Des chercheurs américains et argentins ont soumis des échantillons de sperme à des ondes wifi pendant plusieurs heures. Résultat : 25% des spermatozoïdes ne bougeaient plus après l'expérience, soit 80% de plus qu'en temps normal. De quoi relancer le débat sur la nocivité des ondes.

La nocivité des ondes GSM est souvent mise en question. Si, pour le moment, aucune étude n’est venue formellement affirmer cette hypothèse, les doutes persistent. Cette fois, des chercheurs américains se sont intéressés aux ondes Wifi qui peuplent nos demeures et nos lieux de travail et se sont demandés si elles pouvaient être dangereuses pour la mobilité des spermatozoïdes.

On savait déjà qu’il n’était pas bon d’utiliser un ordinateur portable sur les genoux. Cela entraîne une augmentation de la température au niveau des testicules et donc une hyperthermie nuisible à la bonne santé des spermatozoïdes. Mais, selon les chercheurs, les effets du Wifi sur le sperme humain ne seraient pas neutres non plus.

Ils ont analysé le sperme donné par 29 volontaires en divisant chaque échantillon en deux, comme l’explique newzilla. Chaque échantillon fut conservé à la même température et l’un a servi de référence pendant que l’autre était placé pendant 4 heures sous un ordinateur portable connecté en wi-fi.

« Nos données laissent penser que l’utilisation d’un ordinateur connecté sans fil à internet et placé près des organes reproducteurs masculins pourrait affecter la qualité du sperme » a annoncé le Dr Conrado Avendano qui demande des études supplémentaires sur le sujet.

En effet, au bout de ces 4 heures, les chercheurs ont noté que 25 % des spermatozoïdes exposés ne bougeaient plus, soit 80 % de plus que pour l’autre échantillon. Les échantillons exposés présentaient également en moyenne trois fois plus de cellules à l’ADN dégradé.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés