L'année 2011 devrait confirmer une tendance déjà remarquée les années passées. La majorité des applications mobiles téléchargées depuis des boutiques en ligne est gratuite (81 %). Toutefois, Gartner s'attend à un triplement du chiffre d'affaires, à 15 milliards de dollars, grâce à la vente d'applications payantes et la diffusion de contenus publicitaires.

Créé en 2008 par Apple avec l’App Store, le secteur des boutiques en ligne d’applications pour smartphones continue d’être fortement dominé par la gratuité des logiciels. Ce ce qui ressort d’une étude conduite par le cabinet de conseil Gartner sur le marché des applications mobiles. Alors que les boutiques en ligne devraient voir leurs ventes tripler cette année, la grande majorité des téléchargements (81 %) concernera des applications gratuites

Pour l’année 2011, Gartner estime que le chiffre d’affaires global devrait dépasser les 15 milliards de dollars. C’est un chiffre trois fois plus élevé que celui enregistré l’an passé, où le secteur avait généré près de 5,2 milliards de dollars. Du côté des applications, 8,2 milliards ont été téléchargées en 2010 et Gartner prédit une croissance de 117 % pour cette année, à 17,7 milliards de téléchargements.

Les recettes enregistrées proviennent essentiellement de la vente directe aux mobinautes (84 %), le reste étant issu de la publicité (16 %). Mais si les boutiques en ligne génèrent beaucoup d’argent, certaines sont beaucoup plus attractives que d’autres. Ainsi, Apple avec son App Store a concentré l’essentiel des ventes d’applications au cours de l’année 2010.

« Nous estimons que l’App Store d’Apple a réalisé près de neuf ventes d’application sur dix en 2010 et qu’elle restera la seule boutique à grand succès […] jusqu’en 2014, mais dans une proportion moindre, car d’autres plates-formes vont gagner du terrain » a commenté Carolina Milanesi, analyste chez Gartner. C’est le cas de la boutique Android Market, qui est portée par les bonnes ventes des smartphones sous Android.

Signe de la prédominance d’Apple, l’App Store a dépassé la semaine dernière les dix milliards d’applications téléchargées depuis l’ouverture de la boutique en ligne.

Si les applications gratuites représentent toujours l’essentiel du catalogue des plates-formes numériques, ces dernières affichent des disparités sensibles entre gratuit et payant. L’an dernier, la société spécialisée dans l’analyse des boutiques d’applications pour téléphones mobiles, Dismo, a constaté que l’Android Market contenait beaucoup plus d’applications gratuites (57 %) que d’applications payantes (43 %).

Dismo avait alors souligné que cet écart par rapport aux autres plates-formes (entre 22 et 34 % d’applications gratuites selon les cas) s’explique par les limitations de l’Android Market. « Les développeurs de 9 pays seulement ont la possibilité de distribuer des applications payantes sur Google Android Market et que les utilisateurs de seulement 13 pays peuvent télécharger des applications payantes« , alors que l’Android Market est accessible dans 46 pays.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés