4 ans après la présentation du premier iPhone, l'application Gmail est enfin disponible dans l'App Store. Si elle n'apporte rien de très nouveau par rapport à la version mobile ou à Mail, fourni avec iOS, elle comble un manque exprimé par beaucoup d'utilisateurs de la messagerie de Google.

Mise à jour 2 : Après avoir été rapidement retirée, l’application fait son retour sur l’App Store, expurgée de ses bugs.

Mise à jour du 3 novembre 2011 : L’application n’est pas restée longtemps disponible dans l’App Store. Dès mercredi soir, quelques heures après sa sortie, Google a dû la retirer de la boutique d’applications d’Apple à cause d’un problème technique.

« Nous avons lancé une nouvelle application GMail pour iOS. Malheureusement, elle contenait un problème technique qui a conduit les mobinautes à voir un message d’erreur quand ils l’ouvraient » explique la firme. « Nous avons retiré l’application pendant que nous la rectifions, et travaillons à vous livrer prochainement une nouvelle version » ajoute Google.

Enfin, Google précise que ceux qui ont déjà téléchargé l’application peuvent tout de même continuer à l’utiliser.

Article du 2 novembre 2011 – La rumeur courrait depuis quelques heures et est désormais confirmée. Une application GMail pour iPhone et iPad est maintenant disponible au téléchargement dans l’App Store. Si, visuellement, elle ressemble beaucoup à la version mobile du service qui était déjà très évoluée, elle propose quelques fonctionnalités supplémentaires.

Les utilisateurs d’iOS peuvent désormais recevoir des notifications push quand ils reçoivent des messages, lire leurs messages sous forme de conversations, les organiser, disposer de la boîte prioritaire, de l’auto-complétion des coordonnées de leurs contacts, gérer les pièces jointes et effectuer des recherches parmi leurs messages.

En somme, quasiment tout ce que permettait la version mobile du service web, et rien que ne proposait déjà l’application Mail fournie avec le système. Pourtant, cette annonce est saluée par beaucoup et semble combler un manque existant depuis 2007 et la présentation du premier iPhone. La politique de validation des applications d’Apple (qui refuse souvent les applications ressemblant trop à une fonctionnalité de l’appareil) et la fraicheur des rapports entre les deux firmes semblaient relayer cette application au rang d’utopie, mais l’erreur est désormais réparée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés