Publié par Julien L., le Vendredi 20 Juillet 2012

Le site parodique AFPresque attaqué pour "concurrence déloyale" envers l'AFP

Le site de l'Agence France Presque a été mis en demeure de cesser "parasiter" les activités de l'AFP. Il est reproché au site parodique de réaliser une concurrence déloyale envers l'agence de presse généraliste, en copiant son identité visuelle. C'est l'angle de la contrefaçon de marque commerciale qui a été choisi dans cette affaire, mais encore faut-il prouver le risque de confusion dans l'esprit du public.

Le site web parodique Agence France Presque, qui s'amuse à détourner l'actualité pour divertir ses lecteurs, est-il de nature à engendrer une confusion dans l'esprit du public avec l'agence de presse internationale généraliste AFP ? À lire la mise en demeure (.pdf) envoyée aux auteurs de l'Agence France Presque, c'est visiblement le cas. Le site occasionnerait une "concurrence déloyale" et du "parasitisme".

Les conseils en propriété industrielle Lambert & Associés exigent plusieurs choses de l'Agence France Presque. Tout d'abord, l'usage des dénominations AFP et Agence France presse doit cesser immédiatement et disparaître du site web et des réseaux sociaux sur lesquels le site web parodique officie (essentiellement Twitter et Facebook).

Ensuite, le nom de domaine afpresque.com doit être supprimé tout comme la "couleur bleue caractéristique" de l'AFP, qui est reprise dans le logo du site humoristique. Le courrier réclame également diverses statistiques (fréquentation du site, nombre d'abonnés Twitter, nombre de fans Facebook) afin "de chiffrer le montant du préjudice" qu'aurait causé l'Agence France Presque.

Pour fonder leur demande, les conseils en propriété industrielle ne s'appuient pas sur l'article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle (qui liste les exceptions au droit d'auteur, dont la parodie, le pastiche et la caricature) mais sur l'article L713-3 du Code de la propriété industrielle. Autrement dit, l'angle d'attaque est la contrefaçon de marque commerciale et non pas le droit d'auteur.

L'article expose que : "sont interdits, sauf autorisation du propriétaire, s'il peut en résulter un risque de confusion dans l'esprit du public :

  • a) La reproduction, l'usage ou l'apposition d'une marque, ainsi que l'usage d'une marque reproduite, pour des produits ou services similaires à ceux désignés dans l'enregistrement.
  • b) L'imitation d'une marque et l'usage d'une marque imitée, pour des produits ou services identiques ou similaires à ceux désignés dans l'enregistrement".

Toute la question est donc de savoir s'il peut y avoir confusion entre l'AFP et l'Agence France presque. Il n'existe pas à proprement parler d'exception de parodie reconnue par la loi en matière de marques, contrairement au droit d'auteur. En revanche, il y a une reconnaissance jurisprudentielle basée sur la notion du "risque de confusion", présent dans la loi.

Il existe une affaire de référence qui illustre ce cas de figure : il s'agit du site "JeBoycotteDanone.com". La cour d'appel de Paris a jugé en 2003 que "le principe de valeur constitutionnelle de la liberté d'expression" l'emportait sur la protection de la marque Danone. Et ici, il n'y avait pas de confusion possible ni de volonté d'exploitation commerciale de la marque.

Mais pour que cette parodie soit admissible, il faut respecter trois critères : ne pas se situer sur le terrain commercial, ne présenter aucun risque de confusion avec la marque parodiée et ne pas dénigrer la marque parodiée.

Sur le plan judiciaire, il y a des chances que la parodie soit retenue par les juges mais il n'y a évidemment aucune certitude. Le principal grief qui peut fonctionner pour l'AFP est le deuxième critère, dans la mesure où, sur Twitter, le logo détourné de l'AFPresque est très proche de celui de l'AFP. Même s'il est différent, la taille réduite peut entraîner une certaine confusion (d'ailleurs l'AFPresque l'a remplacé).

Les deux autres critères ne paraissent pas offrir de prises suffisamment solides pour attaquer l'AFPresque. A priori, leur activité ne vise pas à dénigrer l'AFP mais à animer une fausse agence de presse parodique. Et, jusqu'à preuve du contraire, cette activité n'est pas source de revenus.

Publié par Julien L., le 20 Juillet 2012 à 10h28
 
38
Commentaires à propos de «Le site parodique AFPresque attaqué pour "concurrence déloyale" envers l'AFP»
Inscrit le 05/05/2009
1192 messages publiés
Remake de Madame Figaro?
Inscrit le 10/04/2009
2382 messages publiés
Pour se repérer c'est assez simple:

Si il s'agit d'un article anti-Iran/Bolivie/Russie/Chine
C'est AFP
Sinon
C'est un autre journal.
Inscrit le 03/01/2012
390 messages publiés
ABUZIP §§§
Inscrit le 03/01/2012
390 messages publiés
Les blaireaux (pas les journalistes, ils ne doivent même pas savoir qu'un rond de cuir a décidé ça) qui ont décidé ça ont du mal à encaisser le sous titre "Une actu qui se dépêche c'est presque de l'info", voilà tout.

Après on enrobe avec du charabia juridique (confusion ? Vraiment ? Les mecs ne sont pas sur le même marché, si tant est qu'ils soient sur un marché) pour appuyer ses droits et emballez...

Pitoyable.
Inscrit le 07/04/2012
55 messages publiés
Il est clair qu'il faut se demander "pourquoi ?". Quelle est la base "stupide" de cette décision ?

En tout cas il y a un sacré nombre de personnes qui n'a pas d'humour (ou d'éducation).
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
Le logo pouvait prêter à confusion quand il était utilisé dans Twitter en petite taille. Il est normal que l'AFP s'en plaigne.
Les responsables de Agence France Presque ont fait ce qu'il y avait de plus censé : changer le logo et les couleurs. Il faut voir maintenant si l'AFP s'en contentera.
Inscrit le 01/10/2004
1525 messages publiés
Je ne connaissais pas ce site, ça semble sympa
Inscrit le 16/04/2009
282 messages publiés
Régulièrement, je confonds youtube et youporn à cause du nom... alors que les contenus sont identiques : que des WTF !
Inscrit le 12/03/2010
90 messages publiés
Merci à l'AFP de me les faire connaître!
Inscrit le 09/03/2010
1112 messages publiés
Merci AFP,je connaissais pas ce site parodique,je suis inscrit à présent et je partage
Inscrit le 13/09/2010
90 messages publiés
Pareil, bientôt un effet Streisand...
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
ça confirme que l'exception de parodie doit impérativement être revalorisée face à l'imperium insupportable des marques.

Genre : tu essaies de faire taire un site parodique en utilisant ta marque, et en prenant royalement les gens pour des cons en arguant d'un "risque de confusion" ou de "concurrence déloyale", tu vas payer de lourdes indemnités audit site parodique, puisque tu essaies d'utiliser ta force pour le faire taire.
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
ça confirme aussi, après Louis Vuitton ou Madame Figaro, que les avocats en droit des marques sont très souvent des nuisibles.
Inscrit le 17/03/2006
831 messages publiés
Pareil que le commentaires du dessus, je ne connaissais pas ce site. Encore une affaire qui va avoir l'effet inverse de celui escompté. A savoir faire sortir de l'ombre un site inconnu de beaucoup.
Inscrit le 26/11/2003
1840 messages publiés
et hop, encore de la censure par la propriété intellectuelle
s'il peut en résulter un risque de confusion dans l'esprit du public


alors ça , c'est ce définir soit même comme un guignole, merci d'avoir retirer nos doute
[message édité par golem le 20/07/2012 à 11:59 ]
Inscrit le 11/03/2009
1719 messages publiés
Pour info : j'ai écrit un mail à la personne qui a écrit ce courrier - Stève Félix (steve@lambert-conseils.com) - en lui rappelant le droit à la parodie (je n'avais pas le jugement Esso/Greenpeace à ce moment là et figurez vous qu'il m'a appeléau téléphone 5 minutes après (si si, vraiment 5 minutes comme quoi il doit vraiment pas avoir grand chose à foutre ce monsieur) et il m'a indiqué hormis le fait que je n'étais pas juriste et que le droit à la parodie ne s'appliquait pas au droit des marques (ce qui est faux vu les jurisprudences récentes) qu'il m'ajoutait au dossier si jamais cela allait jusqu'au tribunal !!!
Pour moi ça s'appelle une menace donc ce cabinet me semble extrêmement agressif et a des méthodes plus que limite.
[message édité par Melpheos le 20/07/2012 à 11:58 ]
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
Melpheos, le 20/07/2012 - 11:57
Pour info : j'ai écrit un mail à la personne qui a écrit ce courrier - Stève Félix (steve@lambert-conseils.com) - en lui rappelant le droit à la parodie (je n'avais pas le jugement Esso/Greenpeace à ce moment là et figurez vous qu'il m'a appeléau téléphone 5 minutes après (si si, vraiment 5 minutes comme quoi il doit vraiment pas avoir grand chose à foutre ce monsieur) et il m'a indiqué hormis le fait que je n'étais pas juriste et que le droit à la parodie ne s'appliquait pas au droit des marques (ce qui est faux vu les jurisprudences récentes) qu'il m'ajoutait au dossier si jamais cela allait jusqu'au tribunal !!!


P'tain le blaireau. Il doit être agressif parce qu'il a un nom et un prénom moisis.
Inscrit le 11/03/2009
1719 messages publiés
milord, le 20/07/2012 - 12:01

Melpheos, le 20/07/2012 - 11:57
Pour info : j'ai écrit un mail à la personne qui a écrit ce courrier - Stève Félix (steve@lambert-conseils.com) - en lui rappelant le droit à la parodie (je n'avais pas le jugement Esso/Greenpeace à ce moment là et figurez vous qu'il m'a appeléau téléphone 5 minutes après (si si, vraiment 5 minutes comme quoi il doit vraiment pas avoir grand chose à foutre ce monsieur) et il m'a indiqué hormis le fait que je n'étais pas juriste et que le droit à la parodie ne s'appliquait pas au droit des marques (ce qui est faux vu les jurisprudences récentes) qu'il m'ajoutait au dossier si jamais cela allait jusqu'au tribunal !!!



P'tain le blaireau. Il doit être agressif parce qu'il a un nom et un prénom moisis.

Tout le monde devrait lui écrire, ça peut être rigolo si il se retrouve avec une centaine de personne à ajouter à son dossier. Je me suis dis d'ailleurs qu'il devrait également ajouter à son dossier la rédaction de numérama, de clubic ainsi que toutes les personnes qui ont twitté ou commenté à propos de cette affaire comme ça il aura 100000 personnes et il sera content, il aura bien fait son boulot.
Inscrit le 30/10/2008
699 messages publiés
Melpheos, le 20/07/2012 - 11:57
Pour info : j'ai écrit un mail à la personne qui a écrit ce courrier - Stève Félix (steve@lambert-conseils.com) - en lui rappelant le droit à la parodie (je n'avais pas le jugement Esso/Greenpeace à ce moment là) et figurez vous qu'il m'a appeléau téléphone 5 minutes après (si si, vraiment 5 minutes comme quoi il doit vraiment pas avoir grand chose à foutre ce monsieur) et il m'a indiqué hormis le fait que je n'étais pas juriste et que le droit à la parodie ne s'appliquait pas au droit des marques (ce qui est faux vu les jurisprudences récentes) qu'il m'ajoutait au dossier si jamais cela allait jusqu'au tribunal !!!
Pour moi ça s'appelle une menace donc ce cabinet me semble extrêmement agressif et a des méthodes plus que limite.


l'AFPresque fait une précision sur leur site. Je quote : "Précision : à ce stade il ne s'agirait pas d'avocats mais de "conseillers en propriété industrielle". Pas de contact direct de l'AFP."
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
C'est manifestement un connard, mais ça ne sert à rien de contacter ces gens-là. Voyez comme ils répondent (il n'a strictement aucun moyen légal d'inclure dans sa procédure un tiers au dossier), ces gens font de l'intox, pas du droit.

Evitez quand même d'écrire ou d'appeler ce genre de sales cons, vous risquez de compliquer la vie d'AFPresque qui a manifestement fait fuiter la mise en demeure reçue.
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
Rappel à l'usage du blaireau :

http://www.afjv.com/...0523_auteur.htm

Le risque de confusion est apprécié par un juge, pas par l'avocat ou le plaignant. L'éventuel dénigrement aussi.
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
Autre info utile : http://www.irpi.ccip...50_marque.htm#1

Mais y en a plein en ligne, les mecs de l'AFPresque devraient pas avoir de mal à se défendre.
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
Rappel non juridique : quand les enseignes sont autorisées à nous tartiner leurs putains de marques sur la gueule à longueur de journée, qu'il n'existe plus un espace en ville qui ne soit pollué par de la publicité, des logos, des marques, des slogans commerciaux, nous (au sens de "nous, le public", voire "we, the people") devrions être en droit de faire ce que nous voulons de ces messages martelés en permanence à nos sens, dès lors que nous n'en faisons pas d'usage commerçant ni dénigrant. La parodie, en particulier, devrait être largement admise - simple question de salubrité mentale dans un monde où les grandes marques nous demandent de ne surtout pas réfléchir, et de seulement consommer.
Inscrit le 03/10/2011
6943 messages publiés
sont interdits, sauf autorisation du propriétaire, s'il peut en résulter un risque de confusion dans l'esprit du public
C'est vrai que chez les simplets, c'est toujours assez dur de voir ce qu'il en est.
On voit qu'on les recrute en masse chez Lambert et Associés : c'est quoi une marque ?
Inscrit le 05/05/2009
1192 messages publiés
Melpheos, le 20/07/2012 - 11:57
Pour info : j'ai écrit un mail à la personne qui a écrit ce courrier - Stève Félix (steve@lambert-conseils.com) - en lui rappelant le droit à la parodie (je n'avais pas le jugement Esso/Greenpeace à ce moment là) et figurez vous qu'il m'a appeléau téléphone 5 minutes après (si si, vraiment 5 minutes comme quoi il doit vraiment pas avoir grand chose à foutre ce monsieur) et il m'a indiqué hormis le fait que je n'étais pas juriste et que le droit à la parodie ne s'appliquait pas au droit des marques (ce qui est faux vu les jurisprudences récentes) qu'il m'ajoutait au dossier si jamais cela allait jusqu'au tribunal !!!
Pour moi ça s'appelle une menace donc ce cabinet me semble extrêmement agressif et a des méthodes plus que limite.

Je lui envoie aussi
Inscrit le 30/04/2012
204 messages publiés
l'AFP: pas des journalistes, mais presque.
Inscrit le 31/03/2009
657 messages publiés
U., le 20/07/2012 - 12:15
Rappel non juridique : quand les enseignes sont autorisées à nous tartiner leurs putains de marques sur la gueule à longueur de journée, qu'il n'existe plus un espace en ville qui ne soit pollué par de la publicité, des logos, des marques, des slogans commerciaux, nous (au sens de "nous, le public", voire "we, the people") devrions être en droit de faire ce que nous voulons de ces messages martelés en permanence à nos sens, dès lors que nous n'en faisons pas d'usage commerçant ni dénigrant. La parodie, en particulier, devrait être largement admise - simple question de salubrité mentale dans un monde où les grandes marques nous demandent de ne surtout pas réfléchir, et de seulement consommer.


Je suis du même avis que toi. Les marques nous imposent leur présence, mais n'acceptent pas que nous y fassions référence. Cette situation est totalement injuste.
Inscrit le 22/03/2012
72 messages publiés
Franchement, quand j'ai vu le logo j'ai bien pensé que c'était celui de l'AFP.
Inscrit le 11/03/2009
1719 messages publiés
oulala!!, le 20/07/2012 - 15:10
Franchement, quand j'ai vu le logo j'ai bien pensé que c'était celui de l'AFP.
c'est le principe d'une parodie de logo... Ca y ressemble.
Image IPB
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
U., le 20/07/2012 - 12:11
Rappel à l'usage du blaireau :

http://www.afjv.com/...0523_auteur.htm

Le risque de confusion est apprécié par un juge, pas par l'avocat ou le plaignant. L'éventuel dénigrement aussi.


Bien entendu. Tu imagines les mecs qui vont devant le juge en disant : "bon on entame une procédure contre eux parce qu'on estime qu'il n'y a aucun risque de confusion entre leur logo et le nôtre".

Les procédures judiciaires, c'est ça : tu t'estimes lésé, tu t'adresses à la partie adverse en expliquant pourquoi tu t'estimes lésé, en leur demandant de faire cesser le préjudice.
Si ils acceptent, OK, ça s'arrête. Sinon c'est effectivement un juge qui décidera.

Centaurien, le 20/07/2012 - 12:21
sont interdits, sauf autorisation du propriétaire, s'il peut en résulter un risque de confusion dans l'esprit du public
C'est vrai que chez les simplets, c'est toujours assez dur de voir ce qu'il en est.
On voit qu'on les recrute en masse chez Lambert et Associés : c'est quoi une marque ?

Euh, cela dit ce n'est pas faux : on a déjà tous vu des histoires où la presse s'est jetée sur une info avant de s'apercevoir que c'était un hoax.
Une info qui paraît chez Twitter avec un logo qui ressemble à celui de l'AFP, je suis certain qu'il y a pas mal de monde qui pense que ça vient de l'AFP.

OK, on peut regretter qu'il y a un paquet de blaireaux qui ne savent pas lire, mais en attendant c'est comme ça. L'AFP n'y est pour rien et n'a pas à supporter le fait qu'il y a des gens qui ne savent pas faire la différence.

Maintenant qu'AFPresque a changé son logo, il ne devrait plus y avoir de problème.

Je ne suis pas certain que Numerama apprécie qu'on ouvre un compte Twitter Numerana (avec un N au lieu d'un M), qui reprenne ses codes visuels et qui balance de l'info parodique du style "Numerana adopte PHPbb v1.0.7 comme gestionnaire de forum".
Inscrit le 11/03/2009
1719 messages publiés
zig, le 20/07/2012 - 16:24


Maintenant qu'AFPresque a changé son logo, il ne devrait plus y avoir de problème.



Sauf que non


Par conséquent, nous vous mettons en demeure de :
- Cesser immédiatement tout usage des dénominations AFP et AGENCE FRANCE
PRESSE. Pour cela, nous exigeons que :
1- vous supprimiez de votre site internet et des réseaux sociaux où vous apparaissez
toute référence à AFP ou à AGENCE FRANCE PRESSE.
2- vous supprimiez votre nom de domaine afpresque.com.
3- vous supprimiez la couleur bleue caractéristique des marques de l'Agence France
Presse.
4- Vous engager à ne plus utiliser à l'avenir de signes présentant des similarités
avec l'AFP et/ou l'Agence France Presse pour les produits et services couverts par
les marques antérieures du même nom.
5- Nous indiquer la fréquentation précise de votre site internet, ainsi que le nombre
de Follower et de Fan sur Facebook, afin de nous permettre de chiffrer le montant
du préjudice dont notre client à souffert jusqu'à ce jour.
6- Supporter l'ensemble des frais engagés par l'Agence France Presse pour la
défense de ses droits et intérêts, soit à ce jour, un minimum de 2.000?.


En gros, ils veulent que afpresque disparaisse.
1 - Non avenue. Cette demande est purement et simplement illégale et crétinesque au possible
2- Le nom de domaine n'est absolument pas une contrefaçon et ne peux être confondu avec ni AFP ni Agence France Presse
3- Super, maintenant aucun site web ne peux plus utiliser la couleur bleue
4- c'est le seul point susceptible d'interprétation par un juge mais que les dernières jurisprudence ont contredit
5- Hein ? Quel préjudice ? Ils supposent que toutes les personnes qui sont allés sur afpresque.com pensaient être sur afp.com ? C'est purement et simplement du foutage de gueule.
6- Et puis quoi encore ? Dans ton cul Félix... Pourquoi pas 5000euros, ou 10000euros?

Les points 2-3-5-6 n'ont à priori pas encore été suivi par afpresque et n'ont aucune raison de l'être.
le point 6 en particulier est une tentative de racket.

Edit : Visiblement, afpresque n'a pas eu les reins assez solide pour faire face à ces menaces. C'est dommage, ça renforce ce type de demande :-(
[message édité par Melpheos le 20/07/2012 à 17:20 ]
Inscrit le 25/07/2011
815 messages publiés
Melpheos, le 20/07/2012 - 11:57
Pour info : j'ai écrit un mail à la personne qui a écrit ce courrier - Stève Félix (steve@lambert-conseils.com) - en lui rappelant le droit à la parodie (je n'avais pas le jugement Esso/Greenpeace à ce moment là) et figurez vous qu'il m'a appeléau téléphone 5 minutes après (si si, vraiment 5 minutes comme quoi il doit vraiment pas avoir grand chose à foutre ce monsieur) et il m'a indiqué hormis le fait que je n'étais pas juriste et que le droit à la parodie ne s'appliquait pas au droit des marques (ce qui est faux vu les jurisprudences récentes) qu'il m'ajoutait au dossier si jamais cela allait jusqu'au tribunal !!!
Pour moi ça s'appelle une menace donc ce cabinet me semble extrêmement agressif et a des méthodes plus que limite.


Enfin c'est surtout que le droit à la parodie n'existe pas.
La parodie est une exception du droit des propriétés intellectuelles et non un droit en tant que tel.
Inscrit le 02/04/2010
1080 messages publiés
Jed, le 20/07/2012 - 18:31
Enfin c'est surtout que le droit à la parodie n'existe pas.
La parodie est une exception du droit des propriétés intellectuelles et non un droit en tant que tel.

Vrai et faux:
- le "droit a la parodie" n'existe pas en tant que tel dans le droit des marques
- mais une parodie (surtout clairement identifiee comme telle) n'entraine aucun risque de confusion.
Il est donc abusif de partir sur cette base.
Comme le disent certains, on peut a la limite trouver une ressemblance entre les logos quand on les voit de loin... ou en petit... Mais ca s'arrete la, et je pense qu'un simple avertissement suffirait.

Ensuite, le nom de domaine afpresque.com doit être supprimé tout comme la "couleur bleue caractéristique" de l'AFP, qui est reprise dans le logo du site humoristique.

Moui...
Donc, on ne peut plus utiliser le bleu dans un logo...
Ni les couleurs orange, rouge, verte, jaune, blanche, noire... presque aucune couleur unie, et tres peu de combinaisons je pense.
Serieusement, il y a des gus capables de sortir des aneries pareilles? C'est presque aussi genial que breveter un carre avec des coins arrondis. XD
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
zig, le 20/07/2012 - 16:24
Maintenant qu'AFPresque a changé son logo, il ne devrait plus y avoir de problème.


Il reste un problème : un cabinet de lawyers à la con a encore gagné du blé en jouant la menace, pour le compte d'une boîte qui use de sa propriété intellectuelle pour restreindre la liberté d'expression dont relève la parodie.

Je sais bien que ça changera pas du jour au lendemain. Et je ne blâme pas AFPresque de changer de nom et de se soumettre à la pression de l'autre blaireau. Les conseilleurs sont pas les payeurs, pas de souci.

Je pense jusque que de temps en temps, faut quand même y aller, histoire d'obtenir qu'un juge rappelle aux "ayant-droits" qu'au-delà d'une concurrence réelle ou d'un dénigrement effectif de leur marque, ils devraient surtout avoir le droit de fermer leur gueule.

D'ailleurs je rejoins Wormlore : le "droit" à la parodie n'existe pas, c'est qu'une exception à la propriété intellectuelle.

Mais la parodie relève aussi de quelque chose de supérieur à la propriété intellectuelle : la liberté d'expression. C'est d'ailleurs ce qui était ressorti, heureusement, de l'arrêt JeboycotteDanone.com.
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
Reste à souhaiter à l'AFP un effet Streisand bien bruyant, histoire qu'il y réfléchisse à deux fois avant de confier un autre dossier à son connard d'avocat pour rouler des mécaniques avec sa marque à la con.
Inscrit le 13/10/2011
412 messages publiés
Des parasites, se faire du beurre sur le travail des autres.
Megaupload, Free, Mittal...

Un monde de profiteurs sauvages
Inscrit le 30/05/2010
459 messages publiés
Des parasites, se faire du beurre sur le travail des autres.
Megaupload, Free, Mittal...

Un monde de profiteurs sauvages


t as oublié Orange, bouygues, SFR dans ta liste...
Inscrit le 17/06/2009
17 messages publiés
Merci à l'AFP je conaissais pas l'AFPresque et je me suis bien marré en les lisant !
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Juillet 2012
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5