Sony suspecte les Anonymous d'être à l'origine du piratage des serveurs de Sony. La firme japonaise a annoncé avoir découvert un fichier intitulé "Anonymous" sur l'un de ses serveurs. Mais les suspicions de Sony montrent surtout que l'entreprise n'a pas encore identifié les auteurs du piratage, puisque tout le monde peut se revendiquer de la mouvance Anonymous.

À défaut de relancer ses services, Sony a sa petite idée sur les auteurs du vaste piratage qui a conduit à la mise hors-ligne du PlayStation Network, de Qriocity et de Sony Online Entertainement. Dans une missive adressée à la chambre des représentants des États-Unis, la firme japonaise suspecte les Anonymous d’être impliqués d’une manière ou d’une autre dans cette affaire.

Pour étayer ses dires, Sony affirme avoir trouvé sur l’un des serveurs de Sony Online Entertainement un fichier intitulé « Anonymous » et contenant les mots « We Are Legion ». Il s’agit d’un extrait du slogan que les Anonymous ont l’habitude de publier pour signer leurs interventions sur Internet : « we are Anonymous. We are Legion. We do not forgive. We do not forget. Expect us ».

En réalité, les suspicions de Sony montrent surtout que la firme patine dans l’enquête et qu’elle n’a pas encore une idée très clair de l’identité des responsables. Il n’y a pas de communauté Anonymous, ça n’existe pas. Il y a différents groupes qui utilisent une bannière commune mais il n’y a pas de coordination entre eux, chacun poursuivant son propre objectif.

N’importe qui peut se proclamer Anonymous. Il suffit d’utiliser la même symbolique, de brandir les mêmes codes. Autrement dit, lorsque Sony accuse les Anonymous, la firme accuse tout le monde et personne à la fois. Le fichier découvert par Sony sur l’un de ses serveurs a ainsi pu être placé par un pirate informatique inspiré par les Anonymous et se revendiquant de cette mouvance.

Anonymous est un mouvement complexe. Ce n’est pas parce que certains d’entre eux ont mis en ligne un communiqué que tous vont le suivre à la lettre. Eux-mêmes le savent bien, puisqu’ils ont envisagé l’hypothèse de sympathisants agissant de leur propre chef. Rappelons au passage que certains Anonymous ont déjà mené des campagnes DDOS contre Sony.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés