La domination d'Android sur les parts de marché des smartphones dans le monde commence également à se voir sur Internet. Si la version mobile de Safari livrée avec iOS d'Apple continuait d'être la plus utilisée jusqu'ici, elle est aujourd'hui devancée par le navigateur de Google. Un argument de plus pour donner raison à Eric Schmidt et faire d'Android la plateforme mobile de référence dans les prochains mois.

Malgré les excellents chiffres de vente de sa tablette ou de son smartphone, Apple semble ne pas pouvoir rivaliser face à la multitude de modèles utilisant Android, le système d’exploitation mobile de Google. En effet, ce dernier détenant 52 % des part de marché des smartphones dans le monde, son navigateur est également de plus en plus visible dans les statistiques des sites web.

Malgré des parts de marché plus faibles qu’Android pour l’iPhone, le navigateur Safari d’iOS continuait d’être le le plus utilisé par les internautes mobiles. L’étude de 51Degrees montre désormais que la chute est terrible pour Apple avec seulement 34,1 % des internautes mobiles utilisant aujourd’hui son navigateur. Android fait même mieux avec 36,6 % de parts de marché aux Etats-Unis.

Ces résultats n’auront cependant pas d’incidence directe sur le travail des développeurs. Ces deux navigateurs sont compatibles HTML5 et sont donc capables d’afficher de façon identique les sites web. Tout ce qui fonctionne sous Safari fonctionnera également avec le navigateur d’Android. Ces données sont donc surtout un très bon indicateur de l’utilisation des téléphones pour aller sur Internet et elles confirment la domination de l’OS de Google sur le marché des mobiles.

Mais, de l’aveu même d’Eric Schmidt, les applications natives sont encore majoritairement proposées d’abord sur iOS. L’ex-PDG de Google avait donc fait le voeux de voir sa plateforme mobile devenir la référence en 2012 et espérait que cette habitude changerait. Avec un parc d’utilisateurs plus grand et une plus grande conscience de l’impact d’Android sur Internet, et donc sur l’usage réel des smartphones en tant qu’ordinateurs connectés, les développeurs pourraient lui donner raison en la privilégiant à l’heure de choisir un système d’exploitation pour déployer leurs applications natives.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés