1,5 million de pages anciennes vont faire l'objet d'une numérisation. Les bibliothèques d'Oxford et du Vatican ont annoncé leur partenariat pour dématérialiser des textes issus de manuscrits grecs, hébraïques et tirés des livres imprimés au XVème siècle.

La numérisation du patrimoine culturel est une tâche qui occupe d’année en année toujours plus d’acteurs. Si la place de Google dans ce domaine est considérable, le géant américain ayant participé à la numérisation de plus de 20 millions d’ouvrages depuis 2004, d’autres institutions se montrent très actives, à l’image de l’université d’Oxford et du Vatican.

Preuve en est, la bibliothèque Bodléienne et la bibliothèque apostolique vaticane ont annoncé jeudi leur collaboration pour mener à bien un projet de numérisation portant sur 1,5 million de pages issues d’anciens textes. Les efforts des deux bibliothèques vont porter sur les incunables (les premiers livres imprimés entre 1450 et 1500), les manuscrits grecs et les textes hébraïques.

Selon le communiqué, le choix de ces trois domaines s’est fait en fonction de leur importance au sein des deux bibliothèques. Deux tiers des ressources seront fournies par le Vatican et le tiers restant sera apporté par l’université d’Oxford. Le projet a été financé par la fondation Polonsky, qui a apporté une enveloppe de 2 millions de dollars (environ 1,5 million d’euros).

« L’effort de numérisation bénéficiera également aux chercheurs, en unissant des contenus qui ont été dispersés au fil des siècles« , explique la faculté. « Transformer ces vieux textes et ces vieilles images sous forme numérique permet de transcender les contraintes spatiales et temporelles qui, dans le passé, ont restreint l’accès à la connaissance« , souligne Sarah Thomas, d’Oxford.

Ces textes seront mis en ligne gratuitement sur Internet.

( photo : Mainz psalter, domaine public Bodleian Library, Oxford )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés