Meg Whitman a tranché : webOS sera open-source. La PDG d'HP a ainsi décidé de mettre fin à un feuilleton de plusieurs mois qui mettait en scène le système d'exploitation des Pre et autres TouchPad. Une décision qui laisse la possibilité aux autres constructeurs de se saisir de l'OS mais qui ne garantit en rien qu'ils le feront.

HP s’est finalement décidé concernant l’avenir de webOS. Le système d’exploitation qui équipait les Pre et TouchPad sera open-source, a en effet annoncé la PDG Meg Whitman. Elle en a profité pour réaffirmer le soutien d’HP à la plateforme et voit en cette ouverture de nouvelles possibilités pour son expansion et son amélioration.

La firme continuera également d’apporter régulièrement des modifications et des nouvelles fonctionnalités à webOS, donnant tort aux rumeurs qui annonçaient que la firme chercherait à s’en débarasser totalement. D’autres rumeurs viennent cependant leur succéder puisque TechCrunch estime qu’il est possible que l’OS fasse son retour sur des tablettes HP en 2013.

Le code source devrait donc être rapidement disponible en téléchargement, tout comme son framework applicatif Enyo. Néanmoins, certains observateurs estiment que sans marque forte derrière le système d’exploitation, il n’arrivera pas à séduire les constructeurs et devrait mourir à petit feu.

De même, l’écosystème applicatif de webOS est encore trop faible. En le choisissant, les constructeurs prendraient le risque de passer à côté de leurs acheteurs qui privilégieront un OS comme Android qui est doté d’un catalogue d’applications bien plus fourni. Le système d’exploitation de Google a su s’imposer chez les constructeurs qui voulaient un OS open-source, qu’ils fabriquent des appareils bas de gamme, milieu de gamme ou haut de gamme. WebOS aura du mal à se frayer un chemin.

WebOS devra donc désormais compter sur sa communauté pour s’imposer, mais est-elle encore suffisamment puissante, après tous les déboires de l’OS, pour réussir ce pari ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés