Après le succès de la Wii et de la DS, Nintendo confirme son grand retour dans le coeur des consommateurs avec la Nintendo 3DS, qui enregistre des records de vente pour son lancement.

Malgré un lancement médiatique occulté par la sortie simultanée de l’iPad 2, la petite dernière des consoles de jeux japonaises connaît déjà un succès européen. Nintendo a en effet annoncé avoir vendu 303 000 consoles Nintendo 3DS lors des deux premiers jours de son lancement en Europe, le 25 mars dernier, ce qui est proche des 325 000 consoles Wii écoulées lors du lancement de la Wii en 2006. Aux Etats-Unis, où la console a été lancée le 27 mars, la 3DS aurait même battu le record de sa grande soeur à Wiimotes, sans que le chiffre soit rendu public.

L’essentiel des ventes européennes de la Nintendo 3DS ont été réalisées en Grande-Bretagne (113 000 unités) et en Allemagne (50 000). Le chiffre français n’est pas connu.

Si elle ne bat pas la Wii en Europe, la 3DS est cependant la console portable la mieux vendue lors de son lancement par Nintendo, devant les versions DS, DSi et XL. Preuve que l’ajout de la technologie stéréoscopique qui permet de percevoir le relief en 3D sans lunettes a su séduire le public, malgré un prix de vente relativement élevé pour une console qui ne révolutionne pas la jouabilité par rapport aux générations précédentes.

« La Nintendo 3DS permet aux utilisateurs d’apprécier pour la première fois une technologie 3D, autant chez soi qu’en déplacement, et de découvrir une infinité de jeux et de surprises. Grâce à La guerre des têtes, un jeu accessible à tous, et à StreetPass, une fonction permettant d’incroyables interactions additionnelles, la Nintendo 3DS a su marquer autant les joueurs chevronnés que les néophytes« , s’est félicité Laurent Fischer, directeur du marketing et des relations presse de Nintendo of Europe.

La firme japonaise a par ailleurs confirmé sa volonté de rester concentré sur le seul marché des jeux vidéo, sans aller sur le terrain de l’iPhone qui s’impose pourtant comme une console de jeux portable. « Nous ne voulons pas être dans le business de la téléphonie. Nous ne voyons pas cela comme une opportunité. Les téléphones sont des outils. Par définition, les téléphones ne sont pas des appareils de divertissement« , analyse Reggie Fils-Aimé, le président de Nintendo of America.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés