Ce n'est pas demain la veille que Samsung commercialisera des téléviseurs auto-stéréoscopiques. Selon l'entreprise sud-coréenne, l'arrivée de cette technologie et sa domestication prendront une décennie avant que les constructeurs puissent proposer des produits de qualité sur le marché.

Les téléviseurs auto-stéréoscopiques n’arriveront pas tout de suite dans le commerce. C’est l’avis de Samsung, qui s’est fendu dans un communiqué adressé à Slashgear. Si le fabricant sud-coréen reconnaît que les progrès dans ce domaine avancent, la mise sur le marché de téléviseurs 3D ne nécessitant pas de lunettes spécifique prendra du temps. Sans doute une décennie, selon Samsung.

« Au regard de l’état actuel de notre technologie, Samsung est capable de concevoir des téléviseurs 3D sans lunettes au niveau de la R&D. Toutefois, l’effet de relief ne peut être ressenti qu’à travers un nombre limité de points de vue » explique Samsung. Pour séduire, il faut que le téléspectateur puisse percevoir la 3D depuis plusieurs endroits à la fois, pour ne pas être contraint d’être pile devant le téléviseur.

Selon le constructeur asiatique, le niveau minimum de points de vue à atteindre est de 32. En attendant, il faudra plusieurs années avant de sortir un téléviseur acceptable. Le prototype arrivera dans cinq ans, tandis que le produit qui sera commercialisé n’arrivera vraisemblablement pas avant dix ans. Les coûts de fabrication et la mise à niveau de l’infrastructure des diffuseurs sont quelques obstacles à franchir avant de voir arriver de pareils écrans.

L’analyse de Samsung sur les téléviseurs auto-stéréoscopiques ne l’empêcheront pour autant pas de produire des téléviseurs 3D nécessitant des lunettes. Par ailleurs, rien n’indique que les autres constructeurs partagent la vision de la firme sud-coréenne. Attirées par un secteur encore vierge de toute concurrence, de nombreuses sociétés pourraient quand même se lancer, quitte à produire des téléviseurs ayant un niveau moindre de points de vue.

C’est par exemple le cas de Toshiba, qui avait annoncé l’an passé la commercialisation de deux téléviseurs auto-stéréoscopiques. Les deux appareils, dotés d’une diagonale assez réduite (12 et 20 pouces), permettent de percevoir l’effet 3D à partir de neuf points de vue différents. C’est nettement moins que le minimum requis défini par Samsung. Reste qu’au-delà de ce problème, il faudra aussi améliorer la taille des écrans.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés