Firefox ne dirigera peut-être plus par défaut ses utilisateurs vers Google lorsqu'ils effectueront des recherches depuis la barre d'adresses. Faute de renouvellement du contrat qui le liait à la firme de Mountain View, Mozilla pourrait choisir de signer avec Microsoft pour faire de Bing le moteur de recherche privilégié. Dans l'adversité, les deux ennemis d'antan peuvent trouver de quoi s'allier.

L’histoire est remplie d’ironies, mais celle-ci ferait date dans l’histoire de l’informatique moderne si elle se confirmait. Alors que Firefox est né pour apporter une concurrence face au monopole d’Internet Explorer, ce qui a parfaitement fonctionné, Mozilla pourrait décider de s’associer à Microsoft pour survivre. Google aurait en effet choisi de ne pas renouveler l’accord commercial signé avec la fondation Mozilla, alors qu’il est déjà échu depuis un mois. C’est donc vers Microsoft que l’organisation qui développe des solutions open-source grand public pourrait trouver son salut.

En quelques années, Mozilla s’est retrouvé en position de faiblesse face au géant de Mountain View. L’éditeur de Firefox est en effet dépendant financièrement de Google, dont les commissions rapportent environ 84 % du chiffre d’affaires de Mozilla. Mais maintenant que Chrome lui est passé devant, Google n’a plus autant d’intérêt à aider un concurrent qu’il a lui-même financé, puis doublé. La firme, qui reversait plus de 120 millions de dollars par an pour être le moteur de recherches par défaut sur Firefox, pourrait donc faire cavalier seul avec Chrome, et couper le robinet financier de Mozilla. « Don’t be evil ».

Au contraire, Microsoft a besoin de la puissance de Firefox (qui pèse encore près de 30 % du marché) pour faire connaître Bing ; ce qui ne pourra qu’être bénéfique à l’ensemble du web, dans un contexte où la position dominante de Google se fait de plus en plus écrasante. Les deux acteurs ont un intérêt commun à permettre à Mozilla de continuer à développer ses services.

Mozilla a déjà anticipé la possibilité d’un tel changement de partenaire en proposant au mois d’octobre dernier de télécharger « Firefox avec Bing« , qui pourrait devenir la version par défaut.

Pour le moment, la fondation se refuse cependant à tout commentaire. Elle assure que les négociations avec Google sont toujours en cours, et se dit confiant pour le renouveler. Mais le retard pose de plus en plus question…

Sur Numerama, Firefox compte pour environ 35 % des visites, contre 20 % pour Chrome et 22 % pour Internet Explorer.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés