Alors que la crise économique persiste, la propriété intellectuelle apparaît comme une valeur refuge et spéculative. Poursuivant une vague de transactions portant sur des inventions réelles ou supposées, Microsoft a annoncé lundi le rachat de 800 brevets détenus par AOL, qu'il payera 1 milliard de dollars.

La course à l’armement continue dans le monde d’Internet et de la propriété intellectuelle. Alors que Facebook a racheté 750 brevets d’IBM, uniquement pour avoir de quoi contre-attaquer dans sa bataille contre Yahoo, Microsoft et AOL annoncent ce lundi qu’ils sont parvenus à un accord portant sur le portefeuille de brevets mis aux enchères par le portail américain.

Aux termes de l’accord qui devrait être effectif fin 2012, AOL va vendre à Microsoft plus de 800 brevets et demandes de brevets en cours de validation, et va accorder une licence non exclusive sur plus de 300 autres titres.

En échange, Microsoft va reverser à AOL un peu plus de 1 milliard de dollars en cash, dont « une part significative » devrait être reversée aux actionnaires, sans être réinvestie dans la société. Le groupe était sous la pression de certains fonds d’investissement qui demandaient que les performances du titre soit rapidement revues à la hausse.

« L’accord avec Microsoft représente l’aboutissement d’un processus d’enchères robuste pour notre portefeuilles de brevets« , s’est félicité Tim Armstrong, le président d’AOL. « C’est un portefeuille précieux que nous suivons depuis des années et que nous avons analysé en détails depuis plusieurs mois« , assure de son côté Brad Smith, le directeur des affaires juridiques de Microsoft.

Les quelques 300 brevets qu’AOL garde sous la main concernent principalement la publicité, la recherche, les systèmes de gestion et de génération de contenus, les réseaux sociaux, la cartographie, le streaming et le multimédia, et la sécurité. Autant de secteurs sur lesquels AOL entend se recentrer.

L’an dernier, Microsoft s’était associé à Apple, RIM et Sony pour acheter plus de 6000 brevets de Nortel pour 4,5 milliards de dollars. En réaction, Google avait négocié le rachat de Motorola Mobility et de ses 24 500 brevets pour 12,5 milliards de dollars.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés