engendrée par un manque ressenti d'innovations récentes par Apple". Débarqué cette semaine, le responsable d'iOS Scott Forstall a lui-même critiqué en interne le manque d'innovation d'Apple sur les produits mobiles.

Alors que l'innovation était son point fort, ces derniers mois et ces dernières semaines les caricatures se moquant de la stratégie commerciale d'Apple et du manque d'innovation de ses produits se sont multipliées. Par exemple :

Strategy Analytics note néanmoins qu'Apple continue de fidéliser la plupart de ses clients tout en attirant continuellement de nouveaux acheteurs, ce qui pourrait cependant ne pas durer si la petite crise d'image que traverse la firme de Cupertino persiste et s'aggrave.

L'année prochaine sera donc déterminante pour Apple, de plus en plus mis en difficulté par Google, qui l'a même dépassé dans le nombre d'applications à disposition des possesseurs d'appareils sous Android. Samsung s'est pour sa part réjoui que la sortie de l'iPhone 5 ait eu pour effet de booster les ventes de son Galaxy S3, en estimant que les consommateurs qui avaient retardé leur achat ont été déçus de l'absence de surprise dans le nouveau smartphone d'Apple, et ont été confortés dans leur choix d'un Samsung.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos