Le mois dernier, Google a reçu plus de 1,2 million de demandes de suppression de résultats de son moteur de recherche, pour des URL qui conduisaient à des contenus protégés par des droits d'auteur. Microsoft est le plus gros demandeur de ces suppressions, tandis que FilesTube est le site le plus visé par les demandes. Chaque jour, Google traite plus de 40 000 demandes. 12 fois par minute, Google efface un lien menant à un contenu de Microsoft piraté.

Google Transparency Report

Après avoir dévoilé les demandes de censure et de surveillance des utilisateurs en provenance des Etats, Google a lancé jeudi un nouveau chapitre de son Transparency Report, dédié cette fois-ci aux demandes de censure des résultats de son moteur de recherche par les acteurs privés, pour des motifs de violation de droits d’auteur. La firme de Mountain View détaille ainsi avec précision les millions de demandes de suppression d’URL qu’elle a reçues depuis juillet 2011, à un rythme sans cesse croissant.

Actuellement, Google traite environ 300 000 demandes de suppressions de contenus chaque semaine, soit près de 1800 par heure, ou une toutes les deux secondes. C’est le triple de ce qu’il traitait il y a un an. Même s’il dit vérifier la légitimité de chacune d’entre elles, 97 % des demandes ont donné lieu à une suppression dans l’index de Google. En moyenne, le moteur de recherche est « nettoyé » 10 heures seulement après la demande, ce qui est extra-ordinaire au regard du volume à traiter.

Alors que l’on s’attendait à voir l’industrie du disque ou du cinéma à cette place, c’est Microsoft qui est le plus gros demandeur de suppressions d’URL. Sur les 30 derniers jours, Microsoft a été à l’origine de 43 % des demandes de suppression d’URL sur le moteur de recherche de Google !

Sur un an, la firme de Redmond a demandé l’effacement de 2,54 millions d’entrées réparties sur 23 463 domaines. Suivent ensuite au classement NBC Universal (986 000 URL), et l’ensemble des majors du disque représentées par la RIAA (416 000 URL) :

Titulaire des droits d’auteur Domaines ciblés URL
23 463
2.544.209
15 589
985.995
6 903
416.731
208
339.098
57
335.129
5 137
258.563
223
200.447

Par ailleurs, et la fonctionnalité devrait ne pas ravir les ayants droit, Google propose de consulter des statistiques précises sur les demandes de retraits d’URL par noms de domaine. On peut ainsi établir le classement des sites qui ont fait l’objet du plus de demandes de suppressions de résultats dans le moteur de recherche de Google.

Les sites qui ont fait l’objet du plus de demandes de suppressions d’URL ne sont pas les sites de liens BitTorrent ou de téléchargement direct, comme on pouvait le croire, mais des moteurs de recherche spécialisés. Filestube.com, qui arrive en tête avec 389 519 URL signalées par 837 ayants droit, propose ainsi un méta-moteur de recherche de fichiers à télécharger sur HotFile, Uploaded.com, Letitbit, MediaFire, etc. Viennent ensuite Torrentz.eu, qui se spécialise dans la recherche de liens pour BitTorrent, et la plateforme de partage de fichiers 4Shared. Le premier site de liens BitTorrent à arriver au classement est Kat..ph.

Il est intéressant de noter que Google indique toujours, à droite du tableau, le pourcentage d’URL dont la suppression a été demandée par rapport à l’ensemble des pages indexables sur le nom de domaine. Il montre que dans la très grande majorité des cas, moins de 1 % des pages du site ont fait l’objet d’une demande de suppression, c’est-à-dire qu’au moins 99 % des pages ne posent pas de problème ou pas assez pour exiger leur désindexation. Même pour un site comme The Pirate Bay, c’est moins de 5 % des pages dont la suppression est demandée.

Les 20 sites les plus visés par les ayants droit ces 12 dernières mois :

Domaine ciblé Titulaires des droits d’auteur URL  % du domaine
837
389 519
< 1 %<>/span>
600
147 333
< 1 %<>/span>
305
132 512
< 0,1 %<>/span>
609
131 656
< 1 %<>/span>
511
122 069
< 0,1 %<>/span>
390
119 669
< 1 %<>/span>
542
111 888
< 1 %<>/span>
216
107 241
< 1 %<>/span>
294
105 815
< 1 %<>/span>
67
99 510
< 1 %<>/span>
204
98 890
< 1 %<>/span>
200
98 845
< 1 %<>/span>
370
87 484
< 1 %<>/span>
634
85 538
< 1 %<>/span>
378
80 429
< 5 %<>/span>
251
65 630
< 5 %<>/span>
352
64 387
< 1 %<>/span>
265
61 389
< 1 %<>/span>
277
59 804
< 1 %<>/span>
207
59 683
< 1 %<>/span>

Très complet, l’outil proposé par Google permet aussi de voir quels sont les sites les plus visés par chaque ayant droit. Par exemple, pour le groupe français LVMH à qui nous avions attribué notre prix Abuzip, ce sont les sites Luxusreplica.com, Replica-Bags8.net ou Watchrar.com, tous dédiés à des contrefaçons d’objets de mode.

Enfin, la base de données indique également quels sont les représentants des ayants droit qui envoient le plus de demandes de suppression d’URL au nom de leurs membres ou clients. Le champion de la catégorie est Marketly, qui semble travailler exclusivement pour Microsoft et est responsable de la plupart des demandes de suppression envoyées au nom de l’éditeur de logiciels. La société a d’ailleurs été fondée par Pulin Thakkar, un ancien ingénieur de Microsoft. Suivant Degban, une entreprise spécialisée dans la lutte contre le piratage, et ses concurrents DtecNet et Takedown Piracy.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés