Le site de téléchargement Newzbin s'oppose à la décision de justice prononcée en juillet dans l'affaire opposant la Motion Picture Association (MPA) et l'opérateur British Telecom. Il cherche à savoir si des clients du FAI vont tenter de déjouer le blocage décidé par le tribunal britannique.

Dire que Newzbin est mécontent de la décision de justice britannique rendue en juillet dernier est un euphémisme. Le site, accusé par les ayants droit de faciliter le téléchargement de contenus piratés, s’était retrouvé au cœur d’un procès opposant les studios de cinéma hollywoodiens à British Telecom (BT), le principal FAI du Royaume-Uni. Le tribunal avait ordonné à l’opérateur de bloquer Newzbin, afin de mettre un terme au piratage des internautes.

En réponse, Newzbin a décidé de compliquer autant que possible la mise en place du filtrage voulu par la justice. Pas directement, pour éviter de subir les foudres des ayants droit, mais en incitant implicitement les internautes à défier le blocage du site web. Dans un message relayé par Torrentfreak, Newzbin souhaite savoir si des clients de British Telecom comptent s’opposer au processus.

« Nous aimerions savoir si des clients de l’opérateur britannique BT seraient tentés de contourner le blocage web imminent imposé par le tribunal à la demande de la Motion Picture Association (MPA). Nous avons eu des discussions intéressantes avec nos avocats qui nous ont conseillé de ne pas intervenir dans cette affaire, mais ils disent aussi qu’il n’y a rien qui empêchent nos utilisateurs britanniques de le faire de leur propre volonté« .

D’après Torrentfreak, le filtrage décidé par le juge, il y a plus d’un mois, n’est toujours pas entré en vigueur. Les clients de BT peuvent donc toujours accéder, pour le moment à Newzbin. Rappelons que le blocage soit s’appuyer sur Cleanfeed, un outil qui était jusqu’à présent exclusivement dédié au filtrage des contenus pédopornographiques. L’outil fonctionne sur la base d’une liste noire.

Newzbin, qui avait été condamné en 2010 par la justice britannique, avait fait son retour en Suède sous le nom de Newzbin2. Le site n’héberge pas directement les fichiers piratés, se contentant de classer les liens dans différentes rubriques explicites (musique, films, logiciels…). Une répartition qui, aux yeux de la justice, démontrait une connaissance de la nature des fichiers échangés et du but poursuivi par les internautes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés