Numerama publie l'étude partielle communiquée par l'Hadopi, qui montre l'évolution du comportement des internautes face à la riposte graduée.

Nous avons obtenu communication du document partiel établi par l’Hadopi, qui établit que 50 % des abonnés avertis auraient arrêté de télécharger, selon le titre du Figaro qui a eu l’exclusivité de l’étude.

La méthode retenue pour le sondage est pour le moins constable, puisque le nombre des avertis a été calculé d’après les 7 % de sondés qui déclarent qu’eux-mêmes ou un membre de leur entourage a reçu une recommandation de l’Hadopi, en estimant à la louche qu’une personne sur 5 parmi ces 7 % a elle-même reçu l’avertissement. Pourquoi ne pas leur demander directement si c’est le cas ?

Sachant que 1500 personnes ont été sondées, cela représente 21 personnes averties (un cinquième de 7 % de 1500), soit 10 personnes auditées qui ont choisi d’arrêter de pirater.

Voici l’étude (.pdf), partielle, puisque l’Hadopi qui choisit son timing et les éléments qu’elle souhaite communiquer ne publiera l’étude complète que dans huit jours. Là encore, un choix contestable, qui démontre bien que le sondage est avant tout un outil d’instrumentalisation politique. On remarque que les chiffres que la sécurisation de l’accès à Internet, qui sont pourtant au coeur de la mission de la Haute autorité, ne figurent pas dans ces huit pages :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés