Le géant américain de l'électronique grand public est dans le collimateur d'un Américain. Ce dernier accuse en effet Apple de publicité mensongère pour son assistant personnel Siri.

La publicité est une technique de communication qu’il faut savoir manier avec parcimonie, même lorsque l’on se nomme Apple. Sinon, l’annonceur a tôt fait de se retrouver dans une position compliquée et de se voir accusé de publicité mensongère. Or, c’est justement ce qui est en train d’arriver à la firme de Cupertino. Elle est poursuivie pour ses vidéos vantant les mérites de son assistant personnel, Siri.

D’après le Wall Street Journal, un New-yorkais a engagé des poursuites contre Apple pour publicité mensongère. Propriétaire d’un iPhone 4S, le plaignant affirme que les annonces de la société américaine transmettent un message trompeur sur les capacités réelles de Siri. Il assure que Siri est en réalité moins réactif et que le logiciel peine parfois à fournir la réponse appropriée.

Les reproches du New-yorkais ne sont pas un cas isolé. Depuis sa présentation officielle au mois d’octobre 2011, plusieurs voix se sont élevées pour critiquer la médiocrité de l’assistant vocal de l’iPhone 4S. Parmi les plus audibles, nous retrouvons notamment celle du cofondateur d’Apple, Steve Wozniak, qui estime que le logiciel est loin de retourner des réponses pertinentes.

Sur le papier, Siri est capable de transmettre par oral de nombreuses instructions, allant de la recherche en ligne à la prise de notes, en passant par la rédaction d’un SMS ou d’un courrier électronique. Quatre langues sont actuellement supportées (l’anglais, le français, l’allemand et le japonais) et quatre autres devraient l’être très prochainement (chinois, coréen, italien, espagnol).

Pour Apple, l’objectif à long terme est de laisser le choix entre la saisie de texte classique, c’est-à-dire l’emploi du clavier tactile, et les commandes vocales. Mais un tel système nécessite une très grande puissance de traitement afin de pouvoir distinguer toutes les nuances des sons du langage et les transposer ensuite en règles linguistiques spécifiques. Et de ce point de vue, Siri est imparfait.

Apple a déjà été condamné dans le passé pour des publicités trompeuses sur l’iPhone. On se souvient en particulier de la condamnation prononcée par l’autorité britannique de contrôle de la publicité (Advertising Standards Authority). L’ASA avait estimé que la vitesse d’exécution de l’iPhone 3G est en réalité moindre que celle qui a été présentée dans un spot télévisé.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos