Samsung marque aussi des points dans la guerre des brevets l'opposant à Apple. Alors que la firme sud-coréenne a été condamnée aux États-Unis, elle a réussi obtenir le rejet des prétentions de sa rivale au Japon.

Les procès se suivent mais ne se ressemblent pas. Contrairement au verdict rendu par un jury américain le condamnant à verser plus d'un milliard de dollars de dommages et intérêts à Apple, Samsung a obtenu un jugement très favorable au Japon. En effet, le tribunal de Tokyo a considéré que la firme sud-coréenne n'enfreint pas le brevet mis en avant par la firme de Cupertino.

Le juge en charge du dossier, Tamotsu Shoji, a rejeté les prétentions d'Apple au motif que la technologie visée par la plainte n'entrait pas dans le champ du brevet. "Les produits de la partie défenderesse ne semblent pas utiliser la même technologie que les produits de la partie demanderesse, nous rejetons donc les arguments du plaignant et jugeons que le coût de la procédure sera payée par ses soins", a-t-il déclaré.

Autrement dit, c'est Apple qui va devoir payer les frais de justice occasionnés par sa plainte. Selon Reuters, le brevet en question protège une méthode de synchronisation entre un ordinateur et un appareil mobile. Pour Samsung, c'est évidemment une victoire appréciable même si elle pourrait ne pas durer. Apple conserve la possibilité de porter l'affaire en appel pour obtenir le renversement du verdict.

Le verdict rendu par le tribunal de Tokyo est loin de mettre fin à la guerre que se livrent les deux entreprises sur l'archipel. D'autres actions en justice sont en cours. En septembre 2011, Apple a porté plainte pour interdire la commercialisation de deux smartphones et une tablette. Un mois plus tard, Samsung a riposté en s'attaquant à l'iPhone 4S avec le même objectif : empêcher sa vente.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés