Alors qu'il avait suspendu le compte d'un Anonymous, YouTube l'a réintégré sans apporter d'explications. Entre temps, le collectif avait menacé le site de vidéos de lui faire connaître "l'enfer" s'il ne rétablissait pas le compte dans les 72 heures.

En réaction à la vidéo Kony 2012 qui a été vue par plus de 85 millions d’internautes et qui appelle à l’arrestation du chef de guerre ougandais Joseph Kony, un Anonymous avait publié sur son compte YouTube une vidéo opposée (lire cet excellent article du Monde pour comprendre pourquoi Kony 2012 est très controversé). Mais YouTube a supprimé l’accès à la vidéo et suspendu le compte de TheAnonMessage, qui l’avait diffusée.

Dans les heures qui ont suivi la suspension du compte, inexpliquée, le même’ Anonymous a publié sur YouTube une mise en garde, sous forme d’ultimatum. Il promettait de « déverser l’enfer » sur les dirigeants du site si le compte TheAnonMessage qui possédait plus de 70 vidéos n’était pas rétabli dans les 72 heures.

« A cet instant, le collectif songe à donner une leçon à YouTube. Nous devons insister sur le fait que le site web de YouTube ne sera pas affecté. C’est un moyen de communication et d’accès à la connaissance qui est tombé dans de mauvaises mains. Toutefois, nous suivrons une voie d’action qui fera que les dirigeants de YouTube se réveilleront la nuit et craindront pour leur santé mentale« , assurait le message.

L’Anonymous qui a publié la vidéo n’avait qu’une influence très modérée, mais son message a été relayé par @YourAnonNews, qui compte plus d’un demi-million d’abonnés à son fil Twitter. Or dès le lendemain, @TheAnonMessage s’est félicité de la réouverture du compte, en faisant un lien direct avec l’ultimatum. « YouTube a débloqué mon compte et débloqué la vidéo censurée en réaction à la menace d’hier !« , a-t-il écrit sur Twitter. De son côté, YouTube n’a jamais apporté la moindre explication officielle, ni à la suspension du compte, ni à son rétablissement.

L’International Business Times, qui a suivi l’affaire de près, avance 5 raisons qui auraient pu pousser YouTube à bloquer la vidéo et à suspendre le compte. Seule la première nous paraît crédible. Le journal remarque en effet que la vidéo censurée appelait à signaler massivement la vidéo Kony 2012 comme spam, ce qui est très mal vu par YouTube. Cependant, la version restaurée de la vidéo contient toujours le même appel.

Le mystère reste donc entier. Peut-être, plus simplement, TheAnonMessage avait-il lui-même été signalé comme spam, et mis au placard le temps d’une vérification manuelle.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos