Il fallait qu'une tête tombe. Elle est tombée. Tim Cook a décidé de sanctionner le vice-président d'Apple en charge d'iOS, Scott Forstall, après le désastre qu'a été le lancement d'iOS Maps à la place de Google Maps. L'homme paie des relations difficiles avec sa direction. Apple en profite pour revoir sa direction, en donnant toujours plus d'importance à l'incontournable Jony Ive.

Lors de l'anniversaire de la mort de Steve Jobs, Tim Cook avait signé un mot d'hommage au fondateur d'Apple, dans lequel il promettait que l'esprit de Steve Jobs guiderait toujours la direction de la société. Et il est vrai que le licenciement de Scott Forstall porte en lui la signature de l'ancien patron d'Apple, qui n'hésitait à se montrer intransigeant avec ses collaborateurs et à faire sauter les fusibles à la moindre erreur pouvant nuire à l'image et à la rentabilité de l'entreprise.

En effet, le Wall Street Journal rapporte que Tim Cook a demandé au directeur d'iOS Scott Forstall de quitter Apple, après qu'il a refusé de signer lui-même la lettre dans laquelle la firme de Cupertino s'excuse du désastre iOS Maps, et va jusqu'à conseiller d'utiliser des produits de cartographie concurrents. C'est finalement Tim Cook lui-même qui avait signé le mot, inimaginable sous l'ère Steve Jobs.

Forstall, qui avait en charge la direction des équipes de conception d'iOS, aurait eu des relations de plus en plus tendues avec les autres cadres de la firme. Lorsqu'Apple a choisi de remplacer Google Maps par sa propre solution buggée en septembre dernier, lors du lancement de l'iPhone 5, Forstall aurait conseillé de ne pas s'excuser après les vives critiques subies par l'application. Il aurait souhaité appliquer le même type de stratégie de communication qu'avec l'affaire des antennes, dans laquelle Apple avait pourtant dit à ses clients que c'était de leur faute.

Licencier Scott Forstall n'est pas anodin. Présent depuis 15 ans dans la société, Forstall "était un protégé de Mr Jobs, et nom avait été cité comme un possible successeur", rappelle le Wall Street Journal, qui ajoute pourtant selon des sources internes que le cadre ne s'était jamais "intégré dans la culture Apple".

Plus inquiétant peut-être pour Apple, Scott Forstall aurait envoyé récemment un e-mail à certains des membres de son équipe iOS, pour se plaindre du fait que la firme de Cupertino ne travaillait "plus sur des idées assez grandes pour les logiciels mobiles".

Un remaniement plus vaste de la direction

Outre Scott Forstall, dont les fonctions à la tête d'iOS seront désormais occupées par Craig Federighi (en charge de Mac OS), Apple a aussi licencié John Browett, dont Tim Cook avait personnellement défendu l'embauche il y a neuf mois, contre tous les scepticismes. Le Britannique était en charge du réseau de ventes au détail, et avait été recruté par Cook malgré un bilan extrêmement mitigé à la tête de Dixons, dont les ventes baissaient, et la réputation sur le service client était faible.

Du fait de ces départs, certains cadres prennent du galon. Jony Ive (ci-contre) qui était en charge du design matériel des produits Apple, sera désormais à la tête de toutes les "Interface Humaines", y compris au niveau des couches logicielles. Ce changement pourrait avoir un impact fort sur le design des interfaces d'iOS, Ive étant beaucoup moins amateur des graphismes skeuomorphiques (basés sur l'imitation de la réalité) que Scott Forstall.

Bob Mansfield, qui était vice-président senior pour le Mac et de l'ingénierie matérielle, sera par aillerus responsable d'un nouveau groupe "Technologies".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés