Le studio de cinéma Camelot a déposé une plainte devant un tribunal californien contre 5 865 internautes suspectés de pirater l'un de ses films sur BitTorrent. Or, une autre société affirme qu'elle est la détentrice légitime des droits du long métrage.

C’est un nouvel imbroglio en matière de propriété intellectuelle. Aux États-Unis, le studio de cinéma Camelot a décidé de passer à l’offensive pour faire respecter ses droits. Wired indique en effet qu’une plainte (.pdf) a été déposée en Californie contre 5 865 internautes suspectés d’avoir téléchargé illégalement sur BitTorrent le film « Nude Nuns with Big Guns ».

Une victoire au tribunal pourrait permettre au studio de réclamer en théorie jusqu’à 879 750 000 dollars de dommages et intérêts (un peu plus de 619 millions d’euros). Comme le fait remarquer Wired, c’est un montant supérieur à ce qu’a rapporté le blockbuster Avatar en Amérique du Nord (760,5 millions de dollars). Camelot souhaite donc en conséquence que le tribunal ordonne aux FAI d’identifier les personnes derrière les adresses IP.

Or, la plainte du studio de cinéma pourrait de ne pas aboutir pour la simple et bonne raison qu’il n’est pas certain que la société possède effectivement les droits sur « Nude Nuns with Big Guns ». C’est en tout cas ce qu’affirme Incentive Capital, qui a entamé une action en justice contre Camelot devant un tribunal de l’Utah.

L’entreprise assure que c’est bien elle qui détient les droits de ce film méconnu. « Ils ne sont pas les propriétaires légaux de ce long-métrage » a réagi Joseph Pia, l’avocat d’Incentive Capital, dans un entretien téléphonique. « Nous sommes les ayants droit légitimes« . Incentive Capital réclame donc 2 millions de dollars pour rupture de contrat (.pdf) avec Camelot.

Dans sa plainte, Incentive Capital a expliqué avoir prêté 650 000 dollars (environ 457 600 euros) à Camelot pour que ce dernier puisse obtenir les droits de différents films, dont « Nude Nuns with Big Guns », lors d’une vente aux enchères organisée par Incentive Capial. Sauf que le studio n’aurait jamais remboursé la somme avancée par Incentive Capital.

Cette situation quelque peu confuse pourrait jouer en faveur des internautes. Prévue pour le mercredi 13 avril, l’audience pourrait bien être reportée à une date ultérieure, voire carrément annulée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés